Premier League : Liverpool corrige Everton    Bloqué en Espagne: Levée des réserves sur le navire «Tinziren»    Incendie de la raffinerie de Skikda: L'un des blessés décède    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    Traité du Quirinal: Italiens et Français se préparent pour le jour d'après    A quand «la ruée vers l'or» ?    Football - Ligue 1: Le WAT et le RCR dos au mur    MC Oran: Tayeb Mehiaoui poussé vers la sortie ?    Pass sanitaire aux frontières, vaccination: Le gouvernement serre la vis    Bd Hammou Boutlelis: Découverte d'un corps sans vie d'un ressortissant africain    L'ennemi aux sept têtes    AU NOM DE LA LOI !    Le naufrage islamiste    Les talibans exhortent les Etats-Unis à débloquer les fonds gelés    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis à Roch Kaboré    La périlleuse ligne droite vers les élections    Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique : arrivée à Oran du vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères de l'Ethiopie    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le train n'a pas sifflé à Alger    La clause libératoire Haaland dévoilée    Grealish fait son autocritique    Chelsea veut Chiesa    L'Algérie confirme son statut de favori    Le réquisitoire d'un expert    Ramtane Lamamra tacle la France    Le Cnapeste toujours sur le pied de guerre    1.700 cas et 150 décès en 2021    Entre soulagement et désagréments    Le ministère apporte des précisions    L'armée saisit plus de 3 quintaux de cannabis    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le FMI affiche sa satisfaction    Les partis à l'épreuve des alliances    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    Le Front marocain de soutien à la Palestine prépare un plan d'action contre la normalisation    Sahara occidental: "L'UE ne doit plus se laisser faire chanter par le Maroc"    La formation des journalistes des organes de presse, une "nécessité impérieuse"    Tayeb Zitouni appelle à la contribution de la construction d'une économie forte    La 8e édition en décembre à Mostaganem    Coupe Arabe : Une entrée en matière réussie pour les Verts face au Soudan    Le FLN conserve son leadership, percée des indépendants    Semaine du court métrage    La mairie d'Oran change de couleur    Une exposition à Paris, célébrant Mohammed Dib    Vers la révision des textes juridiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un véritable musée de l'histoire de la région
ANCIENNE EGLISE DE LAGHOUAT
Publié dans Liberté le 12 - 10 - 2021

Construite en 1900 suivant un cachet architectural typique à la région et située dans la partie nord-est de la ville, à côté du marché Rehbet-Ezzitoun et du beau jardin public, cette belle église, devenue cathédrale en 1955, a été transformée en musée communal pour être fermée et laissée à l'abandon pendant la décennie noire, puis rouverte en 2004, pour devenir une vraie fenêtre de l'histoire de la région de Laghouat.
Le musée qui fait office actuellement de siège de l'association culturelle Z'gag Hadj-Aïssa reconstitue, par les nombreuses pièces, objets archéologiques et cartes géographiques qu'il recèle, la véritable histoire retraçant le passé de cette belle région des Hauts-Plateaux.
Les pièces archéologiques préhistoriques qui remontent à 7 000 ans, notamment les gravures rupestres et les villages berbères actuellement en ruines, constituent le trésor inestimable qu'il renferme. Pour rappel,
Laghouat est connue pour son riche passé historique et ses potentialités touristiques, sachant qu'elle dispose de 52 sites préhistoriques recensés et de 13 ksour abritant des stations datant de l'ère préhistorique.
D'ailleurs, à In-Sfisifa, région située à 5 km au nord du ksar d'El-Ghicha, on y trouve des gravures rupestres datant de 7 000 ans. La station de Sfisifa a été retenue par l'Unicef pour sa gravure rupestre représentant un éléphanteau, protégé par sa maman, étant menacé par un lion.
Cette représentation a symbolisé en 1986 la célébration, par cette institution onusienne, l'Année mondiale de l'enfance. Ouvert le long de la semaine, le musée communal de Laghouat, véritable mémoire collective des autochtones, est devenu le lieu de pèlerinage de centaines de citoyens profanes de l'histoire.
En raison de l'exposition photo, de l'urbanisme de la région et de la découverte de la multitude de ksour berbères évoluant à travers les différentes époques, ainsi que de l'artisanat, notamment la confection du tapis, le musée est fréquenté par des jeunes, des étudiants et des lycéens en particulier, en quête du génie créateur de leurs ancêtres.
En effet, le musée met en relief l'histoire de la région de Laghouat à travers son patrimoine paléontologique qui remonte à 80 millions d'années, selon les spécialistes. Une période de l'histoire pour laquelle 140 empreintes de dinosaures (Théropodes) ont été découvertes dans la région de Messaâd (Djelfa). Le patrimoine préhistorique qui date de 7 000 ans est indiqué par l'exposition des nombreuses gravures rupestres.
Un patrimoine riche de 52 sites recensés situés dans plusieurs parties du territoire de la wilaya de Laghouat, dont les plus importants se trouvent à El-Ghicha, à Sid-Makhlouf et à El-Hasbaya. Cela, en sus du patrimoine
protohistorique qui date de 5 000 ans. Un patrimoine qui compte quelque 800 monuments funéraires et des villages berbères qui se trouvent malheureusement en ruines.
Approché par Liberté, un sexagénaire de la région affirme que "ces monuments funéraires sont répartis en trois genres : Tumulus, La bazina et Le dolmen. On les trouve dans les régions de Milok (Laghouat) et Anfous du côté d'Aflou (Djebel Ammour). Quant aux villages berbères, témoins de l'histoire millénaire de l'Algérie, on a recensé jusque-là 54 villages abandonnés et laissés au gré des rudes conditions climatiques".
Ces derniers sont répartis à travers les communes de la wilaya de Laghouat. Mais leur état lamentable démontre le peu ou l'absence d'intérêt qu'accordent les pouvoirs publics à ce riche patrimoine susceptible de constituer des pôles d'attraction pour le public et les chercheurs.
Du coup, il devient un moteur pour le lancement de l'industrie touristique. Sans compter la splendeur des paysages naturels, le visiteur du musée communal de Laghouat est vite informé que pas moins de 422 sites de gravures rupestres préhistoriques et de nombreux cimetières romains sont recensés jusque-là.
La commune de Hassi Dellaâ, à 130 km au sud-est de Laghouat, se singularise par l'existence d'un cratère d'un rayon de 1,7 km et d'une profondeur de 70 m, creusé, selon les scientifiques, par une météorite de 60 t. Ce phénomène a fait l'objet de plusieurs études et recherches par des spécialistes d'universités nationales et étrangères.
De nombreuses autres villes de la wilaya de Laghouat recèlent leurs propres vestiges et monuments historiques, à l'image du ksar Kourdane à In-Madhi, localité abritant le siège de la zaouïa Tidjania qui, rappelons-le, a propagé l'islam jusqu'en Afrique de l'Ouest, notamment au Sénégal.

BOUHAMAM AREZKI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.