Le Front Polisario appelle l'ONU à assumer ses responsabilités au Sahara occidental occupé    Culture: une réunion pour examiner les voies d'accompagnement des artistes en période de confinement    Covid-19 : 2314 infractions au confinement en une semaine    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    CORONAVIRUS : Décès du SG de la wilaya de Relizane    527 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Bechar: l'EPH chahid Tourabi Boudjemaa dédié à la prise en charge des malades de la Covid-19    SITUATION SANITAIRE EN ALGERIE : Djerad accuse des ‘'parties'' d'exploiter la crise du Covid-19    PROTECTION CIVILE DE SIDI BEL ABBES : 551 interventions enregistrées en une semaine    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    10 millions d'enfants risquent de ne plus reprendre l'école    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les malades chroniques attendent toujours: Le marché du médicament dans tous ses états
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 08 - 2010

« C'est bien de prendre des mesures d'urgence pour pallier les pénuries de médicaments, mais il faut réorganiser durablement le secteur», nous a déclaré Messaoud Belambri, président du Syndicat national des pharmaciens d'officines (Snapo). Interrogé sur la réception «graduelle» de 54 médicaments en rupture de stock pour les malades chroniques, annoncée par le ministre de la Santé, Djamel Ould Abbas, le président du Snapo estime que l'Etat doit prendre en charge le secteur du médicament par une «refonte totale» pour mettre fin à «l'anarchie en cours».
«L'Etat ne doit pas se contenter d'élaborer des cahiers de charges ou débloquer des sommes pour des importations en urgence, mais il est nécessaire qu'il assure le suivi rigoureux des opérations d'importation et de mise sur le marché pour éviter des situations de pénuries cycliques que subissent les malades, et que nous subissons aussi en tant qu'officines, qui déstabilisent le marché», ajoute M. Belambri.
Le président du Snapo constate qu'avec Ould Abbas les choses comment à bouger, mais souhaite que cette nouvelle dynamique aille au fond du problème. «Le marché du médicament est de plus en plus perturbé, et ça risque de s'aggraver. Il y a eu trop de libéralisation sans aucun mécanisme de contrôle. Il y a des monopoles et des situations d'exclusivités, dus au statut d'importateur/distributeur de certains opérateurs. Il y a des pénuries provoquées. La preuve, à chaque fois qu'on alerte et que la presse en parle, certains médicaments redeviennent disponibles comme par enchantement», constate notre interlocuteur. Outre les conséquences pour les malades, cette situation «entraîne une perturbation des officines, notamment en matière d'équilibre financier». Le Snapo est, donc, favorable à l'organisation de véritables «assises du médicament» pour asseoir des «règles rigoureuses, en matière de fixation des prix, des marges, et de prévision des importations» dans ce secteur très sensible.
Côtés malades, les médicaments annoncés ne sont pas encore visibles. Les cancéreux n'ont pas encore vu la couleur des médicaments censés êtres «arrivés» ou «incessamment réceptionnés». Pour Mme Gacemi, de l'Association Nour Doha d'aide aux cancéreux, la pénurie de certains médicaments se fait encore sentir. Selon elle, le «Temgésic», un antalgique majeur indispensable pour calmer la douleur «n'est pas encore disponible». D'autres médicaments pour cancéreux, comme le «Vincreistine» pour le traitement des enfants, est encore introuvable à l'hôpital Beni Messous, selon Samira Gasmi. Idem pour l'Herceptine, pour le traitement du cancer du sein. Pour l'Association, les pénuries de médicaments, en particulier pour les malades chroniques sont inconcevables.
Quant à l'Association SOS Hépatite, il n'y a pas un problème de pénurie mais «de mauvaise gestion des médicaments par les hôpitaux». Selon M. Bouallag, la tension sur trois médicaments, dont 2 pour l'hépatite B et un pour l'hépatite C, «offerts gratuitement par la PCH», est due à de «mauvaises prévisions par les médecins des établissements hospitaliers».
Pour rappel, le Syndicat national des pharmaciens d'officines (Snapo) avait dressé, en juillet dernier, une liste de 120 médicaments en rupture de stock. Les plus touchés parmi les maladies sont bien les maladies chroniques notamment les insuffisances respiratoires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.