Mohamed Salah évoque sa relation avec Mahrez    Liverpool : Klopp n'est pas étonné pour Bruno Fernandes    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le Machin", fossoyeur de manifestations culturelles dans le monde
Contribution
Publié dans Liberté le 24 - 10 - 2020

Le Sila de cette année n'aura pas lieu.Pour garder le lien entre écrivains, éditeurs et lecteurs,Liberté ouvre ses colonnes et leur donne la parole...
Par : AKLI TADJER
ECRIVAIN
Le Sila, la grande librairie éphémère d'Alger, n'ouvrira pas ses portes cette année à cause du Machin, fossoyeur de manifestations culturelles dans le monde. C'est une catastrophe et j'en ai les larmes au cœur car c'est un évènement unique. Et j'en ai parrainé des salons du livre dans les provinces de France, et j'ai participé à maintes reprises à des causeries littéraires dans ces mêmes salons, mais le Sila c'est autre chose.
Pas quelque chose d'unique mais c'est autre chose d'assez indéfinissable. C'est une foire et la fête aux livres dont certains titres sont introuvables en Europe, mais pas seulement, je suis chaque fois émerveillé par cette jeunesse avide de savoir qui va de débat en débat se nourrir d'échanges avec les auteurs.
Je crois que mes plus belles émotions d'écrivain, je les dois au Sila. Je sens bien qu'en écrivant ces quelques lignes, je ne suis pas objectif car c'est le cœur plus que la raison qui parle. Pas grave, je ne prétends à aucune objectivité.
Oui, c'est un bonheur lorsque des étudiantes ou des étudiants m'abordent pour me dire que leurs enseignants les font travailler sur mes livres, Le Porteur de Cartable, Il était une fois...peut-être pas, La vérité attendra l'aurore, des ouvrages publiés dans des maisons d'édition d'Alger. Ils me posent des tas de questions auxquelles je n'ai pas toujours de réponse et ça les amuse.
Et je ris de me savoir si ignorant de mes romans. Un des souvenirs les plus marquants est cette brève rencontre avec une étudiante en lettres. Elle bouclait sa dernière année de master et avait pris pour sujet La Reine du Tango. Petite, timide, impressionnée peut-être, elle m'avait posé quelques questions puis avait été avalée par la foule.
Quelques mois plus tard, elle m'envoyait sa thèse. C'était d'une clarté, d'une intelligence, d'une subtilité, que j'en étais resté ébahi. C'est cela aussi la magie du livre : se découvrir à travers le regard de l'autre. Mais le Sila n'est pas qu'un lieu d'échanges, c'est un espace de liberté si rare en Algérie qu'il faut le préserver car un joyau.
Le Sila est aussi pour quelques jours le carrefour des cultures du monde et des retrouvailles éditeurs et auteurs. J'y ai fait la connaissance de collègues avec qui je me suis fait une joie de revisiter les affres de notre monde jusqu'à pas d'heure. Bien sûr, il est beaucoup question de l'avenir de notre pays, de ses tumultes, de ses fracas, de ses faux espoirs ou de ses vraies raisons d'espérer.
Voilà, le Sila est à mes yeux la fête du livre où je ne me contente pas de faire les promos de mes romans, c'est l'endroit où je me ressource, m'instruis de textes de jeunes auteurs algériens toujours plus nombreux chaque année.
C'est pour cela que je maudis chaque jour le Machin qui cette année va me priver de mon Sila et des rencontres avec tous ces amoureux de la lecture. Pour quelques jours seulement, le Sila est l'ambassade des cultures du monde. Que meurt le Machin et que vive le Sila dans l'ivresse des mots, la liberté d'écrire et de penser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.