Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le virus des primaires
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 11 - 2018

A l'apparence, tout semble s'inscrire dans la démarche d'une pratique démocratique. L'urne étant une balance qui par principe ne doit ni mentir ni produire des injustices, sauf qu'elle est là aussi pour contenir des voix le plus souvent sans conviction. Dans les coulisses, c'est la négociation du donnant-donnant et du réveil des cellules dormantes d'un régionalisme intra-muros. Abstraction faite du commerce politique qui se favorise dans la transaction des cessions d'adhésion. C'est une question de caisse et d'encaisse.
L'on aurait vu dans ces primaires rejaillir un autre spectre de subterfuge machiavélique. L'emprunt de voix. Des candidats recrutent le temps de l'opération primaire des élus-électeurs d'autres corporations afin d'accomplir l'abject et réintégrer ensuite, en fin de vote, leurs formations d'origine. Ainsi, il y a tout ce qui pousse l'analyste à rire et s'abstenir d'en pleurer, tellement la vilenie et la vente de soi en sont devenues des agios bancaires. La loyauté a fini par foutre le camp du camp où est censée se mener une bataille de punch et de gabarit et non pas une démonstration de malice, de forfaiture, de corruption de mœurs et de tartuferie. Ces primaires, dans certains cas, ne vont donner que de la mauvaise haleine partisane. Le sénat, si l'on tient à ses valeurs cardinales et génésiaques, n'est pas un club attenant à une culture de tabac à priser, de grosse gueule ou de folles ambitions. L'on voit mal un affairiste, une vulgarité, un sans-emploi, une instabilité politique, une connerie, une frénésie de candidature dans la peau d'un sénateur. Un sénateur de 40 ans est encore un stagiaire. Il finira tôt ses classes, sans même pouvoir y apprendre le cours de la vie. Et puis que deviendra-t-il après la forclusion du mandat ? Le désert et la nostalgie. La frustration et désenchantement.
Si le rajeunissement était pris en option dans le processus tant rabâché du renouvellement des instances, la notion n'exprimerait pas qu'il fallait confier des tâches de représentation à des poupons ou à des personnes quelconques et indifférentes. Aussi le renouvellement ne peut rimer avec la réincarnation des momies ou la réparation pâteuse des épaves extirpées du cimetière politique.
Tout reste à revoir. En l'état actuel des choses: rien ne stimule la paisibilité des rangs quand un académicien, un mathématicien, un professeur d'université se le dispute à un rien bardé uniquement d'une armée de voix toutes enrôlées aveuglement. Il ne reste que la croyance intrinsèque de ses propres idéaux, de sa lutte et de son combat, quoique perdant une manche ; contre cette domination grégaire du faux nombre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.