Quand l'acte de candidature tourne à la comédie !    Facebook impose des règles plus strictes de publicité politique dans les pays qui organisent des élections    Ouverture de la quatrième édition du Salon international de l'agriculture    La vigilance toujours de mise    Duels au sommet et au bas du tableau    Votre week-end sportif    Brèves de sétif...    Distribution de 379 logements à Ahmer-el-Aïn    3 000 postes de formation pédagogique offerts à Mostaganem    Ces «harragas» qui vous empêchent de dormir !    La fabrique à pluralisme !    Je ne suis pas candidat !    Akerrou : Yennayer fêté à Lakrar    Ligue 1: Trois chauds et importants duels    Ligue 2: Chocs explosifs à Blida et Saïda    Caisse nationale de retraite: Près de 610 milliards de DA de déficit prévu en 2019    Un candidat à la candidature, c'est sérieux !    Macias au Maroc: un ballon-sonde sur la voie de la normalisation israélo-marocaine    Chlef: Des projets et des retards importants    Plusieurs wilayas concernées: Rafales de vent, pluie et neige    Présidentielle d'avril 2019: Début de la révision exceptionnelle des listes électorales    Gaïd Salah appelle à la vigilance    Relizane: Les promesses de Mohamed Hattab    De la frontière    Le CHT Oran, un modèle de réussite du sport scolaire    1541 magistrats chargés de présider les commissions électorales    Installation du groupe parlementaire d'amitié «Algérie-Cuba»    «La politique de réconciliation nationale est exposée»    Une réunion pour renforcer davantage les relations    La force et la volonté du peuple sahraoui briseront les projets de l'occupant marocain    Mehdi Abid Charef bientôt sur les terrains de football ?    La Juventus au petit trot, l'AC Milan quatrième    Flambée de violence dans le Nord-Est, des milliers de déplacés    Face aux "menaces" : Macron et Merkel signent un traité de convergence    Sahel: Le changement climatique exacerbe les conflits intercommunautaires (CICR)    Forum économique de Davos : Messahel met en exergue les efforts de l'Algérie pour la stabilité régionale    Aviation : La production d'Airbus sur les terres de Boeing va monter en flèche    Sit-in devant les directions de l'éducation    Par manque de professionnels, le poisson devient rare sur le marché    La criminalité générale en baisse    Quatorze propositions aux futurs candidats à l'élection présidentielles du 18 avril 2019    L'expert Ait Chérif plaide pour une transition énergétique urgente    Chine La croissance du PIB au 4e trimestre au plus bas depuis 2009    L'Autorité palestinienne va refuser toute aide américaine    Les femmes encore reléguées au second plan    La confluence des poètes accroît le niveau de leur créativité    Une possible œuvre de Banksy émeut les Japonais    Ce rivage, où on avance sur le silence* : Abdallah Benanteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si les imams...
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 12 - 2018

Et si les imams se mettaient eux aussi en grève, au même titre que les médecins résidents, les enseignants, les universitaires, les mécaniciens de la maintenance avion, les travailleurs communaux, les enfants à la crèche, les policiers, les mères au foyer, les kangourous d'Australie ou les Massaï du Kenya, pas de Tanzanie ?
Rien que d'y penser, on est ému et fier de nos religieux CCP qui ont voulu braver l'interdiction gouvernementale de manifester, à Alger, pour revendiquer un meilleur salaire. Au fait, ils n'ont rien inventé, se contentant de perpétuer la tradition de mécontentement d'un salarié algérien, universel. Si les kangourous d'Australie ont été tirés à vue à Hussein Dey et les Massaï du Kenya raflés, embarqués dans des bus et envoyés à la frontière nigérienne, la menace des imams de battre le pavé a, plutôt, été accueillie avec circonspection par les tenants du pouvoir absolu. Certains ont préconisé le recours à la matraque institutionnelle, d'autres à l'envoi des troupes motorisées puis des gens se sont mis à réfléchir, pour changer, se grattant la tête, pour enfin s'entendre dire que la pire des choses est de se mettre le clergé à dos. Pas forcément qu'on respecte les représentants de la religiosité ou que le pays respire la liberté d'expression par tous ses pores, mais force est de constater cette épidermique répulsion à taper dans le tas quand il s'agit d'alliés de circonstance.
Toutes les professions ont eu droit à leur moment de charges, de lacrymogène, de bastonnade et de douches publiques à qui en veut, même si personne n'en veut, mais il y aura pour tout le monde. Les imams ont réussi là où tout le monde du travail a foiré en murmurant simplement leur envie d'aller s'égosiller à l'extérieur. Imaginez la scène : des djellabas blanches dans la rue, le livre saint à la main en train de houspiller le ministre des Affaires religieuses et de l'autre côté des barricades, les forces anti-émeute, en rangs serrés, prêts à charger. La scène aurait ce quelque chose d'irrationnel dans un pays qui se revendique musulman avant toute constitution, le rapport qu'entretient l'Algérie avec l'Islam n'étant que folklorique, frisant le surréalisme kafkaïen. Que dirait le monde ? Quel message enverrait le régime ? Et si les imams ne prêchaient plus le discours officiel ? Si à l'avenir, pour se venger de la matraque et du refus d'augmentation, ils se mettaient à militer, du haut de leurs perchoirs, pour la démocratie, la vraie, pour la justice sociale avant la divine, pour les libertés d'expression, de culte, syndicale... Si les mosquées proposaient un discours alter-institutionnel, appelant les Algériens à s'émanciper en dehors des discours propagandistes religieux. Les imams ne feront pas grève, leurs fiches de paie seront revalorisées d'une manière ou d'une autre et les matraques resteront dans leur fourreau en attendant une autre catégorie de travailleurs moins à risques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.