Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Non Monsieur Ouyahia, soyez démocrate!
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 02 - 2019

«L'Etat ne laissera pas l'opposition prendre la rue ». C'est lourd comme décision administrative dans une conjoncture politique des plus complexes. A défaut de vous voir ou vous revoir investi de l'instinct présidentiable qui vous poursuit telle une pathologie, vous revoilà récupéré par cette envie d'être toujours à contrario des événements, d'être toujours en porte-à-faux avec un peuple à qui, sans autorisation, vous aviez squatté la parole et parlé maladroitement en son nom. Vous n'êtes ni l'Etat, ni l'opposition, ni encore le souffle de la rue. Vous exercez à l'apparence la partie extérieure d'un pouvoir qui, à chaque fois, semble vous échapper quand il ne vous désavoue pas.
Vous avez, certes, pris le pays plusieurs fois lorsqu'il était en situation exsangue. Votre carapace de « crocodile » n'en a pas trop cependant subi les coups de ceux que vous prenez pour adversaires. Vous n'avez pas d'opposition Monsieur Ouyahia, juste quelques tirs pour agrémenter le semblant de vie démocratique que vous voulez voir. Ce qui ne me plait pas en vous, malgré mon admiration pour votre jovialité et ouverture d'être humain, c'est cette dérision par laquelle vous tentez de motiver l'échec économique, le désarroi citoyen et l'incertitude des lendemains. Vous avez choisi votre candidat, c'est un droit tant pour vous que pour lui, mais de là à aller l'imposer au nom de l'Etat, dont les autres candidats en font entièrement partie et leur est redevable de protection et de liberté d'expression, vous vous placez au-dessus des lois et de toute souveraineté. Pourtant vous ne semblez pas dissimuler l'ombre d'un dictateur, ni celle d'un exclusiviste. Vous aviez été élevé et nourri du sein de cet Etat qui a fait de vous ce que vous êtes, contrairement à vos « alliés » élevés dans l'opposition à cet Etat et nourris du sein de la haine et de la vindicte ou des prêts bancaires et des marchés publics. Vos « ennemis » Monsieur Ouyahia ou ceux que vous prenez pour tels ne sont pas dans la catégorie du peuple ni dans les rédactions ni dans les coins de rue ou agglutinés dans les cages d'escaliers ou sur les rivages des plages désertes guettant le rêve et l'illusion; ils sont chez vous, à vos côtés, siégeant souvent sous votre présidence. C'est envers eux que vous devez jeter, en ordre, vos miasmes et courroux. L'on voit bien quand l'un ou plusieurs d'eux refusent de souscrire à vos démarches, les autres égratignent vos prérogatives allant jusqu'à défier votre chefferie pour se permettre de parler au nom du président et encore au nom du peuple. D'autres sont également juchés dans la texture mal tissée d'une alliance parfois contre-nature, parfois impudemment intéressée. Quel rapport de vertu politique ou de besoin de soins de beauté et d'esthétique devrez-vous avoir avec un Benamara ou un Ghoul ? Quant à l'autre parti, plus digne, plus noble qu'un tube de gel, l'histoire s'en chargera. Vous devez en être différent. Alors Monsieur Ouyahia, soyez cet homme en qui une grande majorité y voit l'homme d'Etat en l'absence d'un Etat juste et fort, le gestionnaire opiniâtre, le christ des pires religions. Laissez-faire la compétition tout au moins en essayant d'égaliser les chances, sachant préalablement la pertinence de la probabilité du résultat final. Offrez-vous, par votre candidat, la gloire d'avoir gagné par mérite et non pas par la camisole et le bâillon. Faites-vous enfin figure de bon démocrate.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.