Djerad: lutter contre la bureaucratie pour "un avenir meilleur"    Séisme à Mila: plus de 3.100 constructions inspectées à travers les zones sinistrées    Installation de la nouvelle présidente et du nouveau procureur général à la Cour d'Ain Temouchent    Huit ans de prison ferme contre Wassiny Bouazza    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Quatre walis testés positif au coronavirus    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Message du peuple à Gaïd Salah
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 04 - 2019

Les Algériens ont applaudi à la démission de Bouteflika qui clôt le chapitre de son règne dont ils n'en voulaient plus. Mais lucides ils savent qu'elle n'induit pas automatiquement la fin du système corrompu dont le président démissionnaire a été l'incarnation. Et celle-ci ils sont déterminés à l'obtenir en faisant échec aux échafaudages que les affidés de ce système ont montés pour le maintenir en place. C'est pourquoi ils sont à nouveau descendus dans la rue ce vendredi malgré la démission de Bouteflika et ont fait savoir qu'ils ne cesseront pas de le faire tant qu'ils n'obtiendront pas satisfaction sur le départ de tous les symboles du système et en premier lieu de ceux à qui une application scrupuleuse mais traitresse s'apprête à confier le pilotage de la période de transition et l'organisation de la prochaine élection présidentielle.
Ce vendredi, le message délivré par les Algériens a été destiné au chef de l'état-major de l'armée qui ayant déclaré que celle-ci est du côté du peuple n'en défend pas moins la solution constitutionnelle qui va permettre au système vacillant de se régénérer. Ce n'est pas parce que les Algériens ont scandé « Djeich, echaab, khaoua khaoua » que Gaïd Salah doit interpréter qu'ils sont consentants au choix qu'il a fait d'une normalisation en douce de la situation mais n'exauçant nullement leur revendication d'une transition excluant les symboles et affidés du système de son pilotage. Leur slogan a eu pour but de lui faire comprendre que le peuple fait le distinguo entre l'institution militaire pour laquelle il a respect, considération et confiance, et ceux dont lui qui en son sein ont fait le rempart protecteur du règne et du système prévaricateurs et corrompus et s'essayent de leur en sauver la mise.
Bouteflika et son clan mis hors d'état de continuer à avoir leur mot à dire sur la façon de régler la crise politique qu'ils ont suscitée en tentant de s'accrocher au pouvoir, c'est le chef de l'état-major de l'armée que les Algériens ont interpellé ce vendredi en tant que détenteur d'un pouvoir de fait qu'il semble vouloir exercer au détriment d'un mouvement populaire dont il prétend partager les revendications et l'aspiration. A moins de se parjurer, Gaïd Salah ne peut que prendre acte que l'application « stricto sensu » de la Constitution pour la période de transition étant rejetée par le peuple dont il a salué la maturité et reconnut son pouvoir souverain est à reconsidérer dans le sens voulu par ce dernier. A savoir que la transition en question doit être confiée à des personnalités jouissant de la confiance et du respect de ce peuple. Aucune de celles qui ont servi à un moment ou à un autre le système et le régime honnis ne peut y prétendre, ce qui rend provocateur le fait que certaines d'entre elles ont été mises en avant avec le calcul que la mémoire « oublieuse » du peuple les lui ferait accepter.
La balle est désormais dans le camp de Gaïd Salah qui doit savoir qu'ayant brisé le mur de la peur, le peuple algérien ne se laissera pas flouer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.