Instruction pour élargir la carte d'exploration de la baryte aux wilayas de l'extrême sud    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    JM/Haltérophilie: Faris Touairi en bronze à l'arracher, avec une prise à 161 kg    La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM/Escrime: médaille d'or pour Saoussen Dlindah Boudiaf    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    La Cour constitutionnelle célèbre le 60e anniversaire de l'indépendance    Mise en garde contre l'escalade marocaine au Sahara occidental occupé    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Makri avance sa proposition    Le sens et les messages d'un défilé    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Les déchets ménagers inquiètent    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Revoir Alger et mourir"
"Un rêve, deux rives", roman de Nadia Henni-MoulaI
Publié dans Liberté le 15 - 11 - 2021

On retrouve chez les descendants des émigrés algériens des années cinquante la même quête des racines et de vérité sur le parcours de leurs parents. Un rêve, deux rives de Nadia Henni-Moulai, paru aux éditions Slaktine en septembre 2021, est "une histoire personnelle mais universelle à bien des égards. À travers ce récit, on comprend mieux l'identité hybride (France/Algérie, Paris/Banlieue) que se construisent de nombreuses personnes issues de l'immigration qui ont grandi en banlieue".
Longtemps, Nadia Henni-Moulai s'est interrogée sur ses racines et sur son appartenance et, naturellement, sur son avenir. "Approchant du cap de la quarantaine, fermement décidée à exercer ce métier de journaliste qu'elle s'est choisi, le moment lui a semblé venu de poser par écrit les traces de son parcours et de ceux qui en furent les guides et les témoins." Son père, Ahmed, s'impose comme le "héros du récit". Un père venu en France, comme tant d'autres, pour échapper aux dures conditions de vie des montagnards. Un homme particulier, ce père qui a eu douze enfants, au gré de trois mariages et de deux veuvages. On est en pleine guerre d'Algérie, et Ahmed s'engage dans les "groupes de choc" de la Fédération de France du FLN. Occasion pour l'auteure de rappeler que "cette guerre d'Algérie fut également une guerre en France, en plein cœur de Paris ! Les événements du 17 octobre 1961 en attestent". Ainsi, en reliant petite et grande histoires, on comprend mieux "les conséquences que peuvent avoir la colonisation puis la décolonisation sur une famille". Après l'indépendance, Ahmed se retrouve ouvrier discipliné et père de famille respectable, mais très autoritaire.
Tout en "dirigeant" sa famille de main de maître, il nourrit le rêve de retourner à Alger pour y construire une maison. Nadia Henni-Moulai reconnaît qu'en fait elle ne découvre que "tardivement certaines facettes de cette forte personnalité, à l'égard de laquelle elle, comme ses frères et sœurs, a toujours été partagée entre crainte et admiration". Le récit livre aussi un éclairage sincère sur "la manière dont une enfant, devenue une jeune fille, puis une femme, peine à trouver sa voie, écartelée entre son appartenance à cette France qui est sienne, bien qu'elle s'y sente souvent différente, et cette Algérie qu'elle ne veut pas renier, par égard à son père, justement, mais qui reste, à ses yeux, un lointain mirage". Quelque peu nostalgique, le récit de Nadia Henni-Moulai "apporte une réponse convaincante à un discours tendant à considérer les immigrés et leurs descendants comme autant de menaces, niant là la complexité, mais surtout la profondeur de leur attachement à cette France dont ils sont légitimement partie prenante".
Ahmed possède un caractère bien trempé, intransigeant, aimant ses enfants à sa manière. "On ressent un homme fougueux, battant, croyant, inculquant aux siens la droiture, la modestie et le respect. Il a des principes, des désirs, des regrets et des secrets enfouis." Il s'éteint paisiblement à Alger, dans cette maison qu'il a toujours rêvé de construire au pays de ses racines. Ce livre de Nadia Henni-Moulai est un témoignage sur le parcours d'une famille immigrée en France, partagée entre l'appel des racines et le souci de réussir dans leur autre pays, la France. Le portrait d'un père qui fut de toutes les batailles de la vie, à commencer par celle qu'il n'a pas cessé de mener pour donner une bonne éducation à sa nombreuse descendance. Un témoignage, enfin, sur l'engagement d'Ahmed pour l'indépendance de son pays en livrant bataille dans ce que l'on appellera plus tard la Septième Wilaya.
Née en 1979 en Seine-Saint-Denis, Nadia Henni-Moulai, détentrice d'un DESS en communication, est journaliste et fondatrice du site Le Melting Book, qui "propose les portraits de ceux qui font bouger les lignes". On lui connaît la publication de 1954-1962, la guerre d'Algérie (éditions Les Points sur les i- 2011) et du Petit Précis de l'islamophobie ordinaire, paru en 2012 chez le même éditeur.

ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.