La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    8 mars: le Président Tebboune honore des femmes algériennes    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si la Rue prenait le pouvoir!
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 07 - 2011

Et si la Rue, lassée des uns comme des autres, de ceux qui l'occupent pour expulser leur ire irrépressible comme de ceux qui l'obstruent de long en large pour libérer leur chagrin comprimé; de ceux qui l'utilisent comme un «lit de camp» pour mieux augmenter leur chance «inouïe» d'accéder à un gros matelas, comme de ceux qui marchent sur le «cadavre» de la Rue pour mieux s'ouvrir de grands boulevards, décidait de renvoyer tout le peuple des «rue-ardeurs» dos à dos pour prendre seule les rênes du pouvoir et imposer son impartial et implacable verdict ?
Dieu, ce que la patrie et ceux qui ont la prétention de la faire auront mal. Si mal qu'ils voudront monter au septième ciel juste pour s'immoler avec un morceau de soleil brûlant. Ils auront d'autant plus la pétoche que la Rue décidera d'organiser un immense et historique procès à tous ceux qui l'auront détournée de son cours, ignoré sa symbolique, dévalué ses symboles, désappris sa langue et son langage propres, foulé aux pieds ses sérieux avertissements, marché pieds « bottés » sur ses pavés (sur) usés, faire l'oreille bouchée (à l'émeri) de ses cris stridents.
Un procès juste et retentissant et à valeur d'exemple pour tous les damnés de la terre et de… la Rue. Un procès où les très nombreux juges seront les chouhada d'hier et d'aujourd'hui, et les jurés, toutes les bonnes et petites gens de cette Rue, revenue à la vie comme un volcan mal étouffé. Une Rue d'abord malade de ceux qui n'ont jamais su l'élever au rang de première école de la vie.
Il est aisé d'imaginer ce que le box des accusés sera grand, immensément spacieux, aussi gigantesque que le sont les maux, les félonies et les coups de Jarnac faits au pays. Y seront entassés pêle-mêle les imposteurs par vocation, les mystificateurs de profession, les assassins de l'espoir, les «ôteurs» du souffle de la vie, les «castreurs» des ambitions, les exploiteurs insatiables de la dèche du «prolo-peuple», mais aussi les patriotes de clocher, les nationalistes de pacotille, les vrais-faux moudjahidine, les magistrats faussaires, les politicards d'officine, les censeurs omnipotents, les plumes «rémunérées», les démocrates de la vingt-cinquième heure, les faux gradés dictateurs, les directeurs de conscience, les affameurs du petit peuple, les apôtres de la rapine, les supporters zélés de l'argent malodorant. Bref, tous ceux avec qui la rue a un compte gros comme ça à régler.
Viendront s'ajouter au bon et petit peuple des «rue-ardeurs», sur le non moins gigantesque banc des assoiffés de vivre, les bébés devenus grands gaillards moustachus sans jamais passer par l'escale… vitale du biberon à l'eau-miel, les pelotons entiers d'hommes et de femmes formés à l'école de l'alphabet mais interdits d'accès dès la porte d'entrée dans la vie dite « active », les travailleurs sous-payés, soldés à l'aune du faux rigorisme productiviste, les médecins résidents malades de leur santé d'abord avant de sauver la peau des autres, des hôtesses et stewards qui veulent voler au-dessus de tous, avant de se «crasher» sur une retraite, à la vérité plus mal vécue que mal payée, les enseignants bougrement plus préoccupés à faire manger leurs propres enfants qu'à apprendre à compter jusqu'à neuf à ceux des autres, tous les autres, faire passer la pilule aux « janviéristes» (comprendre les grévistes du sucre et de l'huile) pour les amener à accepter que courir valait toujours mieux que marcher, même d'un pas trop alerte.
C'est qu'ils ont tous confiance en la justice, jamais prise à défaut, de la Rue. Tous, de la même voix, disent qu'elle a promis de les venger un jour qui viendra. A l'annonce du verdict implacable, enfin rendu au peuple des « rue-ardeurs», tout le pays retiendra son souffle, se bandera les yeux, se bouchera les oreilles, s'anesthésiera (tous) les sens et la… conscience.
Il est dit que la sentence de la Rue, cette autre liberté des hommes et des peuples, est terrible, sa mémoire éternelle et infaillible, ses stigmates indélébiles, son ressentiment tenace, ses anathèmes jamais pardonnés, sa vengeance ô combien… Mais que les «rue-ardeurs» se rassurent : un jour justice leur sera rendue. Pas celle des hommes, ô que non ! Mais justement par celle, impartiale et implacable, de la Rue.
La semaine dernière encore, l'on parlait de plus de six mille mouvements sociaux enregistrés en l'espace de moins d'une année : c'est dire à quel point la Rue est un exutoire naturel (un peu trop peut-être !) lorsque tous les canaux sont obstrués. Mais au fait, par qui ?!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.