Importation des véhicules neufs par les concessionnaires : l'adoption d'une approche alliant simplification et efficacité est necessaire    Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    L'Abef allège le recours au Credoc    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le pic de l'inconscience    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La décennie 2020 sera celle de l'automobile"
RAFIK FERRAG, DESIGNER AUTOMOBILE, À "LIBERTE-AUTO"
Publié dans Liberté le 16 - 07 - 2020

Dans cet entretien, notre designer évoque sa passion pour l'automobile, la création, l'innovation, la concurrence et le monde futur de "l'objet" voiture, mais aussi de son violon d'Ingres, la peinture.
Liberté-Auto : Comment êtes-vous venu dans le monde du design automobile ?
Rafik Ferrag : D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été passionné par le dessin et l'automobile. Je me remémore souvent mes après-midi d'été passés avec mon père, ouvrier spécialisé chez Peugeot.
Malheureusement, la société nous impose un conformisme d'épanouissement professionnel s'appuyant sur un cursus scolaire dit "classique", reléguant le sport, le dessin ou la musique au second plan. Je me suis donc orienté, à contrecœur, vers des études d'ingénieur en informatique. Un jour, mon père, conscient de ma situation et après avoir visionné un reportage sur le succès du designer automobile Luc Donkerwolke, m'a poussé à poursuivre ma passion et à m'installer à Paris. C'est donc grâce à mon père, mais aussi indirectement à Luc Donkerwolke, que je suis aujourd'hui designer. Je les en remercie...
Après Citroën, vous êtes allé au Japon pour Honda. Racontez-nous cette aventure...
Mes cinq années au Japon ont été très enrichissantes sur tous les plans. Je quittais la France pour un nouveau monde : je n'avais auparavant visité que l'Algérie. Je me suis retrouvé au sein d'une civilisation aux codes sociétaux très différents. Le respect de la hiérarchie est très important ainsi que la notion du "nous", l'individualisme laissant place au groupe. Ce challenge m'a permis de découvrir les coutumes et de m'initier à la langue nipponne. Au sein d'Advance Design Studio Honda, j'ai eu l'opportunité de m'exposer aux procédures de l'industrie automobile dans son ensemble : de l'avance de phase jusqu'à la production. Notre studio a remporté de nombreuses compétitions publiques et internationales, certaines débouchant sur des projets concept-car ou production.
L'expérience nippone a été plutôt concluante, avant d'atterrir en Chine, où le métier de designer automobile suscite une concurrence féroce. Comment avez-vous négocié le virage chinois ?
La Chine a initié un plan d'envergure nationale de réduction de l'empreinte carbone via une transition axée sur les énergies renouvelables telles que le solaire ou le nucléaire. Ce virage technologique inclut une modernisation du réseau routier conduisant à une demande croissante en véhicule électrique. C'est dans ce contexte qu'en 2017 je deviens Lead Exterior Designer chez XPeng Motors, une jeune entreprise chinoise innovatrice dans la mobilité électrique. Je suis alors en charge de dessiner le flagship de la marque : la berline coupée P7. Ce modèle, révélé au public lors du salon de Shanghai 2019, a commencé sa commercialisation en juin 2020. L'industrie automobile chinoise se développe sur un modèle intégrant le design, l'intelligence artificielle, l'autonomie énergétique, le confort et des tarifs abordables. Travailler dans cet environnement dynamique qui laisse place à la prise de risque est une véritable chance.
Il y a quand même une grande concurrence entre constructeurs. Comment vous en sortez-vous ?
Il est vrai que le monde du design automobile est très fermé où les opportunités sont rares. Au sein du studio de design, la compétition est omniprésente, et on se doit de rester créatif tout au long de sa carrière. Pour ce faire, je laisse place à la spontanéité dans ma vie quotidienne, ce qui n'est pas évident.
Dans une industrie comme l'automobile, le design joue aujourd'hui un rôle stratégique, alliant technologie de pointe et esthétique. Pourquoi, à votre avis ?
Depuis la Ford T et la fin de la taylorisation, le design a toujours été l'un des critères-clés de différentiation dans l'industrie automobile. Il est synonyme d'une époque, d'un souvenir, d'une expérience. Le design est l'identification de "l'objet" véhicule. Il se crée une symphonie très particulière entre les lignes, la silhouette et l'image projetée avec laquelle l'utilisateur entre en résonance. Cette symbiose induit une relation unique.
L'industrie automobile s'achemine vers l'électrification. Dans ce contexte, le design sera-t-il révolutionné avec des aspects futuristes ou gardera-t-il les mêmes paradigmes ?
En effet, l'électrification ainsi que l'intelligence artificielle ont changé la donne, poussant les constructeurs historiques à s'adapter, libérant ainsi une brèche pour de nouveaux challengers. Pour le moment, l'architecture générale n'a cependant pas encore connu sa révolution. L'arrivée imminente de l'automous drive level 5 (100% autonome) nous amènera sans nul doute à revoir toute la conception d'un véhicule dans son intégralité. D'ici dix ans, le paradigme actuel du conducteur responsable va disparaître au profit de la voiture intelligente. Ce changement mènera inévitablement à une entière refonte des normes d'aujourd'hui. La voiture sera bien plus qu'un simple moyen de locomotion, comme elle le fut durant le siècle passé. Tout comme la téléphonie au début du millénaire, la décennie 2020 sera celle de l'automobile.
Vous êtes aussi artiste peintre. Peut-on en savoir un peu plus sur cette facette de votre vie ? La peinture, un violon d'Ingres pour vous ?
Le dessin, la peinture, la sculpture ont toujours été mes passions. Ces moments d'évasion, pour laisser libre recours à mon imagination, me permettent de transcender les limites du réel. Ces créations artistiques me détachent des contraintes industrielles et techniques de mon métier. Je prépare d'ailleurs en ce moment une série de tableaux pour une exposition dans une galerie d'art à Tokyo en octobre 2020. On peut me suivre sur mon compte Instagram.

Entretien realisé par : YAHIA ARKAT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.