Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Appel à une rencontre avec des personnalités nationales: L'opposition dit non à Bensalah    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Lutte à couteaux tirés pour l'accession    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Manifestations devant le QG de l'armée    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    La date sera fixée dimanche    Sonatrach augmente la production de carburants    Un film algérien sélectionné au Festival de Cannes 2019    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Chlef : Le départ de Belaiz ne suffit pas    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    Libye.. Les combats continuent    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Monsieur le Président, si j'avais à vous dire...
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 02 - 2019

Vous êtes candidat. Vos concurrents intentionnés à ce jour ne sont pas de votre ère. Bien de modes de gouvernance, de pratiques du pouvoir, de répertoires historiques vous distinguent l'un de l'autre. C'est de l'évidence biographique. Eux n'ont connu ni côtoyé les grands de ce monde, Boumediene, Nehru, Nasser, Tito, Che Guevara, Arafat, Castro, Mandela, de Gaulle, reines, rois, émirs et sultans. Partout ailleurs, le monde s'est vidé de ses icônes. L'on n'en fabrique plus. Sinon de simples tentatives à la Erdogan, Poutine, Merkel ou autres molles figurines. Eux émargent à twitter, instagram et autres digitalisations inconnues à votre époque. L'on ne peut remettre les aiguilles d'un siècle sur un autre ou pouvoir manipuler un levier en marche arrière. C'est ce temps qui manque à l'un au moment où il s'offre volontiers à l'autre qui fera la résolution d'une équation temporelle difficile à cerner. Le futur président ne doit plus se prendre pour un peuple, voire l'incarner ni être son Etat, mais leur représentant volontaire. Il ne peut être qu'au service des deux et sujet mis délibérément à la disposition de la souveraineté populaire.
Vous serez élu. Votre lettre du consensus patriotique et national serait un déverrouillage du grand hermétisme dans lequel le pays s'est politiquement et moralement stationné. C'est à ce propos que si j'avais à dire quelque chose, je vous dirais : «Commencez par la théorie de la table rase». «L'inclusivité» dont il est question ne doit pas arroser ceux-là mêmes qui ont façonné la mentalité actuelle du citoyen. Plus de confiance face à leurs mensonges, plus d'écoute face à leur verbiage, plus d'espoir face à leur incontestable fausseté. Si j'avais à vous dire quelque chose, je vous raconterais de ces ministres, de ces walis, de ces députés, de ces maires et de ces militants qui vous exhibent ouvertement leur inclination mais vous réprouvent intérieurement. Je vous dirais des choses qu'ils n'ont jamais eu le courage de vous les dire ou de vous les insinuer. Ils usent à l'excès de l'emphase pour vous situer, de la vapeur pour cacher le ressentiment qui les dévore.
Croyez-vous Monsieur le Président, que nous sommes en face d'une grande œuvre de votre grandeur quand l'un de vos ministres s'adressant au peuple leur assène qu'il est votre messager et que vous l'aviez missionné pour couper un ruban au seuil d'un simple guichet municipal ? Le croit-on quand, par un plissement frontal, il essaye de montrer son chagrin devant une inondation ou par un nœud de gorge, il estime ainsi exprimer compassion et regret devant les cadavres que la mer refuse ? Quand on prend l'objectif d'une caméra pour un objectif sectoriel, c'est que l'on est en plein tournage d'un rôle que l'on joue juste pour faire croire prouver un amour qui en fait n'existe pas.
Votre rang a été tellement aligné à un niveau où chacun, voulant se faire plaire, ne rechigne à le coller qui à un don de sac de semoule du Croissant-Rouge, qui à un ravalement de trottoir, qui à une trémie ou à un chauffage d'une nouvelle école rurale.
Il y a de ces ministres, l'un plus que l'autre, qui excellent en la matière. Ils vous respirent en public, vous attribuent toutes leurs attributions et vous ingurgitent silencieusement mal. A entendre l'un d'eux, l'on dirait qu'il n'a de responsabilité que de vous citer, de vous endosser ses actes, ses activités et reste là tranquille soumis à ses inepties, à ses incohérences. Si j'avais à vous dire de ces députés, je ne vous montrerais pas le cadenas qui barricade encore leur intégrité politique. Leur déficit de loyauté légale, leur dessein parlementaire ou leur vision bornée au douar ou à un hôpital de leur village. Aussi, serait-il question de l'un de ces walis qui oublie sa forfaiture verbale blessant des moudjahidine et collectionne les couvre-chefs de colon.
Ainsi, il y a énormément de choses à dire. Des choses qui dépassent l'âge du pays, qui s'enfoncent dans la profondeur des caprices maléfiques de ses récents façonneurs qui seront certainement et encore de votre campagne. Et si vous y mettiez de nouvelles têtes, des têtes sans costumes étatiques, sans CV mauvaisement médiatiques, mais juste des insignes de simplicité, de bénévolat, de citoyenneté, d'art, de culture, de sciences, de sourire et d'honnêteté ? Beaucoup d'autres choses, de soupirs et de stress social restent à vous dire si jamais...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.