Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sit-in des gérants et des exploitants des salles des fêtes à Béjaïa
Devant la "faillite" de leurs établissements à cause de la pandémie
Publié dans Liberté le 14 - 01 - 2021

Les gérants et exploitants des salles des fêtes dans la wilaya de Béjaïa ont organisé, dans la matinée d'hier, un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya. À travers cette première action de rue, les protestataires, organisés en collectif, ont réclamé la réouverture de leurs établissements, fermés depuis le 16 mars 2020.
"Nous voulons témoigner de notre détresse ainsi que de celle de nos employés après plusieurs mois d'inactivité en raison de la Covid-19", a indiqué à Liberté l'un des porte-parole de la corporation, Fahim Ziani. Selon lui, cette situation menace sérieusement de "faillite" leurs établissements. Histoire de rester dans l'esprit du nouvel an berbère, Yennayer a été fêté la veille.
À cet effet, un déjeuner, un peu spécial, offert par les organisateurs, devait être servi devant le siège de la wilaya. Un geste qui n'a pas été du goût de la police qui a arrêté trois personnes. "On nous a gâché la fête alors que le rassemblement était une réussite totale. On s'est déplacé à la Place de la liberté d'expression Saïd-Mekbel pour servir des repas chauds. Cela n'a pu se faire. Heureusement que les trois personnes interpellées ont finalement été relâchées (...)", regrette Abdenour Ziani, un animateur associatif et un militant politique, présent à ce rassemblement.
Les manifestants ont expliqué qu'avec la fermeture de leurs établissements à cause de la Covid-19, "toutes ces forces vives — allusion à certains gérants, aux travailleurs, tels que les cuisiniers, les serveurs ... — ont fini par grossir le rang des chômeurs". Pis encore, déplorent-ils, une bonne partie est même tombée dans la précarité. Ils expliquent, en outre, que le bon sens voudrait que les salles des fêtes soient ouvertes, "car ce sont des espaces ouverts — donc contrôlables — qui offrent l'opportunité à tous les services d'intervenir en veillant à tout moment au respect des protocoles sanitaires officiels".
Certains propriétaires de salles des fêtes estiment que "si nos propositions de protocole sanitaire, adressées aux autorités locales, avaient été prises en considération, il n'y aurait pas eu une propagation rapide du Covid-19." Malheureusement, regrettent-ils, les fêtes et les cérémonies de mariages et autres célébrations continuent à être organisées, voire "désorganisées", selon eux, "dans la clandestinité, échappant ainsi à tout contrôle sanitaire, d'hygiène et de sécurité".
Par ailleurs, les manifestants disent ne pas comprendre comment "on autorise la réouverture de certains établissements de spectacle, à l'instar des cinémas, des théâtres et des bibliothèques, mais pas les salles des fêtes".

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.