Réunion de la Ligue arabe sur El-Qods: Entretien Boukadoum-Abou El-Gheit    Barça : Koeman se montre compréhensif après la colère de Zidane    AC Milan: la durée d'indisponibilité minimum de Zlatan est connue !    Après des tensions avec Madrid et Berlin, le Maroc en brouille avec Téhéran    Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Les marches soumises à autorisation    La siesta    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    L'éviction de listes charme l'opinion    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les énergies renouvelables, une alternative durable
la Coface s'attend à ce que les prix du brut restent volatiles
Publié dans Liberté le 17 - 03 - 2021

La Compagnie française d'assurances pour le commerce extérieur (Coface) prévoit que les prix du pétrole devraient être en moyenne de 60 dollars le baril en 2021.
Dans son dernier Panorama, publié récemment, l'assureur-crédit français relève que l'impact de la pandémie de Covid-19 sur la croissance du produit intérieur brut (PIB) mondial et le volume des échanges commerciaux mondiaux a provoqué une forte baisse des prix du pétrole au printemps de 2020.
"Cette chute des prix, même passagère, a atteint différemment les exportateurs de pétrole du Moyen-Orient et de l'Afrique, selon la dépendance de leur économie au pétrole, leur solidité budgétaire et le niveau de leurs réserves internationales", indique la Coface.
Cette dernière rappelle qu'après être passé sous la barre des 15 dollars à la mi-avril 2020, le prix du Brent est remonté pour atteindre 41,7 dollars en moyenne en 2020, contre 64,3 dollars en 2019.
"Il devrait être de 60 dollars US en moyenne en 2021", prévoit l'assureur-crédit français qui s'attend à ce que les prix du pétrole restent volatiles au cours des prochains trimestres. Selon la Coface, des pays comme Oman, l'Iran, l'Angola, le Congo et la Guinée équatoriale ont un degré de dépendance pétrolière plus élevé en termes de PIB.
Bahreïn, l'Algérie, le Tchad et le Nigeria ont une part plus faible de leur production nationale qui dépend du secteur des hydrocarbures, mais sont très dépendants du pétrole en termes d'exportations et de recettes fiscales.
"Par conséquent, ces deux catégories sont confrontées à un risque plus élevé de perturbation économique en raison de la volatilité des prix de l'énergie", souligne l'organisme français.
Le différentiel de croissance entre 2019 et 2020, estime la Coface, sera important dans les pays africains où le pétrole et le gaz jouent un rôle majeur dans l'économie, comme l'Algérie (95% des exportations, 52% des recettes publiques et 25% du PIB). La Coface évoque le creusement des déficits budgétaire et extérieur en Algérie, malgré la rationalisation des importations. Une situation qui a provoqué l'érosion des réserves de change du pays.
Néanmoins, estime la Coface, l'absence, entre autres, de dette libellée en devises est un atout. L'assureur-crédit français relève que si quelques pays se distinguent, l'Afrique pèse peu dans l'industrie mondiale du pétrole et du gaz. 75% du pétrole produit en Afrique est exporté sous forme brute et une large part du besoin en produits raffinés est couverte par l'importation, si bien que tous les pays sauf quatre — Algérie, Côte d'Ivoire, Congo et Niger — sont des importateurs nets de produits pétroliers.
"Alors que vingt pays africains produisent pétrole et gaz, cinq d'entre eux représentent plus de 80% de la production continentale : l'Algérie, l'Angola, le Nigeria, l'Egypte et la Libye", souligne la Coface, qui précise que la production de la Libye et ses exportations ont été suspendues pendant la majeure partie de l'année 2020.
L'organisme français souligne que de multiples projets d'investissement dans les hydrocarbures ont été repoussés, tandis que la réalisation d'autres a pris du retard.
Cependant, en général, ajoute-t-il, ils ne sont pas remis en cause, notamment pour le gaz, considéré comme une étape vers l'énergie renouvelable. Pour la Coface, les énergies renouvelables peuvent donc représenter pour eux une source importante de diversification.

M. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.