Le revers de trop    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    La justice "accélère" la cadence    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Les chantiers de la refondation du collectif Nabni / Chantier 2 - Rendre les urnes au Peuple Bâtir un système électoral zéro-fraude en moins de ...    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    Session extraordinaire le 4 mai    La date fixée au 21 juin    Ouyahia, la chute d'un dinosaure    Feu vert officiel pour la mise en service    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Grandiose 20 Avril à Tizi Ouzou    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La journée du «doute»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 01 - 2019

En principe, selon la loi électorale, c'est ce mercredi 16 janvier que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, convoquera le corps électoral en prévision de la prochaine élection présidentielle prévue, toujours selon la loi électorale, 90 jours avant le scrutin.
Le compte à rebours pour la tenue de cette élection a commencé, en fait, depuis plusieurs semaines. Mais, sans que des signes palpables d'une organisation ou un semblant de préparatifs ne soient perceptibles tant du côté du gouvernement que des partis de la majorité. Encore moins de la présidence de la République. Tout est organisé du moins pour que les choses ne soient pas trop proches d'un événement que tous les observateurs politiques attendent avec une rare anxiété, mais également avec beaucoup d'appréhension quant à la direction que va prendre le cours des événements.
Le fait est que jusqu'à présent, aucune information n'a été donnée comme gage que cette élection va se tenir. Rien, même les partis proches du pouvoir, ceux de la majorité, ont adopté depuis plusieurs semaines une position attentiste, qui jette le doute par certaines positions partisanes sur la tenue effective de l'événement le plus important pour les cinq années à venir de la vie politique du pays, son avenir économique et ses grandes attentes sociales.
Car les circonstances économiques et sociales dans lesquelles devrait se tenir cette consultation sont difficiles pour les Algériens. Et, sur ces deux fronts, la situation est inquiétante : sur le plan économique d'abord avec la perte de l'aisance financière après 2014 lorsque le pays était adossé à un matelas de devises de presque 190 milliards de dollars.
Aujourd'hui, le pays ne dispose plus que de 82 milliards de dollars, alors que les recettes pétrolières ne devraient pas dépasser 34 milliards de dollars en 2018, ce qui place les finances du pays dans un état de stress extrême. D'autant que le recours à la planche à billets n'est qu'une solution aléatoire et permet juste de déplacer dans le temps la nécessité de réformes structurelles. Même si les cours du pétrole remontent et donnent l'illusion d'une amélioration des recettes pétrolières, le fait est qu'il faut une décision politique forte, et donc une légitimité populaire, qui passerait par une élection présidentielle, pour décider vraiment quoi faire pour entamer la lente reprise en main de l'économie nationale. Et, surtout, faire cette fois-ci les bons choix pour éviter les voies du replâtrage et de la démagogie financière.
L'inquiétude est également palpable sur le plan social avec cette accélération de la détérioration du pouvoir d'achat des Algériens. La stagnation des salaires, la baisse des revenus des ménages, adossées à un chômage qui a dépassé les deux chiffres au moment où la courbe inflationniste de certains produits de première nécessité n'a plus de garde-fous, ne permettent plus à la société algérienne de voir autrement l'avenir que sous le prisme d'angoissants lendemains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.