Barça : Messi reprend l'entrainement avec le groupe    Bonnes perspectives en gaz et électricité    DIALOGUE NATIONAL : Le panel s'engage à rencontrer la société civile    «Le dialogue doit satisfaire les demandes du peuple»    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    «L'investissement est ouvert au privé»    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Guterres profondément préoccupé par la situation dans le Nord-Ouest    Jeux militaires de Russie : l'Algérie décroche la 6e place    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    Sept personnes arrêtées dans plusieurs wilayas    SAISON ESTIVALE : 17 morts par noyade à Mostaganem    PELERINAGE 2019 : 22 Algériens décédés depuis le début du Hadj    Crime odieux sur un jeune homme à El Matmar    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    "La mission du panel est de diviser le hirak"    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    La hantise des conducteurs    L'armée face à une situation sécuritaire de plus en plus préoccupante    Farès opéré avec succès    Une jeune fille fait une chute du 5e étage à Haï Essalem    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Trop de questions (2)    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Bensalah réitère son appel au dialogue    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    Tébessa, El-Tarf: De nouveau des routes coupées à cause de l'eau    ATP: Le Sud-Coréen Lee, le 1er joueur sourd à gagner un match sur le circuit    Climatiseurs DualCool et ArtCool : Les nouveaux nés de LG    Bourses : L'Europe finit en hausse, portée par les espoirs de relance    Chine : Réunion du PCC pour analyser la situation économique    Rencontre Poutine-Macron : La Russie ne souhaite pas un scénario à la Gilets jaunes à Moscou    ZLECAF : Nécessité de saisir les opportunités au profit de l'économie nationale    Importations: Des matériels roulants en souffrance au niveau des zones sous-douanes débloqués    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Management «courageux» et contraintes financières
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 06 - 2018

«Je n'insisterais jamais assez sur la nécessité d'une clairvoyance, à l'effet de faire preuve d'initiative pour un management courageux nécessaire au lancement de nouvelles opérations qui valorisent le potentiel matériel et humain du groupe.»
C'est, dit Lakhdar Rekhroukh, «le moyen le plus adéquat pour garantir la pérennité et le maintien de la croissance.» Son appel est pressant et ferme. «Nos cadres sont interpellés à plus de mobilisation, dans le travail, l'optimisation des charges, ainsi que le suivi rigoureux de la trésorerie et celui du recouvrement des sommes dues au titre des travaux réalisés qui représentent, pour cet exercice plus de 121 milliards de DA dont 59 milliards de créances et 62 milliards de production stockées.» Autre défi à surmonter par le groupe «la rationalisation de nos dépenses et le respect des délais de réalisation de nos projets,» dit son DG. S'il indique que «la limitation des crédits de paiement, qui a marqué l'exercice 2017, a fait montre de nos capacités à pré-financer les projets qui nous ont été confiés dont l'abandon des travaux aurait été fatal», Rekhroukh fait savoir, cependant, que «la difficulté de recouvrement des créances, nous a mis dans une situation d'assèchement de la trésorerie.» Situation qui, affirme-t-il, « a rendu difficile toute progression et a généré des conséquences négatives sur nos résultats.». Cosider a réussi toutefois, à mobiliser de nombreux projets, durant cet exercice pour un montant de plus de 113,4 milliards de DA. Ce sont les filiales ‘canalisation', ‘travaux publics' et ‘construction' qui en réalisent les plus importants.
«Des valeurs positives pour toutes les filiales»
Le DG cite «un réseau de collecte boosting, à Hassi R'Mel, des stations d'épuration, à Sétif, Réghaïa et la nouvelle ville de Sidi Abdallah, la modernisation et la rectification du tracé de la ligne ferroviaire minière Oued El Kebrit-Djebel Onk, un programme de 5.000 logements, à Sidi Abdallah, les sièges d'institutions financières, à Alger, des hôpitaux à Ghardaïa et Tizi Ouzou….» Le groupe a eu, aussi, «à prendre en charge et/ou à suppléer dans des projets de technologie particulière, aux manquements imposés aux maîtres d'ouvrage», entre autres, «la reprise des travaux de creusement du tunnel de djebel Ouahch sur l'autoroute Est-Ouest, en état d'effondrement, précédemment à la charge d'une entreprise japonaise, de réalisation des tramways de Mostaganem et l'extension de celui de Constantine, la réalisation d'un bâtiment haut standing, dans des délais records de 90 jours (…) pour le compte de l'ONEC, le parachèvement des travaux d'aménagement de la nouvelle ville de Sidi Abdallah, entamés dans l'urgence, pour permettre la visite des plus hautes autorités de l'Etat, le recours des grandes entreprises stratégiques, Sonatrach et Sonelgaz, à l'expertise de Cosider pour la réalisation de leurs projets respectifs.» Cosider s'enorgueillit d'avoir réalisé des projets pour le compte des Travaux publics et du Transport, l'Habitat, les Ressources en eau, la Défense nationale, la Santé, la Justice. L'ensemble des filiales de Cosider ont concrétisé, selon le DG, «des valeurs positives.» Le groupe se doit, dit Rekhroukh «de se projeter dans l'avenir, pour assurer sa pérennité en investissant d'autres créneaux, proches de ses activités traditionnelles.»
PPP sans ancrage juridique ni mode opératoire
A ce titre, «nous avons entrepris, récemment, de réinvestir le secteur de l'Agriculture par la création d'une filiale ‘AGRICO' spécialisée dans le développement des céréales, l'aliment du bétail, l'oléiculture (…)», fait-il savoir. Des concessions de 17.000 ha lui ont été attribuées dans la wilaya de Khenchela, d'autres sont en cours de négociations dans les wilayas d'El Oued, Biskra et Adrar. «Nous ambitionnons à terme une activité dans le secteur agricole pour une superficie d'environ 100.000 à 150.000 ha avec des productions variées de céréales, d'olives et ses dérivés, d'aliments de bétail, d'élevage et de production de lait,» indique-t-il. Cosider a bénéficié d'une participation à hauteur de 70% dans une société du secteur qui a, dans ses actifs, une ferme pilote à Biskra de plus de 8.000 ha, et prévoit, en relation avec la progression de la production, dans cette ferme, la mise à disposition de deux fermes, dans les régions de Laghouat et Djelfa.» Il est, aussi, retenu la réalisation d'une usine de charpentes métalliques et d'une autre de production de tuyaux en fonte ductile de 100.000t/an. Cosider Carrières a entrepris de développer la production de la pierre ornementale, de granit et de marbre, «à travers l'exploitation de gisements de haute qualité, situés à Tamanrasset et Tlemcen.» L'investissement dans les énergies renouvelables est, aussi, programmé par le groupe. «Nous sommes dans l'attente de la promulgation du dispositif législatif et réglementaire qui viendra donner un ancrage juridique et un mode opératoire au processus de partenariat Public-Privé,» affirme le DG du groupe. Au titre «des perspectives à inscrire au- delà de nos frontière», Rekhroukh dit avoir «revendiqué auprès des autorités la mise en place de procédures et des supports appropriés susceptibles de couvrir les entreprises publiques pour ce type d'interventions.»
Cosider s'impose, selon lui, aussi une gestion des ressources humaines visant à offrir le service et la réactivité nécessaires à l'effet de répondre, promptement, aux besoins courants et au développement des activités. «La capitalisation des effets de la formation depuis l'initiative du processus, il y a quelques années, nous permet, d'emblée, de faire des comparaisons de l'efficacité de notre main-d'œuvre avec celle importée par les entreprises étrangères,» juge le DG.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.