[Vidéo] Scène héroïque des sapeurs-pompiers à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chengriha réclame la décontamination des sites
Essais nucléaires français à ReggAne et In Ekker
Publié dans Liberté le 10 - 04 - 2021

Le chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, Saïd Chengriha, a réclamé jeudi l'assistance de Paris pour la décontamination des anciens sites français d'expérimentation nucléaire dans le Sud algérien et la récupération des archives des zones d'enfouissement du matériel radioactif.
Au cours d'une entrevue axée sur la coopération militaire entre les deux pays, Saïd Chengriha a également sollicité le soutien du général Lecointre en visite à Alger pour inclure ce point au menu de la 17e session du groupe algéro-français, prévue en mai prochain.
"Je tiens à évoquer la problématique des négociations au sein du groupe algéro-français, au sujet des sites d'essais nucléaires et des autres essais au Sahara algérien, où nous attendons votre soutien, lors de la 17e session du groupe mixte algéro-français, prévue en mai 2021, pour la prise en charge définitive des opérations de réhabilitation des sites de Reggane et d'In Ekker, ainsi que votre assistance pour nous fournir les cartes topographiques permettant la localisation des zones d'enfouissement, non découvertes à ce jour, des déchets contaminés, radioactifs ou chimiques", s'est adressé Saïd Chengrina à son homologue français, selon un communiqué du ministère de la Défense nationale.
En l'espace de deux mois seulement, c'est la troisième fois que les hautes autorités algériennes reviennent à la charge sur cet l'héritage colonial radioactif, l'érigeant ainsi comme l'un des principaux contentieux mémoriels entre Alger et Paris.
"Ces événements ne s'effacent pas de l'histoire des nations par prescription", avait déjà averti le président Tebboune le 19 mars, anniversaire du cessez-le-feu de la guerre de Libération. La remise des cartes d'enfouissement des déchets nucléaires est "un droit que l'Etat algérien revendique fortement, sans oublier la question de l'indemnisation des victimes algériennes des essais", avait aussi écrit le général Bouzid Boufrioua dans l'édition, début février, de la revue El Djeïch. Selon lui, les explosions ont causé "un grand nombre de victimes" et "des dégâts à l'environnement" qui durent encore jusqu'à présent.
La France avait procédé à un total de 17 essais nucléaires dans le désert algérien entre 1960 et 1966, d'abord sur les sites de Reggane, puis d'In Ekker. Onze d'entre eux, tous souterrains, sont postérieurs aux Accords d'Evian de 1962 qui actaient l'indépendance du pays.
Une clause secrète, qui permettait à la France de disposer de ces sites d'expérimentation pendant cinq ans supplémentaires, explique le silence observé pendant de longues années par Alger qui n'a pas pensé à l'époque à négocier une décontamination des lieux et à exiger la documentation liée à ces essais nucléaires.
Ce n'est qu'en 1996 que la question a été posée officiellement par l'ancien ministre des Moudjahidine Saïd Abadou qui, à partir du "point zéro" de l'impact de Gerboise bleue, a dénoncé le crime. Côté français, l'idée de rouvrir ce dossier commence à faire son chemin.
Dans son rapport qu'il a remis en janvier au chef de l'Etat Emmanuel Macron, Benjamin Stora a appelé à aborder le dossier du legs nucléaire pour "réconcilier les mémoires" et "regarder l'histoire en face".
L'historien a préconisé, en outre, "la poursuite du travail conjoint concernant les lieux des essais nucléaires en Algérie et leurs conséquences", en référence à la commission installée en 2007, dans le sillage de la visite à Alger du président Sarkozy, pour établir un diagnostic de la situation.
De multiples autres groupes de travail mixtes ont été créés, notamment sous la présidence de François Hollande, pour se pencher sur la question des archives et sur celle des disparus de la guerre de Libération. Mais depuis, rien n'avait filtré sur leur travail jusqu'à août 2020. Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, avait alors soutenu que ces diverses commissions reprendraient leurs conclaves après la pandémie de Covid-19.

Nissa H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.