Les indépendants à l'assaut des communes    La décontamination en débat    L'allocation chômage entrera en vigueur début 2022    Le Gouvernement s'engage    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    Des retards qui font mal    Le pari de la sécurité sanitaire    Tebboune tiendra sa promesse    Lamamra brille à New York    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Ajournement de plusieurs procès de hirakistes    Nombreuses et inquiétantes fuites d'eau à Ghebal    Des salaires à corriger    Le Ghanéen Laryea au sifflet    Algérie-Soudan les 20 et 26 octobre    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Avenir radieux pour le gaz ?    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    À quand le vrai bonheur?    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'économie de la connaissance et le développement agricole en question
NOUVEL OUVRAGE COSIGNE PAR RACHID BENAISSA ET ABDELKADER DJEFLAT
Publié dans Liberté le 15 - 07 - 2021

L'ouvrage Economie de la connaissance et développement agricole et rural est le résultat d'une rencontre inédite entre deux personnalités de renom, aux riches parcours professionnels et universitaires.
Abdelkader Djeflat et Rachid Benaïssa se sont mis d'accord pour écrire un livre sur l'économie de la connaissance, un sujet qui les a intéressés, voire fascinés durant de longues années. Le premier est professeur émérite d'économie à l'université de Lille (France).
Il est membre fondateur de plusieurs réseaux de laboratoires dédiés à l'économie de la croissance, l'innovation et l'intelligence économique. Le second n'est autre que l'ancien ministre de l'Agriculture et du Développement rural entre 2008 et 2013.
L'idée d'un tel projet a germé lors d'une rencontre à Mostaganem en 2006 où chacun a découvert le travail accompli par l'autre. Deux expériences se confrontent et deux regards se croisent et tentent à travers l'analyse de l'expérience vécue, d'implémenter l'économie de la connaissance dans l'un des secteurs les plus importants à savoir l'agriculture et le développement rural.
L'ouvrage est l'aboutissement d'un processus d'échanges de plusieurs années entre les deux auteurs. Le fait déclencheur est la parution d'un article du Pr Djeflat dans la revue Innovation et Développement dans lequel l'expérience des PPDRI (Projet de proximité de développement rural intégré) est analysée à travers le prisme de l'économie de la connaissance. Le livre est divisé en trois parties étalées sur 10 chapitres. La première présente le concept de l'économie de la connaissance.
La deuxième traite de son implémentation sur le terrain via la politique du renouveau agricole et rural avec ses réussites et ses échecs. La troisième partie analyse les perspectives et les nouveaux enjeux auxquels doivent faire face le secteur du développement agricole et rural et l'économie de la connaissance de manière générale. Dans l'ouvrage, l'on apprend que le concept de l'économie de la connaissance est apparu dans le discours officiel pour la première fois en 2020.
Les pouvoirs publics voulaient en faire un instrument pour améliorer la gouvernance publique, la transparence dans la gestion publique, le gain de temps, l'utilisation des NTIC (Nouvelles technologies de l'information et de la communication), la débureaucratisation, le rajeunissement de l'encadrement, la création d'emplois, la dynamisation de la croissance économique...
Les deux auteurs ont voulu retracer et analyser les différentes phases par lesquelles est passée la mise en œuvre de cette économie de la connaissance à travers la politique du renouveau agricole et rural et les PPDRI.
Ce modèle qui est relativement bien intégré dans le secteur agricole ne pourra être durable que si la sphère de la connaissance et l'université sont massivement impliquées dans la poursuite et l'approfondissement de la conception et de la mise en œuvre de ce programme. D'où la nécessité d'une action plus profonde de l'Etat, est-il mentionné dans le livre.

B. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.