PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les malades chroniques attendent toujours: Le marché du médicament dans tous ses états
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 08 - 2010

« C'est bien de prendre des mesures d'urgence pour pallier les pénuries de médicaments, mais il faut réorganiser durablement le secteur», nous a déclaré Messaoud Belambri, président du Syndicat national des pharmaciens d'officines (Snapo). Interrogé sur la réception «graduelle» de 54 médicaments en rupture de stock pour les malades chroniques, annoncée par le ministre de la Santé, Djamel Ould Abbas, le président du Snapo estime que l'Etat doit prendre en charge le secteur du médicament par une «refonte totale» pour mettre fin à «l'anarchie en cours».
«L'Etat ne doit pas se contenter d'élaborer des cahiers de charges ou débloquer des sommes pour des importations en urgence, mais il est nécessaire qu'il assure le suivi rigoureux des opérations d'importation et de mise sur le marché pour éviter des situations de pénuries cycliques que subissent les malades, et que nous subissons aussi en tant qu'officines, qui déstabilisent le marché», ajoute M. Belambri.
Le président du Snapo constate qu'avec Ould Abbas les choses comment à bouger, mais souhaite que cette nouvelle dynamique aille au fond du problème. «Le marché du médicament est de plus en plus perturbé, et ça risque de s'aggraver. Il y a eu trop de libéralisation sans aucun mécanisme de contrôle. Il y a des monopoles et des situations d'exclusivités, dus au statut d'importateur/distributeur de certains opérateurs. Il y a des pénuries provoquées. La preuve, à chaque fois qu'on alerte et que la presse en parle, certains médicaments redeviennent disponibles comme par enchantement», constate notre interlocuteur. Outre les conséquences pour les malades, cette situation «entraîne une perturbation des officines, notamment en matière d'équilibre financier». Le Snapo est, donc, favorable à l'organisation de véritables «assises du médicament» pour asseoir des «règles rigoureuses, en matière de fixation des prix, des marges, et de prévision des importations» dans ce secteur très sensible.
Côtés malades, les médicaments annoncés ne sont pas encore visibles. Les cancéreux n'ont pas encore vu la couleur des médicaments censés êtres «arrivés» ou «incessamment réceptionnés». Pour Mme Gacemi, de l'Association Nour Doha d'aide aux cancéreux, la pénurie de certains médicaments se fait encore sentir. Selon elle, le «Temgésic», un antalgique majeur indispensable pour calmer la douleur «n'est pas encore disponible». D'autres médicaments pour cancéreux, comme le «Vincreistine» pour le traitement des enfants, est encore introuvable à l'hôpital Beni Messous, selon Samira Gasmi. Idem pour l'Herceptine, pour le traitement du cancer du sein. Pour l'Association, les pénuries de médicaments, en particulier pour les malades chroniques sont inconcevables.
Quant à l'Association SOS Hépatite, il n'y a pas un problème de pénurie mais «de mauvaise gestion des médicaments par les hôpitaux». Selon M. Bouallag, la tension sur trois médicaments, dont 2 pour l'hépatite B et un pour l'hépatite C, «offerts gratuitement par la PCH», est due à de «mauvaises prévisions par les médecins des établissements hospitaliers».
Pour rappel, le Syndicat national des pharmaciens d'officines (Snapo) avait dressé, en juillet dernier, une liste de 120 médicaments en rupture de stock. Les plus touchés parmi les maladies sont bien les maladies chroniques notamment les insuffisances respiratoires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.