Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sept personnes sauvées in extremis d'une mort certaine    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Deux suspects arrêtés    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Ligue des champions d'Afrique : Le CSC depuis hier en Egypte    Coupe d'Algérie (1/4 de finale aller) : L'USM Annaba et le NA Hussein-Dey prennent option    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Réunion des partis de l'opposition    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    En un an, la facture a presque doublé    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Sommet de l'opposition pour une candidature unique.. Des tractations laborieuses    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Hockey sur gazon.. Nécessité d'accompagner les formateurs de demain    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Dernière roue de la charrette…    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    LOGEMENT SOCIAL : 2 millions de bénéficiaires ne paient pas leurs redevances    Braquage de Boumerdès : 4 convoyeurs de fonds arrêtés    PRESIDENTIELLE 2019 : Ouyahia exhorte ses partisans à voter Bouteflika    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Aux actionnaires de valider le passage sous Hyproc    Varsovie attend des excuses d'Israël    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retard dans la création de zones industrielles
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 11 - 2018

En janvier 2018, la nouvelle est tombée sèche, comme un couperet et a fait beaucoup d'heureux parmi des promoteurs, des investisseurs et des industriels, de la région et ceux venant d'autres wilayas ou d'outre-mer.
Un investissement public de plus de 100 milliards de centimes a été alloué pour la réhabilitation de 13 zones d'activité implantées dans les chefs-lieux de daïra et autres communes qui disposaient des réserves foncières appropriées pour lancer des activités à caractère semi-industriel, artisanal et de services, comme le stipulent les cahiers des charges élaborés par la direction concernée. L'information a révélé que 8 milliards du montant global ont été puisés du budget de la wilaya, un montant approuvé par les élus de l'APW sortante à l'issue d'une délibération en bonne et due forme. Ces dossiers et ceux des deux zones industrielles, implantées à Aïn Témouchent et Tamzourah (55 km au nord-est d'Aïn Témouchent) ont été de nouveau mis sur la table des débats, depuis peu, lors d'une émission radiodiffusée.
Ce besoin d'en revenir a été, pour beaucoup d'observateurs, nécessaire, pour voir où sont les choses, le niveau d'aménagement au niveau de chaque zone et les causes ayant retardé certaines à voir le jour, comme à Hassasna. Le maire de Terga a reproché aux responsables concernés le fait de ne pas avoir pensé à la création d'une zone d'activité dans sa commune qui est une localité côtière. Ceux qui savaient lire entre les lignes ont compris la ville côtière de Terga est destinée pour le développement du tourisme au niveau de sa zone d'expansion touristique en plein essor. On comprend aussi que les autorités veillent à l'équilibre zonal entre les différentes communes dont principalement celles qui n'ont pas de ressources propres pour le développement local.
A part quelques sites, la quasi-totalité des zones d'activités connaît un taux d'occupation faible à insignifiant. Il est à noter que ces espaces ont été créés dans les années 90 du siècle dernier. De grandes transactions foncières frauduleuses ont été opérées à tel point que des assiettes foncières ont été vendues plusieurs fois durant les deux dernières décennies, ont révélé les anciens locataires de l'APW lors de la session plénière en décembre 2014. Les représentants du peuple, tout en étant favorablement motivés au développement des zones d'activité et la promotion de l'investissement, dans la wilaya d'Aïn Témouchent, ont exigé, à cette époque, la création d'une entité qui sera chargée de la gestion des zones d'activités à l'instar des zones industrielles dont la gestion a été confiée à un organisme national, lui aussi manquant de moyens, ne fait que tituber et balbutier.
On comprend, tacitement, que les représentants du peuple veulent des assurances pour que l'argent du contribuable serve effectivement à la relance de l'investissement et l'économie des communes qui disposent des zones d'activités à promouvoir. Il est à rappeler, et c'est bien de le mentionner, le département de l'environnement avait émis des réserves fondées quant à l'implantation d'activités polluantes. Pour cela, il était question de soumettre le dossier des zones d'activités et des zones industrielles à des bureaux d'études d'envergure spécialisés pour se prononcer sur les investissements à projeter et voir s'ils sont en concordance avec les projets proposés en matière d'impact sur l'environnement. Un rapport devait aboutir à l'autorité de tutelle de l'époque pour prendre les décisions qui s'imposent en temps voulu et approprié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.