Le Président Tebboune assure que le Hirak est un phénomène salutaire et met en garde contre toute tentative d'infiltration    Arkab reçoit une délégation du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja    Abderrahmane Hadj-Nacer : « Le hirak finira par gagner »    Sidi Bel-Abbès : Lamine Osmani salue la décision du président de la République    Ex ministres et walis cités dans des affaires de corruption: la Cour d'Alger lève des charges et retient d'autres    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    FC Barcelone: Braithwaite, c'est signé (officiel)    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    «Par quelle main retenir le vent»    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Libye : retour à la case départ    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Une usine qui couvre les besoins nationaux pour les cancéreux    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    «Le foot ne se gère pas avec un casse-croûte»    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 04 - 2019

L'Algérie actuelle assiste à différents niveaux de contestation dans tous domaines confondus. C'est le moment où jamais pour réclamer ses droits et faire pression sur les décideurs.
Après le dernier rassemblement observé par les travailleurs et syndicalistes affiliés à la centrale syndicale (UGTA), les travailleurs du secteur de la Poste, des Télécommunications, des technologies et du numérique ont consenti à l'organisation d'une grève de trois jours, prévue notamment les 28, 29 et 30 avril prochain. La situations précaires de ces salariés qui se disent marginalisés et ignorés par leurs directions respectives, s'adressent cette fois-ci au ministère de la tutelle, l'appelant à répondre à leurs revendications socioprofessionnelles et au respect de leur promesse de revaloriser les salaires de ces travailleurs, comme était soutenu à maintes reprises par cette autorité. Des décisions sans effets. C'est l'une des raisons qui a motivé ce débrayage décidé jeudi par la Fédération nationale des travailleurs de la poste et des télécommunications des technologies et du numérique lors du sit-in organisé devant le siège de l' UGTA ( Union générale des travailleurs algériens) aux côtés de plusieurs autres travailleurs d'autres secteurs. Outre causes de cette grève, l'absence de transparence et de rigueur dans le recrutement, l'accusant ainsi du « favoritisme et de clientélisme ». Deux critères sur lesquels est basé l'embuche, selon ces syndicalistes qui souhaitent mettre un terme à ce comportement et appelant à appliquer le principe de « l'équité ». S'ajoute à cette liste, le recours de l'entreprise aux licenciements abusifs et arbitraires, d'un côté et de sanctions infondées de l'autre côté. La seule façon de faire réagir les responsables de cette société, selon la fédération est la grève. La fédération, a dénoncé dans un communiqué, la politique utilisée par le Ministère, depuis plusieurs années et l'appellent , au « dialogue » pour discuter de la situation financière de ces salariés et tenter dans l'urgence de trouver des solutions aux problèmes socioprofessionnels des postiers et des employés des Télécoms. Dans le même communiqué, les syndicalistes à la tête de ce mouvement de grève ont énuméré les revendications par ordre de priorité. Parmi celles-ci figurent, entre autres, la « révision de la grille salariale pour toutes les catégories professionnelles », la « revalorisation des primes et la régularisation des échelons ». Cette question a déjà été soulevée par les syndicalistes et approuvée par la tutelle, mais aucune suite ou décision n'a été dégagée. Ce qui a contrarié les travailleurs des télécoms et des postiers, qui s'interrogent sur la véracité de l'annonce liée à l'augmentation de 13% du salaire de base en mars dernier a été appliquée par les décideurs. Ils s'interrogent surtout si cette décision a été appliquée sur une minorité, excluant les autres travailleurs. Pour rappel, depuis plusieurs semaines le mouvement de contestation par la grève a gagné plusieurs secteurs où les travailleurs réclament juste et équité socio-professionnelle. Les salaires ne s'adaptent plus au marché et le pouvoir d'achat des Algériens est aux aguets à cause de la hausse de l'inflation et le dérapage continuel de la monnaie nationale.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.