Man City : De Bruyne, Guardiola n'est pas rassuré...    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Milan AC : Trois nouvelles pistes en attaque    Vers l'adaptation du système LMD au marché de travail    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Le gouvernement allège la procédure    350 millions de dinars mobilisés    «Pour un baril à 100 dollars, il faudra d'autres chocs»    Sonatrach réplique aux accusations de Petroceltic    Recensement des dossiers en suspens    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    Présidentielle et législatives en février 2022    La libération des détenus d'opinion réclamée    Moins nombreux, mais toujours déterminés    SOUS LA PLUIE, LE HIRAK    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    (12e journée)    Le MJS promet de prendre en charge la reconversion    Rejet des recours introduits    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Plus de 9 600 tonnes de pomme de terre déstockées    Sit-in des citoyens devant la résidence du wali    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Saisie de viande blanche avariée    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Bouira : Le protocole sanitaire oublié    ABUS DE POUVOIR    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    Du 18 avril au 18 mai célébration du mois du patrimoine    Opéra d'Alger : Des Ateliers de danses traditionnelles et de musique arabo-andalouse    Retard dans le versement des salaires: Grève et protestation des enseignants    Aïn Defla: Carambolage entre 34 véhicules, huit blessés    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Manifs et manips    Elle s'appele Elizabeth Moore Aubin    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    Place au carré se dessine    Le Hirak perd son inspiration    Garder son numéro en changeant d'opérateur    L'entente cordiale    Le processus électoral est inéluctable    Une situation explosive au Sahel    Quand la jeunesse répond présent    Initiation des enfants aux arts    Des films algériens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison
Reconnu coupable de corruption et de trafic d'influence dans l'affaire des écoutes
Publié dans Liberté le 02 - 03 - 2021

L'ex-président français a été condamné, lundi 1er mars, à trois ans de prison dont deux ans avec sursis dans le cadre de l'affaire des écoutes, qui avait éclaté en 2014, deux ans après son départ de l'Elysée.
L'ancien chef de l'Etat a été reconnu coupable d'avoir promis d'aider un ancien magistrat à obtenir un poste à Monaco en échange d'informations confidentielles au sujet d'une enquête le visant, à l'aide d'une ligne téléphonique enregistrée sous le nom de Paul Bismuth.
M. Sarkozy, qui était présent à l'audience dans ce procès de l'affaire dite "des écoutes", n'ira toutefois pas en prison, aucun mandat de dépôt n'ayant été requis, et les peines de moins de deux ans étant systématiquement aménagées en France. Il a dix jours pour faire appel.
Le 8 décembre, le parquet a requis contre l'ex-président, 66 ans, quatre ans d'emprisonnement dont deux ferme, estimant que l'image présidentielle avait été "abîmée" par cette affaire aux "effets dévastateurs".
Quelle que soit la décision du tribunal, elle sera historique, plus de neuf ans après la condamnation de Jacques Chirac à deux ans de prison avec sursis dans une affaire d'emplois fictifs à la ville de Paris, dont il avait été le maire.
La décision sera aussi cruciale pour Nicolas Sarkozy, qui affrontera dès le 17 mars un deuxième procès dans l'affaire Bygmalion, portant sur les frais de sa campagne présidentielle de 2012.
Retiré de la politique depuis 2016 mais toujours très populaire à droite, un an avant le prochain scrutin présidentiel, Nicolas Sarkozy a fermement réclamé à la barre d'être "lavé de cette infamie".

R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.