Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Monsieur le Président, si j'avais à vous dire...
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 02 - 2019

Vous êtes candidat. Vos concurrents intentionnés à ce jour ne sont pas de votre ère. Bien de modes de gouvernance, de pratiques du pouvoir, de répertoires historiques vous distinguent l'un de l'autre. C'est de l'évidence biographique. Eux n'ont connu ni côtoyé les grands de ce monde, Boumediene, Nehru, Nasser, Tito, Che Guevara, Arafat, Castro, Mandela, de Gaulle, reines, rois, émirs et sultans. Partout ailleurs, le monde s'est vidé de ses icônes. L'on n'en fabrique plus. Sinon de simples tentatives à la Erdogan, Poutine, Merkel ou autres molles figurines. Eux émargent à twitter, instagram et autres digitalisations inconnues à votre époque. L'on ne peut remettre les aiguilles d'un siècle sur un autre ou pouvoir manipuler un levier en marche arrière. C'est ce temps qui manque à l'un au moment où il s'offre volontiers à l'autre qui fera la résolution d'une équation temporelle difficile à cerner. Le futur président ne doit plus se prendre pour un peuple, voire l'incarner ni être son Etat, mais leur représentant volontaire. Il ne peut être qu'au service des deux et sujet mis délibérément à la disposition de la souveraineté populaire.
Vous serez élu. Votre lettre du consensus patriotique et national serait un déverrouillage du grand hermétisme dans lequel le pays s'est politiquement et moralement stationné. C'est à ce propos que si j'avais à dire quelque chose, je vous dirais : «Commencez par la théorie de la table rase». «L'inclusivité» dont il est question ne doit pas arroser ceux-là mêmes qui ont façonné la mentalité actuelle du citoyen. Plus de confiance face à leurs mensonges, plus d'écoute face à leur verbiage, plus d'espoir face à leur incontestable fausseté. Si j'avais à vous dire quelque chose, je vous raconterais de ces ministres, de ces walis, de ces députés, de ces maires et de ces militants qui vous exhibent ouvertement leur inclination mais vous réprouvent intérieurement. Je vous dirais des choses qu'ils n'ont jamais eu le courage de vous les dire ou de vous les insinuer. Ils usent à l'excès de l'emphase pour vous situer, de la vapeur pour cacher le ressentiment qui les dévore.
Croyez-vous Monsieur le Président, que nous sommes en face d'une grande œuvre de votre grandeur quand l'un de vos ministres s'adressant au peuple leur assène qu'il est votre messager et que vous l'aviez missionné pour couper un ruban au seuil d'un simple guichet municipal ? Le croit-on quand, par un plissement frontal, il essaye de montrer son chagrin devant une inondation ou par un nœud de gorge, il estime ainsi exprimer compassion et regret devant les cadavres que la mer refuse ? Quand on prend l'objectif d'une caméra pour un objectif sectoriel, c'est que l'on est en plein tournage d'un rôle que l'on joue juste pour faire croire prouver un amour qui en fait n'existe pas.
Votre rang a été tellement aligné à un niveau où chacun, voulant se faire plaire, ne rechigne à le coller qui à un don de sac de semoule du Croissant-Rouge, qui à un ravalement de trottoir, qui à une trémie ou à un chauffage d'une nouvelle école rurale.
Il y a de ces ministres, l'un plus que l'autre, qui excellent en la matière. Ils vous respirent en public, vous attribuent toutes leurs attributions et vous ingurgitent silencieusement mal. A entendre l'un d'eux, l'on dirait qu'il n'a de responsabilité que de vous citer, de vous endosser ses actes, ses activités et reste là tranquille soumis à ses inepties, à ses incohérences. Si j'avais à vous dire de ces députés, je ne vous montrerais pas le cadenas qui barricade encore leur intégrité politique. Leur déficit de loyauté légale, leur dessein parlementaire ou leur vision bornée au douar ou à un hôpital de leur village. Aussi, serait-il question de l'un de ces walis qui oublie sa forfaiture verbale blessant des moudjahidine et collectionne les couvre-chefs de colon.
Ainsi, il y a énormément de choses à dire. Des choses qui dépassent l'âge du pays, qui s'enfoncent dans la profondeur des caprices maléfiques de ses récents façonneurs qui seront certainement et encore de votre campagne. Et si vous y mettiez de nouvelles têtes, des têtes sans costumes étatiques, sans CV mauvaisement médiatiques, mais juste des insignes de simplicité, de bénévolat, de citoyenneté, d'art, de culture, de sciences, de sourire et d'honnêteté ? Beaucoup d'autres choses, de soupirs et de stress social restent à vous dire si jamais...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.