Bouteflika persiste et signe    «L'ANP demeurera le rempart du peuple et de la Nation»    La volte-face de Ouyahia    Les réserves obligatoires des banques passent de 8% à 12%    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Journée de marche ce mardi    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    Mila-Net paralysée par une grève des travailleurs    ACTUCULT    Sit-in des journalistes de l'ENTV    Si ! Si ! Mais chut !    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    19 Mars : les marsiens et la planète Algérie    Eviter les creux de l'histoire    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    Constantine - Début de distribution de 4.254 logements    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    MC Oran: Le spectre de la relégation hante les esprits    Rien de nouveau à l'horizon    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si les imams...
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 12 - 2018

Et si les imams se mettaient eux aussi en grève, au même titre que les médecins résidents, les enseignants, les universitaires, les mécaniciens de la maintenance avion, les travailleurs communaux, les enfants à la crèche, les policiers, les mères au foyer, les kangourous d'Australie ou les Massaï du Kenya, pas de Tanzanie ?
Rien que d'y penser, on est ému et fier de nos religieux CCP qui ont voulu braver l'interdiction gouvernementale de manifester, à Alger, pour revendiquer un meilleur salaire. Au fait, ils n'ont rien inventé, se contentant de perpétuer la tradition de mécontentement d'un salarié algérien, universel. Si les kangourous d'Australie ont été tirés à vue à Hussein Dey et les Massaï du Kenya raflés, embarqués dans des bus et envoyés à la frontière nigérienne, la menace des imams de battre le pavé a, plutôt, été accueillie avec circonspection par les tenants du pouvoir absolu. Certains ont préconisé le recours à la matraque institutionnelle, d'autres à l'envoi des troupes motorisées puis des gens se sont mis à réfléchir, pour changer, se grattant la tête, pour enfin s'entendre dire que la pire des choses est de se mettre le clergé à dos. Pas forcément qu'on respecte les représentants de la religiosité ou que le pays respire la liberté d'expression par tous ses pores, mais force est de constater cette épidermique répulsion à taper dans le tas quand il s'agit d'alliés de circonstance.
Toutes les professions ont eu droit à leur moment de charges, de lacrymogène, de bastonnade et de douches publiques à qui en veut, même si personne n'en veut, mais il y aura pour tout le monde. Les imams ont réussi là où tout le monde du travail a foiré en murmurant simplement leur envie d'aller s'égosiller à l'extérieur. Imaginez la scène : des djellabas blanches dans la rue, le livre saint à la main en train de houspiller le ministre des Affaires religieuses et de l'autre côté des barricades, les forces anti-émeute, en rangs serrés, prêts à charger. La scène aurait ce quelque chose d'irrationnel dans un pays qui se revendique musulman avant toute constitution, le rapport qu'entretient l'Algérie avec l'Islam n'étant que folklorique, frisant le surréalisme kafkaïen. Que dirait le monde ? Quel message enverrait le régime ? Et si les imams ne prêchaient plus le discours officiel ? Si à l'avenir, pour se venger de la matraque et du refus d'augmentation, ils se mettaient à militer, du haut de leurs perchoirs, pour la démocratie, la vraie, pour la justice sociale avant la divine, pour les libertés d'expression, de culte, syndicale... Si les mosquées proposaient un discours alter-institutionnel, appelant les Algériens à s'émanciper en dehors des discours propagandistes religieux. Les imams ne feront pas grève, leurs fiches de paie seront revalorisées d'une manière ou d'une autre et les matraques resteront dans leur fourreau en attendant une autre catégorie de travailleurs moins à risques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.