Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Algérie Poste : La grève déclarée illégale, installation d'un comité pour la mise en place du syndicat    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le gouvernement français «regrette»...    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Amara, un plébiscite et des promesses    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    4 décès et 176 nouveaux cas    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Tous les indicateurs sont en hausse    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Plus de 1000 policiers mobilisés    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Installation du Comité de préparation de la conférence nationale élective du Syndicat d'Algérie Poste    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Ligue 1- Mise à jour: Un quatuor à la relance    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Guelma: Hommage au chahid Souidani Boudjemâa    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Quand Goudjil séparait le bon grain de l'ivraie    Le club se prépare à faire table rase    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune
nouvelle loi sur les hydrocarbures
Publié dans Liberté le 25 - 02 - 2021

"Les objectifs de la Révolution du 22 Février ne peuvent pas être seulement politiques, mais aussi pour des droits sociaux et économiques immédiats et pour reprendre le contrôle total sur la souveraineté économique pour l'Etat algérien", a déclaré, hier, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune.
Elle dénonce, par ailleurs, la "décadence économique et sociale" qu'elle impute au régime en place, lors d'une intervention vidéo à l'occasion de la célébration du double anniversaire de la création de l'UGTA (1956) et de la nationalisation des hydrocarbures (1971).
Mme Hanoune a dénoncé la manière "anarchique" avec laquelle a été adoptée, en octobre 2019, la nouvelle loi sur les hydrocarbures, évoquant "un contexte particulier dont a profité l'autorité de l'époque".
Pour elle, l'adoption de ce texte est l'œuvre d'un "pouvoir de fait qui s'est imposé après la démission d'Abdelaziz Bouteflika", le 2 avril de la même année, après une vaine tentative de son entourage d'imposer sa candidature pour un cinquième mandat, qui a été un des éléments déclencheurs de la révolution du 22 Février.
Pour Mme Hanoune, en lisant quelques articles contenus dans la loi sur les hydrocarbures, intégrer des étrangers dans la gestion du réseau de transport des hydrocarbures est une "menace à la sécurité nationale", au-delà des "pertes financières" que cela engendre pour l'économie nationale, qu'elle qualifie d'"atteinte à la souveraineté nationale".
Louisa Hanoune a profité de son intervention pour rappeler le rôle salvateur des syndicats dans ce contexte particulier que traverse le pays, faisant le parallèle avec celui joué par la puissante Centrale syndicale tunisienne, l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), dans la canalisation des énergies ayant conduit à la chute de l'ancien régime de Zine el-Abidine Ben Ali.
Tout en se refusant de faire le bilan de l'Union générale des travailleurs algériens, dans ce contexte précis, la SG du PT estime, néanmoins, que les syndicats ont la responsabilité d'appuyer et de soutenir le peuple dans sa révolution. "Le débat sur le rôle des syndicats s'impose, dans ce contexte politique, surtout depuis le 22 février 2019", a-t-elle insisté.

L. MENACER


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.