Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Arsenal: l'immense déception d'Arteta    Décès d'Idriss El Djazairi : une carrière vouée aux bonnes causes    Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Coronavirus: le ministre de la santé répond personnellement à des appels sur le numéro vert 3030    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    Coronavirus: Aucune personne ayant approché le ressortissant italien ne présenterait des signes inquiétants    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune se rend à la Mosquée du Prophète à Médine    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Rassemblement de protestation des Patriotes    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    10 ans de prison requis contre Kamel Chikhi    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Les explications du ministère de la Santé: Le coronavirus arrive en Algérie    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





à la recherche des films perdus
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 01 - 2020

Deux chercheurs italiens ont pris en main la restauration de plus de 400 films d'actualités sénégalaises datant des années 1960 voués à la destruction.
Une odeur de vinaigre pique le nez et les yeux. Dans la salle obscure juste éclairée d'un rai de lumière, des milliers de boîtes éventrées jonchent un sol poussiéreux où serpentent des centaines de mètres de pellicules. Quand Tiziana Manfredi et Marco Lena, deux chercheurs italiens, sont entrés là la première fois, en 2009, ils se sont tout de suite sentis en présence d'« un trésor oublié ». Dix ans plus tard, en janvier 2020, ils savent désormais qu'ils ont mis la main sur l'intégralité des archives audiovisuelles des actualités sénégalaises de 1960 à 1980.
Ces films de huit à vingt minutes, tournés en 16 mm, étaient diffusés dans les cinémas de Dakar, montrant les nouvelles du pays et internationales, à une époque où la télévision n'entrait que dans les foyers les plus aisés. C'était le début des indépendances africaines et du bouillonnement panafricaniste. Le premier président de la République sénégalaise, Léopold Sédar Senghor, avait voulu qu'une équipe de tournage le suive dans ses déplacements pour montrer la démocratie en marche. C'était le temps des premiers reportages sur le continent, où de jeunes réalisateurs talentueux faisaient leurs gammes sur les actualités. Ils s'appelaient Ababacar Samb, Momar Thiam ou Paulin Soumanou Vieyra. D'autres, à l'instar du célèbre Sembène Ousmane, se servaient de ce matériel pour réaliser leurs premiers films en 35 mm. Leurs noms apparaissent dans les registres des archives au ministère de la culture, dans un bâtiment à l'abandon depuis le passage au digital.
En poussant ces portes en 2009, Marco Lena et Tiziana Manfredi, juste de passage pour un permis de tournage, ont entraperçu le désastre et s'étaient promis de revenir un jour. L'historien de formation, opérateur vidéo pour les télévisions italiennes et françaises, et la vidéaste se souviennent de ce moment où, à leurs pieds, « l'histoire du Sénégal s'effritait ». « En tant qu'historien, explique Marco Lena, la déperdition m'attriste et l'état de ces bobines menaçait d'engloutir le premier pan d'une histoire audiovisuelle réalisée par les Africains pour les Africains. »
«Le risque de l'amnésie»
De retour à Rome, le chercheur décide de faire un master en restauration, puis part travailler dans les cinémathèques tunisienne et marocaine. Dix ans pour se former vraiment, se sentir prêt à rouvrir ces portes. C'était il y a trois mois, en novembre 2019. Aujourd'hui, sur la table de visionnage construite par ses soins, l'historien suit le général de Gaulle en visite officielle à Dakar. Plus tard, il prononcera le célèbre discours d'août 1958 sur l'indépendance. Marco Lena visionnera les images du premier Festival des arts nègres voulu par Senghor, de ses visites officielles au Brésil, en Finlande, au Mexique et a même pu récupérer une copie de Réalités, le premier film documentaire du cinéaste sénégalais Tidiane Aw.
Sur les 5 900 bobines retrouvées par terre, seulement 400 sont saines.
Les autres sont atteintes du « syndrome du vinaigre », « qui réduit la cellulose en bouillie ». Mais il faudra fouiller encore les caisses, tremper les bobines viables dans des solutions chimiques pour stopper l'acidification et, enfin, réparer une à une les perforations des images. Un travail de « moine copiste », s'amuse Marco Lena. Si le ministre de la culture met des moyens humains à leur disposition, les deux chercheurs travaillent bénévolement pour convaincre de « la valeur inestimable de ce patrimoine culturel, appuie Tiziana. Une fois réparé, nous numériserons puis diffuserons ce matériau dans des festivals et des centres d'art. Nous essaierons aussi de créer un laboratoire de référence régionale pour la conservation. »
Le directeur de la Cinématographie du Sénégal, Hugues Diaz, les aide à réhabiliter cette « mémoire argentique ». Mais, pour avancer plus rapidement, l'institution sénégalaise cherche des fonds. Une mission essentielle. Car, comme le rappelle Hugues Diaz : « Les générations futures risquent l'amnésie. Et l'arbre ne donne pas de fruits sans racines. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.