Les algérois manifestent malgré la répression    Campagne de circoncision collective    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Le rebond économique mondial compromis par la guerre commerciale    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Man United prêt à proposer un salaire conséquent à De Ligt    Real : Les supporteurs veulent Mbappé plutôt que Neymar    Le Gabon nomme son nouveau sélectionneur    VENDREDI 14ème : Une transition pour rouvrir l'espace-nation algérien obstrué    Un élément de soutien aux groupes terroristes arrêté à Tlemcen    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Cher futur Président, je te veux…    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    Scrutin présidentiel : «Rejet populaire»    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Le trip de l'amour et ses revers    La presse a toujours été le souffre-douleur des régimes…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Les députés FLN tentent la manière forte    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le duel jusqu'au bout !    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 04 - 2019

L'Algérie actuelle assiste à différents niveaux de contestation dans tous domaines confondus. C'est le moment où jamais pour réclamer ses droits et faire pression sur les décideurs.
Après le dernier rassemblement observé par les travailleurs et syndicalistes affiliés à la centrale syndicale (UGTA), les travailleurs du secteur de la Poste, des Télécommunications, des technologies et du numérique ont consenti à l'organisation d'une grève de trois jours, prévue notamment les 28, 29 et 30 avril prochain. La situations précaires de ces salariés qui se disent marginalisés et ignorés par leurs directions respectives, s'adressent cette fois-ci au ministère de la tutelle, l'appelant à répondre à leurs revendications socioprofessionnelles et au respect de leur promesse de revaloriser les salaires de ces travailleurs, comme était soutenu à maintes reprises par cette autorité. Des décisions sans effets. C'est l'une des raisons qui a motivé ce débrayage décidé jeudi par la Fédération nationale des travailleurs de la poste et des télécommunications des technologies et du numérique lors du sit-in organisé devant le siège de l' UGTA ( Union générale des travailleurs algériens) aux côtés de plusieurs autres travailleurs d'autres secteurs. Outre causes de cette grève, l'absence de transparence et de rigueur dans le recrutement, l'accusant ainsi du « favoritisme et de clientélisme ». Deux critères sur lesquels est basé l'embuche, selon ces syndicalistes qui souhaitent mettre un terme à ce comportement et appelant à appliquer le principe de « l'équité ». S'ajoute à cette liste, le recours de l'entreprise aux licenciements abusifs et arbitraires, d'un côté et de sanctions infondées de l'autre côté. La seule façon de faire réagir les responsables de cette société, selon la fédération est la grève. La fédération, a dénoncé dans un communiqué, la politique utilisée par le Ministère, depuis plusieurs années et l'appellent , au « dialogue » pour discuter de la situation financière de ces salariés et tenter dans l'urgence de trouver des solutions aux problèmes socioprofessionnels des postiers et des employés des Télécoms. Dans le même communiqué, les syndicalistes à la tête de ce mouvement de grève ont énuméré les revendications par ordre de priorité. Parmi celles-ci figurent, entre autres, la « révision de la grille salariale pour toutes les catégories professionnelles », la « revalorisation des primes et la régularisation des échelons ». Cette question a déjà été soulevée par les syndicalistes et approuvée par la tutelle, mais aucune suite ou décision n'a été dégagée. Ce qui a contrarié les travailleurs des télécoms et des postiers, qui s'interrogent sur la véracité de l'annonce liée à l'augmentation de 13% du salaire de base en mars dernier a été appliquée par les décideurs. Ils s'interrogent surtout si cette décision a été appliquée sur une minorité, excluant les autres travailleurs. Pour rappel, depuis plusieurs semaines le mouvement de contestation par la grève a gagné plusieurs secteurs où les travailleurs réclament juste et équité socio-professionnelle. Les salaires ne s'adaptent plus au marché et le pouvoir d'achat des Algériens est aux aguets à cause de la hausse de l'inflation et le dérapage continuel de la monnaie nationale.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.