Les angles de l'ingérence    Saïd Bouhadja n'est plus    Non-respect de l'échéancier de paiement: Sonelgaz met en garde les abonnés    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Oran: Neuf harraga et trois passeurs arrêtés    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    Le gouvernement entretient le suspense    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Déjà en phase de modernisation    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Liberté pour Yacine Mebarki    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les partisans du "non" interdits de campagne
Révision de la Constitution
Publié dans Liberté le 18 - 10 - 2020

Plus d'une semaine après le début de la campagne référendaire, seuls les partisans du "oui" occupent la scène politico-médiatique. Les partis politiques et associations qui doivent faire campagne contre le projet de la révision constitutionnelle sont exclus de l'espace public.
Quelques jours avant le début officiel de la campagne référendaire, Mohamed Charfi, président de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie), avait annoncé que tous ceux qui voulaient faire campagne pouvaient le faire.
Même ceux qui ont appelé à voter "non" contre la copie du pouvoir devaient donc avoir droit à des espaces médiatiques et aux salles de réunion. Mais comme souvent, il y a un décalage entre le discours et la réalité.
Plus d'une semaine après le début officiel de cette campagne qui ne semble pas emballer grand monde, seuls les partisans du "oui" sont autorisés à apparaître dans les médias et, surtout, à bénéficier de salles publiques.
Et les deux partis islamistes, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) et le Front de la justice et du développement (FJD) l'ont appris à leurs dépens : les deux formations sont bonnement interdites de meetings et d'émissions de radio et de télévision.
Après un silence d'une semaine, les deux formations politiques ont fini par dénoncer ce nouveau fait accompli. Ainsi, Abderrezak Makri, président du MSP, a révélé, hier, dans une communication prononcée devant les cadres de son parti, réunis à Alger, que des rencontres que son parti voulait animer à Sétif puis à Oran ont été interdites par l'administration.
Le leader du parti islamiste s'est interrogé sur le double jeu du pouvoir : alors que l'Anie autorise les activités publiques, l'administration refuse de donner son quitus. "À travers ces comportements, la cartographie est claire : le pouvoir veut jouer seul", a dénoncé Abderrezak Makri, qui a rappelé qu'avant la campagne électorale, son parti avait déjà été interdit de tenir une réunion de son conseil consultatif.
Le MSP n'est pas le seul parti auquel l'administration a refusé une salle. Le FJD a, lui aussi, été empêché par la wilaya d'Annaba de tenir un meeting, vendredi, pour inviter les Algériens à voter "non" au référendum sur la révision constitutionnelle.
Dans un communiqué rendu public le jour-même, le parti d'Abdallah Djaballah a dénoncé "ce comportement" de l'administration qui "montre que les partisans du ‘non' dérangent le pouvoir".
Il rappelle que, pourtant, conformément aux instructions de l'Anie, la demande de la rencontre publique a été introduite dans les temps. Mais l'administration en a décidé autrement.
Outre les salles de réunion qui sont fermées aux opposants à la révision constitutionnelle, les médias audiovisuels gouvernementaux sont également interdits à ceux qui s'opposent au projet du pouvoir.
Peu importe si des partis comme le MSP et le FJD répondent aux critères de l'Anie : ils disposent de suffisamment d'élus, donc d'une large représentativité dans des assemblées élues, locales et nationales, pour être autorisés à diffuser des spots de campagne.
"Nous avons introduit un dossier complet à l'Anie, avec même la liste des cadres du parti qui doivent intervenir et les thèmes qui seront abordés" dans les émissions de radio et de télévision, a révélé le député du FJD, Lakhdar Benkhellaf. Mais "l'Anie a refusé notre demande sous prétexte que nous devons disposer d'élus dans 25 wilayas".
A contrario, un simple coup d'œil au journal du soir de la télévision officielle donne une toute autre image des affirmations des autorités. Aucun opposant à la révision constitutionnelle n'a droit de cité.
En revanche, des partis politiques qui ne disposent même pas de représentations locales ont droit à des couvertures médiatiques. C'est le cas de petits partis comme El-Masar-Essayassi, El-Islah ou encore Front de l'Algérie nouvelle, des associations satellitaires du pouvoir ou parfois de simples personnalités qui occupent l'écran durant de longues minutes.
Souvent, les caméras jouent avec des images pour ne pas montrer que les locuteurs parlent dans des salles vides. Mais contrairement aux exclus, tous soutiennent la révision constitutionnelle.
Face à de telles anomalies, l'Anie semble dépassée et, probablement, désarmée.
"Il est vrai que parfois, il nous arrive de donner des autorisations à des partis politiques, mais l'administration refuse de leur donner des salles", admet une source au sein de l'autorité, pourtant censée être au-dessus de l'administration.
Interrogée sur le silence de cette instance, notre source indique que "les dépassements éventuels vont être consignés dans un rapport" qui tracera le déroulement de la campagne électorale.
Interrogé sur le comportement des médias officiels qui ferment leurs antennes aux opposants à la révision constitutionnelle, notre source s'est abstenue de répondre. En somme, "rien n'a changé", résume le chef du MSP.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.