Brèves    On vous le dit    Coupe d'Algérie : CSC–MCO, nouvelle programmation    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Brèves    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    Association Sirius : Grand concours Cirta science 11    Un show diplomatique raté    L'Intersyndicale renoue avec la protesta: Grève les 26 et 27 février à l‘Education    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Le comité central tranchera prochainement la participation du parti ou non à la présidentielle    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés à Oran et des armes saisies à Skikda    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Une délégation d'hommes d'affaires américains visite les unités du groupe Condor    Réalisation de plus de 190 km de câble fibre optique en 2018    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Bourses : L'Europe a bon espoir d'une résolution du conflit Chine-US    Formation professionnelle à Alger: Plus de 17 500 nouvelles places pédagogiques pour la session de février 2019    Un policier décède à Constantine    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Europa League : Chelsea et Naples gagnent à l'extérieur en 16e aller    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Sellal dévoile les grandes lignes    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Lutte antiterroriste.. Deux caches d'armes détruites    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La journée du «doute»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 01 - 2019

En principe, selon la loi électorale, c'est ce mercredi 16 janvier que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, convoquera le corps électoral en prévision de la prochaine élection présidentielle prévue, toujours selon la loi électorale, 90 jours avant le scrutin.
Le compte à rebours pour la tenue de cette élection a commencé, en fait, depuis plusieurs semaines. Mais, sans que des signes palpables d'une organisation ou un semblant de préparatifs ne soient perceptibles tant du côté du gouvernement que des partis de la majorité. Encore moins de la présidence de la République. Tout est organisé du moins pour que les choses ne soient pas trop proches d'un événement que tous les observateurs politiques attendent avec une rare anxiété, mais également avec beaucoup d'appréhension quant à la direction que va prendre le cours des événements.
Le fait est que jusqu'à présent, aucune information n'a été donnée comme gage que cette élection va se tenir. Rien, même les partis proches du pouvoir, ceux de la majorité, ont adopté depuis plusieurs semaines une position attentiste, qui jette le doute par certaines positions partisanes sur la tenue effective de l'événement le plus important pour les cinq années à venir de la vie politique du pays, son avenir économique et ses grandes attentes sociales.
Car les circonstances économiques et sociales dans lesquelles devrait se tenir cette consultation sont difficiles pour les Algériens. Et, sur ces deux fronts, la situation est inquiétante : sur le plan économique d'abord avec la perte de l'aisance financière après 2014 lorsque le pays était adossé à un matelas de devises de presque 190 milliards de dollars.
Aujourd'hui, le pays ne dispose plus que de 82 milliards de dollars, alors que les recettes pétrolières ne devraient pas dépasser 34 milliards de dollars en 2018, ce qui place les finances du pays dans un état de stress extrême. D'autant que le recours à la planche à billets n'est qu'une solution aléatoire et permet juste de déplacer dans le temps la nécessité de réformes structurelles. Même si les cours du pétrole remontent et donnent l'illusion d'une amélioration des recettes pétrolières, le fait est qu'il faut une décision politique forte, et donc une légitimité populaire, qui passerait par une élection présidentielle, pour décider vraiment quoi faire pour entamer la lente reprise en main de l'économie nationale. Et, surtout, faire cette fois-ci les bons choix pour éviter les voies du replâtrage et de la démagogie financière.
L'inquiétude est également palpable sur le plan social avec cette accélération de la détérioration du pouvoir d'achat des Algériens. La stagnation des salaires, la baisse des revenus des ménages, adossées à un chômage qui a dépassé les deux chiffres au moment où la courbe inflationniste de certains produits de première nécessité n'a plus de garde-fous, ne permettent plus à la société algérienne de voir autrement l'avenir que sous le prisme d'angoissants lendemains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.