Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Kabylie à l'heure du souvenir
Des marches ont été organisées à l'occasion du Printemps berbère
Publié dans Liberté le 22 - 04 - 2006

La célébration du double anniversaire du Printemps berbère et du Printemps noir a été marquée par une série d'activités, de manifestations de rue et des meetings à Tizi Ouzou, à Béjaïa et à Bouira.
La ville des Genêts a vibré jeudi aux rythmes des marches, de la grève générale et des rassemblements. En effet, le mot d'ordre de grève générale lancé par la coordination des archs, CADC de Tizi Ouzou, a été largement suivi dans le chef-lieu de wilaya où, contrairement aux autres localités, tous les commerçants ont baissé rideau, et la plupart des établissements publics, notamment scolaires, sont restés fermés.
Des délégués de l'aile dialoguiste des archs, des parents de martyrs et des citoyens ont tenu un rassemblement sur la place des Martyrs.
Après la minute de silence et le dépôt d'une gerbe de fleurs à la mémoire des 126 victimes des événements de Kabylie et en hommage à tous les militants du combat démocratique et identitaire, les organisateurs se sont succédé à la tribune pour évoquer ces deux dates symboles du combat pour l'identité et les libertés démocratiques en Algérie.
En outre, des milliers de marcheurs ont répondu à l'appel du MCB et des étudiants. À la tête de la manifestation des étudiants membres de la CLE, Coordination locale des étudiants. Les carrés de la procession prennent de l'épaisseur au fur et à mesure que la marche avance. D'autres carrés sont constitués par des citoyens venus des quatre coins de la région, déployant des banderoles du MCB sur lesquelles on pouvait lire : “Avril 80, repère des luttes citoyennes”, “Tamazight, langue nationale et officielle” ou encore “Tamazight = Afrique du Nord”. Aussi avons-nous remarqué la présence d'une délégation du RCD conduite par le Dr Saïd Sadi et son staff de l'exécutif. Il y avait également des élus du PT, des anciens militants comme Saïd Khellil, le président du MCB, le Dr Mouloud Lounaouci, des militants marocains de la cause amazigh. “La majorité des marcheurs sont des jeunes, cela veut dire que la graine de l'espérance démocratique semée en 80 a fleuri”,dira le leader du RCD. Vers midi, la procession arrive devant le siège de la wilaya.
Une minute de silence a été observée à la mémoire de tous les martyrs, avant qu'un étudiant ne lise un communiqué de la CLE, dans lequel est saluée la mobilisation de la communauté universitaire et des citoyens. La foule se disperse dans le calme, avec un sentiment du devoir accompli.
À Béjaïa, le 26e anniversaire du Printemps amazigh a été célébré dans la division, puisque la capitale des Hammadites a connu trois marches.
La première démonstration de rue, initiée par le MCB, s'est ébranlée depuis l'entrée principale du campus universitaire pour prendre fin devant le siège de la wilaya. Cette manifestation a vu la participation de nombreux étudiants qui scandaient des slogans hostiles au pouvoir. La seconde marche est celle organisée par l'aile dialoguiste de la CICB. Elle a démarré à partir de l'esplanade de la Maison de la culture pour se diriger vers la promotion immobilière de la Somacob, à Ihaddaden. Arrivés sur les lieux, les animateurs de la CICB ont animé un meeting. Pour sa part, l'aile dite antidialoguiste de la CICB a organisé une autre marche à Béjaïa-ville.
Par ailleurs, la marche à laquelle ont appelé les signataires de “la Déclaration de Tifrit” a eu lieu ce jeudi à Akbou dans le calme et la discipline. À son point de départ, au lycée Mohamed-Haroun, ils étaient près de quatre cents personnes, en majorité des étudiants et des militants d'horizons politiques divers, à battre le pavé en arborant des calicots dénonçant “le jacobinisme de l'Etat algérien”. Chemin faisant, la manifestation a fini par drainer près de deux mille personnes à son point de chute, place Colonel-Amirouche, en face de la mairie.
Le meeting qui a suivi cette marche a débuté par la traditionnelle minute de silence à la mémoire de tous les martyrs de la démocratie. Premier orateur à prendre la parole, Sofiane Adjlane est revenu brièvement sur “la démarche unitaire” du groupe initiateur de la manifestation avant de donner lecture à ce qui est convenu d'appeler la “Déclaration de Tifrit”.
Les autres intervenants, Nacer Haddad, ex-militant du FFS, Mlle Naït-Sid Kamira, du Collectif des femmes du Printemps Noir et du Congrès mondial amazigh ou Ferhat M'henni, porte-parole du MAK, ont tous appelé à en finir avec le jacobinisme pour rebâtir l'Etat sur de nouvelles bases, tout comme ils ont appelé à l'union la plus large autour de cet idéal. “Nous ne sommes contre personne, nous sommes pour l'union de tous les Kabyles”, dira en conclusion Ferhat M'henni. Sur ce, les manifestants se sont dispersés dans le calme.
La ville de Bouira a connu pour sa part deux marches populaires. La première a été organisée par la CCCW de Bouira, aile dialoguiste. La seconde a été initiée par le MCB.
Ferhat M'henni, du MAK, à Akbou “Il nous faut emprunter un autre chemin.”
“Aujourd'hui, Akbou est devenue le cœur battant de la Kabylie ; un cœur qui appelle à l'union et à la fraternité. Aujourd'hui, il nous faut emprunter un autre chemin que celui que nous avons emprunté depuis 1989. Nous avons eu deux partis que je respecte par ailleurs, mais qui nous ont divisés et nous constatons que l'islamisme du maquis et l'arabisme de l'Etat se sont ligués contre nous. La Kabylie est isolée, mais elle l'a été depuis la Révolution de 1954. Aujourd'hui, nous sommes ici pour dire non au jacobinisme à l'algérienne. Notre action, notre démarche ne s'inscrivent contre personne. Nous sommes pour l'union de tous les Kabyles”.
Mouloud Lounaouci, président du MCB “Notre mouvement garde toute sa vigueur.”
“La grande marche de ce jeudi est la preuve que le MCB garde encore toute sa vigueur. Malgré les manœuvres du pouvoir à vouloir créer des troubles pour casser notre action, avec l'improvisation d'un meeting avec une poignée d'individus sur le trajet de la marche, celle-ci a été une réussite totale”, a déclaré le Dr Lounaouci, hier, lors d'un point de presse à l'hôtel Lalla-Khedidja. Le conférencier notera la symbiose qu'il y a entre une jeune élite estudiantine et le reste de la population, allant jusqu'à comparer cet état d'esprit avec celui d'Avril 1980. “Cette symbiose s'explique par le fait que le témoin est transmis aux jeunes militants qui ont juré fidélité au combat de leurs aînés. Notre mouvement est caractérisé par la mémoire, et cela présage de bons augures. La relève est là ; le flambeau est repris et le greffon de la délinquance politique ne prendra pas. Jamais”, fera-t-il remarquer avant de conclure : “La Kabylie de la loyauté et des convictions a su mettre en échec voyous et corrompus. Toutes les manœuvres du pouvoir, visant à casser notre dynamique politique, se briseront inéluctablement sur le mur de nos convictions chevillées.”
Bélaïd Abrika, de la CADC “Beaucoup d'avancées ont été enregistrées.”
“La commémoration du double anniversaire du Printemps noir et Tafsut Imazighen constitue pour nous, cette année, un moment où chacun de nous a fait sa démonstration.
Beaucoup d'avancées ont été arrachées concernant la langue amazigh en tant que langue nationale, son intégration à l'école et dans la communication ; mais nous demeurons insatisfaits et nous exigeons plus, car la langue amazigh est millénaire et nécessite beaucoup de moyens pour sa réhabilitation, puisqu'il s'agit d'un patrimoine universel. Le mouvement des archs continuera à œuvrer dans ce sens dans un cadre rassembleur, unificateur, sans exclusion aucune; bien au contraire, avec toutes les forces authentiques, sincères et indépendantes, pour l'édification d'un Etat de droit, la construction d'un Etat démocratique et social, comme l'a voulu Abane Ramdane. Je tiens à saluer particulièrement l'esprit d'abnégation de notre population et d'avoir répondu massivement à la grève et au rassemblement. C'est une façon aussi de reconnaître les siens et de rendre un vibrant hommage à tous ces militants et générations pour continuer le combat.”
ALI LASKRI À BEJAIA “Il faut élargir le combat d'Avril 80”
Le premier secrétaire national du FFS, M. Ali Laskri, a animé, avant-hier, une conférence au Théâtre régional de Béjaïa. Le conférencier a tracé l'historique du combat culturel amazigh et appelé l'assistance à “élargir le combat d'Avril 80”. “Le printemps d'Avril 80 doit être célébré à travers toutes les contrées du pays”, a-t-il soutenu. “Il faut réhabiliter le politique pour restaurer les libertés démocratiques”, a-t-il déclaré. La mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale ne doit pas se limiter, selon l'orateur, uniquement aux terroristes, mais aussi “aux martyrs du FFS de 1963” tout en exigeant de situer les responsabilités.
“Il faut situer les responsabilités dans cette tragédie”, a indiqué A. Laskri en revendiquant “le devoir de justice et de vérité”.
Abordant les relations internationales, M. Ali Laskri a évoqué le traité d'amitié entre l'Algérie et la France.
“Le traité d'amitié entre les deux pays doit se faire sur la base d'un rapprochement entre les deux peuples et non entre les deux gouvernements”, soutient M. Ali Laskri.
Djamel Ferdjellah, 1er vice-président du RCD “Le 20 Avril continue de rythmer le combat démocratique.”
“La mobilisation d'aujourd'hui au-delà de sa dimension symbolique est de nature à mettre en échec la machine machiavélique du pouvoir.
Celui-ci, dans sa quête de normalisation de la Kabylie, déploie des moyens faramineux de l'Etat pour brouiller les repères politiques et souiller la mémoire combattante incarnée par le 20 Avril 80. S'inspirant des idéaux de la plate-forme de la Soummam dont il constitue la traduction contemporaine, le 20 Avril continue de rythmer le combat démocratique des nouvelles générations. En ces moments de renoncement et de reniement, cette démonstration populaire porte en elle l'espoir d'une Algérie démocratique et républicaine”.
S. L./Y. A. /D. A. /K. O. /A. D.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.