La dictature, la corruption et le mal-être de l'Algérie    Ali Yahia et les Médias de la Haine    Tunisie: une "infection bactérienne" a tué 14 nourrissons    L'Argentine porte à 71% son taux directeur    Un Brexit sans accord doit être évité "coûte que coûte"    Yémen: six experts en déminage tués dans l'explosion d'un dépôt    Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de "mauvaise foi"    Le pétrole recule en Asie    L'Algérie avec 19 athlètes au Mondial de kempo en Espagne    Judo : 4 médailles pour les Algériens en Afrique du Sud    Lutte : la coupe nationale cadets et juniors de lutte aujourd'hui et demain    Désignation de représentants du mouvement populaire pour mener une transition : urgence du moment ou stratégie d'enfermement ?    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Non Monsieur Ouyahia, soyez démocrate!
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 02 - 2019

«L'Etat ne laissera pas l'opposition prendre la rue ». C'est lourd comme décision administrative dans une conjoncture politique des plus complexes. A défaut de vous voir ou vous revoir investi de l'instinct présidentiable qui vous poursuit telle une pathologie, vous revoilà récupéré par cette envie d'être toujours à contrario des événements, d'être toujours en porte-à-faux avec un peuple à qui, sans autorisation, vous aviez squatté la parole et parlé maladroitement en son nom. Vous n'êtes ni l'Etat, ni l'opposition, ni encore le souffle de la rue. Vous exercez à l'apparence la partie extérieure d'un pouvoir qui, à chaque fois, semble vous échapper quand il ne vous désavoue pas.
Vous avez, certes, pris le pays plusieurs fois lorsqu'il était en situation exsangue. Votre carapace de « crocodile » n'en a pas trop cependant subi les coups de ceux que vous prenez pour adversaires. Vous n'avez pas d'opposition Monsieur Ouyahia, juste quelques tirs pour agrémenter le semblant de vie démocratique que vous voulez voir. Ce qui ne me plait pas en vous, malgré mon admiration pour votre jovialité et ouverture d'être humain, c'est cette dérision par laquelle vous tentez de motiver l'échec économique, le désarroi citoyen et l'incertitude des lendemains. Vous avez choisi votre candidat, c'est un droit tant pour vous que pour lui, mais de là à aller l'imposer au nom de l'Etat, dont les autres candidats en font entièrement partie et leur est redevable de protection et de liberté d'expression, vous vous placez au-dessus des lois et de toute souveraineté. Pourtant vous ne semblez pas dissimuler l'ombre d'un dictateur, ni celle d'un exclusiviste. Vous aviez été élevé et nourri du sein de cet Etat qui a fait de vous ce que vous êtes, contrairement à vos « alliés » élevés dans l'opposition à cet Etat et nourris du sein de la haine et de la vindicte ou des prêts bancaires et des marchés publics. Vos « ennemis » Monsieur Ouyahia ou ceux que vous prenez pour tels ne sont pas dans la catégorie du peuple ni dans les rédactions ni dans les coins de rue ou agglutinés dans les cages d'escaliers ou sur les rivages des plages désertes guettant le rêve et l'illusion; ils sont chez vous, à vos côtés, siégeant souvent sous votre présidence. C'est envers eux que vous devez jeter, en ordre, vos miasmes et courroux. L'on voit bien quand l'un ou plusieurs d'eux refusent de souscrire à vos démarches, les autres égratignent vos prérogatives allant jusqu'à défier votre chefferie pour se permettre de parler au nom du président et encore au nom du peuple. D'autres sont également juchés dans la texture mal tissée d'une alliance parfois contre-nature, parfois impudemment intéressée. Quel rapport de vertu politique ou de besoin de soins de beauté et d'esthétique devrez-vous avoir avec un Benamara ou un Ghoul ? Quant à l'autre parti, plus digne, plus noble qu'un tube de gel, l'histoire s'en chargera. Vous devez en être différent. Alors Monsieur Ouyahia, soyez cet homme en qui une grande majorité y voit l'homme d'Etat en l'absence d'un Etat juste et fort, le gestionnaire opiniâtre, le christ des pires religions. Laissez-faire la compétition tout au moins en essayant d'égaliser les chances, sachant préalablement la pertinence de la probabilité du résultat final. Offrez-vous, par votre candidat, la gloire d'avoir gagné par mérite et non pas par la camisole et le bâillon. Faites-vous enfin figure de bon démocrate.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.