La marche des enseignants du primaire empêchée par la police    Coronavirus: un contrôle "rigoureux" en vigueur au niveau des aéroports en Algérie    Nécessité d'adopter une approche privilégiant un mode de gestion à objectifs des collectivités locale    Karim Younes nommé médiateur de la République    Plan d'action du Gouvernement: l'Algérie face à des défis difficiles mais pas impossibles    Lutte contre les stupéfiants: des opérations menées dans plusieurs wilayas du pays    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    L'ultimatum de Tebboune aux walis    Promotion de l'emploi : appel à une participation totale et réelle des autorités locales    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    Bientôt une deuxième édition de "Diaspora Connect" à Alger    Le privé sera associé dans le processus de contrôle    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    M. Boukadoum réitère la position de l'Algérie privilégiant une solution politique    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    La victoire qui change tout ?    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    D'importantes décisions attendues    Kherrata célèbre le 1er anniversaire de sa marche anti-5e mandat    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    Débrayage des transporteurs interwilayas de Jijel    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    La bonne manière pour brûler les graisses    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il aura lieu les 15 et 16 octobre: 7ème Congrès international de chirurgies vasculaire et cardiaque
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 10 - 2011

Une dizaine de spécialistes étrangers de France, du Maroc et de la Tunisie devront prendre part les 15 et 16 octobre en cours au 7ème Congrès international de chirurgie vasculaire et chirurgie cardiaque devant se tenir à l'EHU 1er Novembre 1954 d'Oran. Un congrès organisé par l'Association de chirurgie vasculaire d'Oran, sous le haut patronage du ministère de la Santé, de la Population et la Réforme hospitalière. Cette septième édition du congrès international de chirurgie cardio-vasculaire sera également animée par une pléiade de spécialistes qui viendront d'Alger, Constantine, Sétif, Tlemcen et Oran. De nombreuses pathologies cardio-vasculaires, premières causes de mortalité en Algérie (44% des cas, suivi du cancer 16% et du diabète 7,4%) comme souligné par le professeur Bouayed, chef du service de chirurgie vasculaire à l'EHU d'Oran, seront à l'ordre du jour de ce congrès. Parmi les grands thèmes retenus : les complications vasculaires du diabète, les dissections aortiques, les maladies veineuses thromboemboliques, les traitements de l'hypertension artérielle réno-vasculaire, les procédures thérapeutiques endovasculaires et la chirurgie cardiaque. Selon le professeur Bouayed, ce congrès sera aussi une occasion de discuter des techniques mini-invasives et présenter l'expérience de l'EHU d'Oran dans ce domaine. Il y sera également question d'ouvrir le débat sur la chirurgie cardiaque infantile, le parent pauvre de la spécialité en Algérie. Actuellement, seuls l'EHU d'Oran et la clinique médico-chirurgicale infantile de Bou-Ismaïl (wilaya de Tipaza) pratiquent cette sous discipline. Mais le plus gros des enfants malades doivent souvent être transférés à l'étranger pour être opérés. Développer la chirurgie cardiaque infantile en Algérie pour la prise en charge locale des enfants cardiaques permettra à coup sûr de réduire les dépenses publiques de leur transfert à l'étranger. Des dépenses qui avoisinent les 30.000 euros par malade, soit l'équivalent du coût de traitement d'une dizaine de malades en Algérie.
C'est dans cette optique que les congressistes consacreront une partie des débats aux pathologies cardio-vasculaires dites lourdes, qui nécessitent un transfert à l'étranger, comme la dissection aortique, une maladie potentiellement mortelle, dans laquelle il y a un saignement le long de la paroi de l'aorte, l'artère principale transportant le sang hors du cœur.
A noter enfin que les maladies cardio-vasculaires constituent un ensemble de troubles affectant le cœur et les vaisseaux sanguins. Elles regroupent les cardiopathies coronariennes (infarctus), les maladies cérébrovasculaires (accidents vasculaires cérébraux), l'hypertension, les artériopathies périphériques, les cardiopathies rhumatismales, les malformations cardiaques congénitales et l'insuffisance cardiaque. Selon l'OMS, le tabagisme, le manque d'exercice physique et la mauvaise alimentation représentent 80% des principales causes des maladies cardio-vasculaires. Parmi les 17 millions de décès causés par les maladies cardiovasculaires et les cardiopathies (représentant 30% des décès dans le monde), les cardiopathies coronariennes (infarctus) engendrent 7,3 millions de victimes alors que les maladies cérébrovasculaires (accidents vasculaires cérébraux) causent le décès de 6,2 millions de personnes. Ces décès touchent les deux sexes dans les pays à faible ou moyen revenu. Ce nombre pourrait encore augmenter à environ 23 millions de personnes d'ici 2030, souligne l'OMS.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.