Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Ligue Europa: les premiers résultats de la soirée    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    J'irai me plaindre à mon député !    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous n'allons pas reconfiner à nouveau"
Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2020

Le ministre a tenu à mettre en garde la population quant aux "conditions favorables" à la propagation du virus avec l'entame de la saison automnale et l'arrivée du froid.
Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a affirmé, hier, que la situation épidémiologique était toujours sous contrôle, écartant, par là, l'éventualité d'un reconfinement, du moins dans l'immédiat. Intervenant hier sur les ondes de la radio Chaîne III, le ministre de la Santé a estimé que la hausse des contaminations enregistrées ces derniers jours ne signifiait pas qu'"il y aura une seconde vague" de l'épidémie.
"C'est trop tôt pour l'affirmer, la courbe est en train d'évoluer en dents de scie, et c'est cela les courbes des épidémies !", a-t-il tenu à expliciter sur les ondes de la Chaîne III. La question de rétablissement de l'état d'urgence sanitaire est totalement écartée, du moins pour le moment.
Il a d'ailleurs exclu le reconfinement, malgré la hausse des cas de contamination au coronavirus. "Nous n'allons pas décider de reconfiner à nouveau. Avec plus de 200 cas, nous sommes toujours dans une situation tout à fait admissible selon les épidémiologistes.
Nous n'en sommes pas à des milliers de cas avec des foyers très denses et graves !", a tempéré Abderrahmane Benbouzid, avant de rappeler que si l'évolution de la situation n'a pas atteint un stade de "dangerosité, rien n'est, toutefois, écarté si un foyer éclot et qu'il y a risque de diffusion", a-t-il expliqué, considérant que "le bon sens exigerait alors de revenir à un durcissement du confinement dans les régions les plus infectées".
Revenant sur "la tendance baissière et des chiffres satisfaisants" constatés récemment, le représentant du gouvernement a insisté sur l'importance de "préserver cet acquis qui a fait de l'Algérie l'un des pays ayant réussi à maintenir cet état". Il a incité, à cet effet, la population à "la prudence" en s'en tenant aux mesures barrières, "en particulier le port du masque".
Le ministre a rappelé plus loin que "le virus est mondial et a coûté la vie à des dizaines de milliers d'individus. Le risque est permanent et le relâchement est dans la nature humaine lorsque l'on croit que l'ennemi a baissé la garde. D'où le risque de développement, de temps à autres, de foyers qui vont éclore !", a-t-il averti, citant le cas des wilayas de Sétif, de Batna et d'Alger.
Interrogé sur les risques encourus et les conséquences de la reprise prochaine des cours et de la réouverture des mosquées, le premier responsable de la Santé expliquera qu'"il faut bien reprendre et cohabiter avec ce virus, tout en maintenant la garde", notant que la longue période de confinement a "affecté psychologiquement les enfants qui ont même perdu les réflexes d'écoliers", insistant, toutefois, sur "le respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires".
Abordant le programme de sensibilisation contre les dangers de la Covid-19, le Pr Benbouzid a rappelé que son département a mis au point un "Média planning" impliquant l'ensemble des secteurs concernés par la question, à l'instar de celui des affaires religieuses quant à l'encadrement sanitaire de la prière du vendredi.
"Nous étions désarmés au début de l'épidémie, mais nous avons acquis une certaine expérience par la suite en développant des réflexes" a-t-il rassuré. Il n'a pas manqué, sur un autre plan, d'assurer quant à la disponibilité des "stocks" de traitements et de tests, tout en précisant qu'"aucun pays au monde" ne procède au dépistage de la totalité de sa population.
Et d'ajouter : "En Algérie, nous dépistons suffisamment et, contrairement au début de la pandémie, ne viennent généralement aux hôpitaux que les malades présentant une symptomatologie et n'y sont hospitalisés que ceux présentant des risques d'aggravation."
Le représentant du gouvernement a enfin tenu à mettre en garde la population contre des "conditions favorables" à la propagation du virus avec l'entame de la saison automnale et l'arrivée du froid. De même contre le risque de "confusion" avec la grippe saisonnière, en perspective de laquelle "tout est prêt pour le lancement de la campagne de vaccination", a-t-il assuré.

Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.