La présidence rassure sur l'état de santé du chef de l'Etat    Perte de 131.000 postes d'emploi    Des derbies et de belles affiches au menu    265 nouvelles contaminations et 6décès en 24 heures    Un nouveau projet de loi en cours    "Ni repentance ni excuses"    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Nouveau statut pour le Cnes    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    Véritable moelleux au chocolat    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    La pression est la force appliquée à la surface pressée    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    La future loi, le sexe et l'âge    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les non-dits
82e partie
Publié dans Liberté le 29 - 11 - 2020

Résumé : Samra propose à sa mère de les accompagner à l'aéroport, mais elle refuse. Rédha lui demande de prier pour lui. Il se demande si elle pourra lui pardonner un jour. Il lui semble qu'elle le regarde différemment. Il n'y a plus cet amour qu'ils lui connaissaient. Rédha demande à sa sœur de prendre soin d'elle. Samra espère qu'elle reviendra à de meilleurs sentiments.
-Ya omri ! Te voilà enfin ! J'avais peur d'accoucher en ton absence.
Rédha s'efforce à sourire, touché par son accueil.
-Je m'inquiétais. Tu ne m'as pas appelé une seule fois, lui reproche-t-elle. Raconte-moi comment ça s'est passé !
-C'était horrible ! Je ne peux pas te donner de détails sinon tu n'en dormirais pas !
-Est-ce que tu te sens mieux ?
-C'est trop tôt pour le dire, dit-il franchement. Mais je me sens mieux depuis que je suis là avec toi. Est-ce que tu continues d'aller chez ton amie ?
-Oui.
-Ce serait bien que tu te reposes, tu peux prendre de ses nouvelles par téléphone. Elle comprendra, dit-il. Dans ton état, tu as besoin de te ménager !
-Figure-toi que j'en ai parlé à Sorraya pour qu'elle trouve quelqu'un pour s'occuper de sa grand-mère ! Il me reste peu de temps. Je veux m'occuper de moi, de toi, de notre foyer. Je suis si heureuse que tu sois rentré. Appelle ta mère, pour lui dire que tu es bien arrivé.
-Je le ferais après. Je vais prendre un calmant et m'allonger un peu, dit Rédha. Si je m'endors, ne me réveille pas. J'ai besoin de récupérer.
Fadhéla est déçue qu'il veuille s'isoler dès son arrivée.
-Il y a des cadeaux dans la valise, lui dit-il.
-Mais je veux passer du temps avec toi. Je voudrais que tu me parles de ce que tu as fait là-bas ?, demande-t-elle avec insistance. Comment cela s'est-il passé ?
-Fadhéla, je ne veux pas en parler.
Un autre jour, peut-être !
-Mais pourquoi pas maintenant ?
-Je te jure que je suis épuisé par le voyage, par tout en fait. Je vais me reposer un peu.
-Tu veux que je te prépare une tisane ? Peut-être que tu couves quelque chose, émet-elle inquiète. Peut-être que tu devrais consulter un médecin.
-Peut être ! Mon beau-frère avait amené son ami, mais à la dernière minute, j'ai refusé l'examen, lui dit-il. Ecoute, si je ne suis pas bien demain, promis, j'irais en voir un. Mais pour l'instant, je rêve de m'allonger et de fermer les yeux.
Fadhéla est surprise en le voyant se diriger vers la chambre d'amis.
-Mais on ne va pas faire chambre à part !,s'exclame-t-elle.
Rédha s'y enferme sans lui répondre. Elle s'apprête à le suivre quand son portable sonne. C'est Sorraya. Elle voudrait la voir.
-Je ne peux pas. Rédha vient d'arriver, il n'est pas bien. Je ne veux pas le laisser seul.
-Ah bon ! Qu'est-ce qu'il a au juste ?
Fadhéla soupire, puis baisse la voix quand elle répond.
-Je ne te l'ai pas dit l'autre fois, mais sa mère l'avait emmené pour qu'il voit un raqy. Elle m'avait parlé de djinn, d'ensorcèlement. Il est revenu faible et changé. Il a besoin de moi. C'est pourquoi je ne peux pas venir maintenant.
-Je peux te poser une question. As-tu regardé les photos que je t'ai données ?
-Non. Pourquoi ?
-Si tu les avais regardées, tu saurais qu'il n'a besoin ni de raqy, ni autre traitement ! Ton mari est ce qu'il est et c'est tout ! Il n'y a rien à comprendre. Il vous faut juste l'accepter.
Fadhéla n'apprécie pas le ton qu'a employé Sorraya. Elle raccroche, se sentant mal. Elle n'a pas le temps d'y penser longtemps. Une douleur en bas de son dos la fait crier. Cette fois, ce n'est pas une fausse alerte.
-Rédha ! Rédha ! Vite !

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.