Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des personnalités conduiront le processus
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 07 - 2019

Le «Hirak» auquel participent depuis le 22 février 2019 les algériens tous sexes, âges et situations sociales confondus, a réussi le pari de redonner aux citoyens le goût de la politique. Les algériens qui depuis deux décennies manifestaient une désaffection de la chose politique, se sont alignés sur ce rendez-vous. Pour l'heure, tous les regards convergent vers l'Egypte où les verts sont appelés vendredi prochain à consolider leur bonne prestation. Elle doit leur permettre de décrocher le trophée de cette CAN, le 2ème du genre pour l'Algérie.
Il y a cependant, cette forte mobilisation que l'on observe avec la grande opération de nettoyage lancée par la justice algérienne. Elle a permis de déterrer des délinquants en col blanc principalement issus du FLN et du RND. D'où l'orientation généralisée des discussions engagées partout sur les lieux de travail, dans les quartiers et autres lieux de rencontre, quand à l'élection d'un président issu véritablement du cercle démocratique. C'est ce que laisse entrevoir l'appel de Abdelkader Bensalah pour la mise en place d'un processus du dialogue inclusif que conduiront des personnalités politiques. Ces dernières devraient être connues dans les prochains jours. Ce que souligne, du reste, un communiqué de la présidence de la République.
Ce dernier fait, également, état d'une audience qu'aurait accordée le chef de l'Etat au Premier ministre Nouredine Bedoui. La rencontre a permis aux deux responsables d'évaluer la situation politique à la lumière de l'approche déclinée dans le discours de AEK Bensalah prononcé à la veille de la commémoration de la fête de l'indépendance et de la jeunesse. Evaluation également des mesures que l'Etat envisage de mettre en place pour accompagner le processus de dialogue inclusif. Celui-ci vise l'organisation de l'élection présidentielle «via un processus qui sera conduit par un panel de personnalités nationales probes, indépendantes et crédibles dont la composante, actuellement objet de contacts et de consultations, sera connue incessamment». Dans ce contexte, le chef de l'Etat a mis en avant la nécessité de faire prévaloir le dialogue et l'intérêt suprême du pays en interagissant avec les différents partenaires sociaux dans tous les domaines.
De réactiver aussi les mécanismes d'action de proximité pour la prise en charge des préoccupations des citoyens et des intervenants sur tout le territoire. Pour l'heure même si la date de cette élection présidentielle n'est toujours pas connue, l'on cite dans les discussions ceux parmi les éventuels candidats dont le nom ne doit en aucun cas être assimilé à l'ancien régime. Et d'autres, dont la candidature pourrait influencer le dénouement de cette élection. C'est dire que la tempête générée par le «Hirak» et la marche des étudiants chaque mardi semble s'être calmée. Et pourtant, cette élection représente de grands enjeux notamment en termes de développement économique du pays et de la poursuite ou non de l'opération nettoyage entamée depuis quelques mois.
Elle a été ponctuée par la mise sous mandat de dépôt, contrôle judiciaire et autres mesures judiciaires appliquées à l'encontre de plusieurs principaux gestionnaires du secteur socioéconomique. Une chose est certaine, la prochaine campagne électorale qui précédera l'élection présidentielle sera essentiellement orientée sur la corruption. Cet aspect est largement débattu dans tous les milieux où ce fléau à l'origine de la ruine du pays tout au long de ces dernières années est sur toutes les lèvres.
Dans leurs interventions respectives, Bensalah et Bedoui ne l'ont pas abordé même si bon nombre de ceux dont ils étaient proches à des postes de décision sont actuellement incarcérés. Dans le milieu populaire, l'on affirme qu'au-delà des juges enquêteurs mis en place par la justice, l'armée doit poursuivre son accompagnement à cette lutte. De ce côté, engagement est pris de veiller au respect des lois de la République et que l'on n'interviendra pas dans le fonctionnement des institutions. Rappelons que le précédent président de la République Abdelaziz Bouteflika avait été contraint à démissionner après une purge entamée sous la pression populaire au sein de différentes institutions de la République. Depuis, ce sont Abdelkader Bensalah désigné chef d'état par intérim et Noureddine Bédoui Premier ministre en charge d'un gouvernement, qui assurent la gestion du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.