Tamanrasset: Impliquer la population locale dans la préservation du patrimoine culturel    Belaili serait une piste écartée pour Al Ahli    Conseil de la Nation: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    La conférence nationale des start-up organisée samedi à Alger    Aminatou Haider appelle l'ONU à dépêcher des commissions pour visiter le territoire sahraoui occupé    Nahda, FJD et El Binaa se prononceront ce week-end    Palais de la colère    "Il faut que des mesures soient prises en urgence"    La sécurité routière, parent pauvre des décrets 20-226 et 20-227 sur l'activité des constructeurs et concessionnaires automobiles    Le Cnes lance ses travaux    Saïd Riahi restera en prison    Un sage médiateur dans une "région poudrière"    Deux soldats tués dans une embuscade    M. Makri et la république    Hachemi Djaâboub, nouveau ministre du Travail    La fille des Aurès    Les non-dits    Les Algériens de l'EST risquent de rater le stage de l'EN    Naïdji, un autre Algérien en renfort    Après la pluie, le beau temps ?    Vers la délocalisation du match face au Nigeria    8 décès et 162 nouveaux cas en 24 heures    La faillite par les examens    Pain à burger fait maison    Les procès de Tahkout et de Mme Maya reportés    Amin Zaoui signe son roman "Canicule glaciale"    «Survivre pour Ibiza, une fiction qui prend l'aspect d'une réalité»    L'amusnaw Hadj Mokhtar At Sayd réhabilité par les siens    La grande petite marche du livre    Enseignement Supérieur/Poste: Signature de deux conventions-cadre    Le conseiller Noureddine Khellassi remercié    Mohamed Djemaï, ex SG du FLN, remis en liberté    L'Ordre des avocats d'Alger répond au syndicat des magistrats    Le dispositif de surveillance renforcé    Khiati favorable à l'"application de la peine de mort"    Les mesures de confinement allégées dans plusieurs wilayas    Sit-in des sortants des écoles supérieures de l'enseignement    Ferhat Aït Ali annonce un code de l'investissement "plus incitatif"    Des chaînes interminables devant la Casnos    Gérald Darmanin la semaine prochaine en Algérie    USM Bel-Abbès: Lyamine Bougherara nouvel entraîneur    Sur les Dunes de Chéraga dès dimanche prochain    Des auteurs invités à leur insu    Mahmoud l'Argentin est algérien, pas ami de l'Algérie    GENDARMES DU MONDE    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Mokka change de look    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"
L'ambassadeur américain fait le bilan de ses trois ans passés en Algérie
Publié dans Liberté le 12 - 08 - 2020

Sans évoquer explicitement le journaliste Khaled Drareni, condamné lundi à trois ans de prison ferme, le diplomate américain a indiqué que son pays suit "tous les cas et tous les procès", en réitérant son soutien à la liberté de la presse.
À quelques jours de son départ d'Algérie, l'ambassadeur des Etats-Unis, John Desrocher, a tenu à rencontrer des représentants des médias pour évoquer notamment l'expérience qu'il a vécue et qu'il n'hésite pas à qualifier "d'enrichissante" et de "magnifique".
Parmi les expériences qui l'ont marquée, le diplomate américain évoque le "Hirak populaire" qui "l'a impressionné" et dont il n'a pas cessé de louer le caractère pacifique. "J'ai vécu les événements historiques de 2019 où les Algériens sont sortis par millions pour réclamer un meilleur avenir. L'Algérie est devenue un symbole de la force des manifestations pacifiques. Cela a généré beaucoup d'admiration à travers le monde en ce que les manifestations pacifiques peuvent apporter", a affirmé, hier, John Desrocher, lors d'une conférence de presse organisée au siège de l'ambassade à Alger. "J'ai eu l'honneur de vivre le Hirak en Algérie, ce qui nous a impressionnés, c'est son caractère pacifique et l'énergie montrée par les Algériens et leur détermination à réaliser leur rêve lors du printemps de l'an passé. On a vu un nombre considérable d'Algériens sortis dans les rues. Mais, le point le plus important est le caractère pacifique du Hirak qui a impressionné le monde, dans un moment où les Algériens se sont unis pour réaliser un changement concret."
Pourquoi Lamamra n'a pas été désigné envoyé de l'ONU en Libye
Sur la question libyenne, John Desrocher soutient que la position des deux pays sont "similaires". "Nos positions sur la Libye sont similaires. Les Etats-Unis soutiennent le processus de l'ONU pour la paix et la stabilité en Libye et les efforts pour arriver à un cessez-le-feu, mais il y a plusieurs dossiers qui compliquent la situation comme le soutien en armement aux différentes factions libyennes", relève-t-il. "Bien sûr que les USA comprennent la position de l'Algérie. Nous accordons une grande importance à nos consultations sur le dossier libyen. Ce qui se passe en Libye est vraiment malheureux, mais nous apprécions les efforts de l'Algérie." Interrogé sur les entraves à la nomination de Ramtane Lamamra comme envoyé spécial en Libye, que l'Algérie a attribuées à des "puissances régionales", John Desrocher a suggéré en demi-mot que l'ex-chef de la diplomatie algérienne ne bénéficiait pas du soutien nécessaire que commandait sa nomination.
"Les Etats-Unis respectent beaucoup Lamamra et moi j'étais chanceux d'avoir travaillé avec lui sur beaucoup de dossiers, dont celui de la Libye. Et concernant la Libye, le monde et l'ONU ont besoin d'un homme qui jouisse d'un appui global pour mettre en œuvre les décisions du Conseil de sécurité et de l'ONU pour parvenir un cessez-le-feu. On connaît bien Lamamra, nous le respectons", dit-il.
Sans évoquer explicitement le journaliste Khaled Drareni, condamné lundi à trois ans de prison ferme, le diplomate américain a indiqué que son pays suit "tous les cas et tous les procès", en réitérant son soutien à la liberté de la presse.
"Concernant ce qui s'est passé hier (lundi, ndlr), nous suivons tous les cas, tous les procès. Certaines des personnes concernées, nous les connaissons. Je veux juste profiter de cette occasion pour réitérer le soutien américain à la liberté d'expression, à la liberté de la presse, qui sont nécessaires au bon fonctionnement d'une démocratie." Plus globalement, il rappelle que la question des "droits de l'Homme constitue une pierre angulaire de la politique étrangère des Etats-Unis".
Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.