Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Cessez la répression et libérez les détenus !"
Des collectifs autonomes dénoncent les harcèlements policiers et judiciaires des activistes du hirak
Publié dans Liberté le 20 - 04 - 2021

Un choix de cible qui ne serait pas fortuit, selon eux, mais qui obéirait plutôt "à une volonté qui consiste à vider le Hirak de ses forces organisées de ses cadres et des corps intermédiaires".
Réagissant à la dernière vague d'arrestations des activistes du Hirak depuis le début de ce mois d'avril, des collectifs d'universitaires et d'intellectuels et les comités de défense des droits humains et des libertés lancent un appel à la mobilisation pour la libération de tous les détenus d'opinion.
Dans une déclaration rendue publique ce lundi, la Coordination nationale des universitaires algériens pour le changement (Cnuac), le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), le Comité algérien contre la torture et les conditions carcérales inhumaines (CACTCCI) et le Collectif pour la libération des détenus d'opinion et le respect des libertés démocratiques (Coldorel) ont estimé que "seule la mobilisation paye" et qu'à ce titre il s'agira de "faire barrage à la politique périlleuse et aventureuse du régime visant à réprimer tous azimuts, en particulier les jeunes des quartiers, et à détacher les élites du mouvement populaire". Sous l'intitulé "Basta ! Cessez la répression et libérez les détenus !", ces derniers ont estimé que "le régime s'enfonce dans son aveuglement à vouloir en finir avec le mouvement populaire, le Hirak. Il redouble de férocité en ciblant ces derniers jours les éléments actifs du Hirak parmi les universitaires et les cadres du milieu associatif".
En ce sens, le cas de l'universitaire Mahana Abdesselam, professeur de physique nucléaire à l'USTHB et membre du Cnuac, arrêté vendredi passé à Alger alors qu'il prenait part à la marche hebdomadaire du Hirak, est mis en avant par les signataires de la déclaration : "L'universitaire Mahana Abdesselam, le militant engagé de la démocratie et le scientifique rigoureux, devrait être présenté ce lundi 19 avril devant le procureur, mais sa comparution est reportée à une date ultérieure." Et il en est de même pour d'autres : "La vague d'arrestations arbitraires s'est étendue pour toucher Nacer Meghnine, président de l'association SOS Bab El-Oued, Karim Athmane et son ami youtubeur Bilal Chache, connu sous le nom de Bilal Nouni, ainsi que Kamel Derriche et Mourad Khoudja. Ces cinq interpellés ont vu leur garde à vue prolongée pour être présentés aujourd'hui devant le procureur de Sidi M'hamed."
Un choix de cible qui ne serait pas fortuit, selon eux, mais qui obéirait plutôt "à une volonté qui consiste à vider le Hirak de ses forces organisées de ses cadres et des corps intermédiaires". Ils y décèlent aussi des tentatives de vouloir dévier le Hirak de l'un de ses principes cardinaux, sa "silmiya" (son caractère pacifique, ndlr). Les signataires de la déclaration vont plus loin en estimant que le dernier communiqué du Haut-Conseil de sécurité (HCS) a donné les contours de cette ligne stratégique qui consisterait "à désigner le Hirak comme ennemi, 'sous l'emprise à la fois des séparatistes et des terroristes'. Cette stratégie du pire a déjà échoué". Et, hasard du calendrier, ils estiment enfin qu'en recourant aux interpellations intempestives, "le régime veut attirer le Hirak sur son terrain favori, celui de l'affrontement, de l'émeute et de la culture de la violence. N'oublions pas Massinissa Guermah, assassiné le 18 avril 2001, et les 128 victimes du Printemps noir. Cette répression qui perdure est une forme de chantage que ce régime tente d'exercer sur la société pour passer son coup de force et imposer ses élections législatives le 12 juin prochain".
Kamel Ghimouze


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.