L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    L'apport de l'agriculture à la croissance    Bâtiment et Construction : Nécessité de transformer les idées innovantes en produits industriels    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Coupes africaines (16es aller) : Bons résultats des clubs algériens    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    Concours de recrutement à Sonatrach: Plus de 6.000 inscrits à Ouargla    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Une victoire et beaucoup de regrets    Boudebouz a hâte de rejouer    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Bedda en rassembleur    Je suis présidentielle 2019 !    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Filière ovine: La préservation des souches nobles et rares au cœur du débat    Blida: Pluies, neige et inondations    15 morts sur les routes en 48 heures    Chantage aux sentiments    Les travaux de réhabilitation en phase d'achèvement: La salle Marhaba livrée cet été    ONU : Adoption de 36 résolutions dont une relative au conflit du Sahara occidental    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sonnette d'alarme
SITES ARCHEOLOGIQUES EN DEPREDATION À CHEMORA (BATNA)
Publié dans Liberté le 06 - 12 - 2005

Cette région compte des vestiges de forteresses byzantines, de chapelles, de pressoirs à huile, de pierres de taille et débris divers remontant aux temps des Berbères, des Romains, des Byzantins… Malheureusement, toutes ces richesses sont en train de disparaître.
La commune de Chemora, située à une soixantaine de kilomètres à l'est du chef-lieu de la wilaya de Batna, fait parler d'elle en matière de sites archéologiques en déprédation.
Cette région compte des vestiges de forteresses byzantines, de chapelles, de pressoirs à huile, de pierres de taille et débris divers remontant aux temps des Berbères, des Romaines, des Byzantines. Malheureusement, toutes ces richesses de civilisations diverses, ces traits par lesquels se définit la région à un moment donnée de son histoire, faute de préservation, sont en voie de disparition ou ont bel et bien disparus, laissant des trous de mémoire béants. À l'image de ce site de dolmens détruits à Chemora et dont il ne reste que deux intacts. Ce site archéologique, s'il avait été préservé, aurait pu devenir touristique en drainant des visiteurs de tous les coins du monde au lieu d'être remplacé par un groupe d'habitations lugubres, rudimentaires et misérables où le chômage et la misère prennent racine.
À Henchir Fortas, des vestiges romaines dont certaines existent encore sont à l'abandon. La mémoire des habitants de la région commence à les oublier. La région est en train de perdre une richesse archéologique inestimable.
De toute urgence, les responsables de l'archéologie et de la culture de la wilaya de Batna sont sollicités à intervenir pour sauver ce qui reste des ruines de l'ancienne ville de Gassas (ou Guessès), une ville fréquemment mentionnée par les auteurs arabes et européens. De toutes les anciennes forteresses, malheureusement, il ne reste que des tas de pierres de taille qui sont sens dessus dessous et qui ne sont même pas protégées. Ces tas de pierres sont soumis au vandalisme, quotidiennement, par des habitants de la région qui les utilisent dans la construction de leurs maisons, de leurs cours ou leurs écuries. Parfois, des sites archéologiques sont utilisés en un lieu de pacage, ou de petit coin par les routiers. Chaque jour qui passe, des vandalismes et des déprédations sont commis par des casseurs, des iconoclastes des ruines, des collectionneurs de pièces se servent au détriment de l'histoire de la région. Personne ne réagit, ni les citoyens ni les élus, ni les responsables, comme si ces ruines n'avaient aucune importance à leurs yeux.
Dommage, des sites archéologiques de cette envergure, les pays frères et voisins auraient pu les exploiter et en faire des sites touristiques qui feraient rentrer de l'or. Qui sauvera Guessès de la destruction et de l'oubli ?
B. Belkacem


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.