Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 11 - 2018

Selon le procureur général saoudien, le journaliste opposant Jamal Khashoggi assassiné le 2 octobre au sein du consulat de son pays à Istanbul aurait été drogué et démembré par l'équipe de «négociateurs» envoyée par le chef adjoint des services saoudiens pour le ramener de gré ou de force à Ryad. Il a toutefois réfuté que les assassins du journaliste ont agi sur ordre venu du plus haut sommet de la hiérarchie du pouvoir saoudien comme l'a affirmé le président turc Recep Tayyip Erdogan et que le pense l'opinion internationale. Une réfutation qu'Ankara a aussitôt jugée insuffisante et contradictoire avec les «preuves» qu'ont réunies les enquêteurs turcs ayant fait apparaître que le meurtre de Khashoggi a été prémédité à l'avance et a appelé Ryad à révéler les vrais commanditaires de cet acte criminel.
Si en réaction aux dires du procureur général et à sa tentative de dédouaner du crime le «haut niveau» de l'Etat saoudien les autorités turques persistent à exiger de Ryad d'admettre la préméditation impliquant des commanditaires ayant rang plus élevé au sein du pouvoir saoudien que celui qu'il a désigné, celles de Paris semblent s'en satisfaire en ayant qualifié l'enquête diligentée par ce magistrat saoudien comme «allant dans le bon sens». Que «l'enquête» saoudienne ait un sens, c'est certain, mais qui n'est assurément pas celui d'établir toute la vérité sur un assassinat qui a universellement horrifié et révolté. La France comme la plupart des Etats occidentaux qui ont de gros intérêts en jeu avec la monarchie wahhabite se montrent disposés à prendre pour argent comptant la version présentée par le parquet général de Ryad et à se satisfaire du procès des sous-fifres impliqués dans l'assassinat qui comme l'a indiqué le haut magistrat saoudien va probablement se conclure par la confirmation de la peine de mort requise par lui contre ceux d'entre eux qui sont susceptibles d'éventer le lourd secret que la monarchie ne veut pas voir étalé.
L'expéditive justice saoudienne se chargera d'empêcher son dévoilement en exécutant la sentence qui a pour objectif de faire définitivement taire des acteurs du crime d'Istanbul qui détiennent les clefs du secret dont l'implication du prince héritier et homme fort de la monarchie en serait la cause. Il n'y a que la Turquie pour empêcher que ce jugement annoncé clôture l'ignoble séquence du meurtre de Jamal Khashoggi. Peu importe qu'elle le fasse pour des calculs «politiques» comme l'en a accusée l'inénarrable ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, si au bout du compte elle parvient à acculer la monarchie wahhabite à reconnaître son implication au plus haut sommet. Ce résultat aura pour conséquence de faire apparaître au grand jour la cynique hypocrisie occidentale qui est à l'œuvre depuis le 2 octobre consistant à se déclarer déterminé à faire toute la lumière sur l'odieux assassinat et en même temps à s'abstenir de prendre des sanctions et à faire pression conséquente sur la monarchie saoudienne pour la contraindre à dévoiler qui sont ses sanguinaires et réels commanditaires que tout désigne pourtant à la lumière de la nature du pouvoir qui régente le royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.