Tipasa : interdiction de la circulation automobile de et vers la wilaya sauf les véhicules de transport de marchandises    Boxe : fin de la saison sportive 2019-2020    Plusieurs mesures en faveur des jeunes et des femmes rurales    Chanegriha met l'accent sur l'impératif d'adopter des critères objectifs lors de la désignation dans les postes et les fonctions    Le Directeur général de la sûreté nationale inaugure plusieurs structures de police à Oran    Gestion de la crise sanitaire : Carte blanche pour le wali de Sétif    494 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : Un déficit de 68000 milliards de centimes à la CNR    Une base militaire à nos frontières est une escalade    Ali Ghediri entame une grève de la faim    Le FFS pourrait quitter le PAD    Ahmed Ouyahia transféré au CHU Mustapha Pacha    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    RESERVES ENERGETIQUES : Le président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    LE PREMIER MINISTRE A SIDI BEL ABBES : ‘'Encourager l'implication des jeunes dans le travail''    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : Deux morts et 128 blessés en 24 heures    ORAN : Quatre communes d'Ain Türck sans eau depuis 15 jours    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 06 - 2019

L'auteur et journaliste Kamel Daoud a été avant-hier le premier hôte de la Librairie « Abdelkader Alloula » qui a, récemment, ouvert ses portes au public oranais. Une rencontre qui a permis à l'auteur de rencontrer son public et dédicacer quelques uns de ses prestigieux ouvrages. Avec plus de 6.000 titres dans différents domaines scientifiques, culturels, littéraires, théologiques et autres, la librairie «Abdelkader Alloula», sise au boulevard de La Soumam, au centre-ville, occupe un bâtiment de trois étages et côtoie de nombreux établissements éducatifs et de formation, ainsi que des institutions bancaires, commerciales, touristiques. Un emplacement de choix qui fait déjà d'elle une destination incontournable et un pôle attractif pour les hommes de culture, artistes, universitaires, intellectuels de la wilaya et des régions limitrophes. Depuis son ouverture, au début du mois de Ramadhan, la librairie connaît, en effet, une affluence fort appréciable des amoureux de la lecture et des livres, qui ont trouvé en cet espace de quoi étancher leur soif en ouvrages dans différents domaines. Invité à donner ses premières impressions de ce nouveau-né du monde du livre, Kamel Daoud dira que «l'ouverture d'une librairie en ce moment là, sachant les circonstances et le coût économique y afférent, reste «un pari» périlleux.
Ouvrir une librairie, a-t-il estimé, «est beaucoup plus courageux que d'écrire un livre. Et c'est quelque chose qu'il faut soutenir par les lecteurs, par l'écrivain par l'acheteur, par tout le monde, a-t-il estimé,. «Actuellement, il est beaucoup plus courageux d'ouvrir une librairie que d'écrire un livre», a-t-il insisté. Pour M. Abdelhak Bouannane, propriétaire de cet espace dédié exclusivement au livre et au savoir, ouvrir une librairie à Oran est «un rêve caressé depuis les années 2000 qui se concrétise aujourd'hui». La Société Omega International qu'il dirige est, note-t-il, distributeur exclusif de Larousse depuis 2000. « Nous travaillons avec l'ensemble des éditeurs français,» a-t-il affirmé. Aujourd'hui, nous avons invité Kamel Daoud, et nous aurons à accueillir, chaque samedi, un auteur pour des rencontres avec le public.
Au programme des prochaines semaines, nous avons prévu d'inviter, dans l'ordre, Maïssa Bey, Amine Zaoui et Chawki Amari. Nous souhaitons, par ailleurs, rendre hommage au dramaturge Abdelkader Alloula et à son œuvre qu'on compte éditer avec l'apport de partenaires qu'on est en train de prospecter. L'ensemble des recettes collectées des ventes de cette œuvre sera versé à l'hôpital des enfants cancéreux de Misserghine où l'on compte aménager et équiper une bibliothèque pour enfants, a-t-il confié. Abordant les aspects techniques liés à ce métier du livre, en Algérie, nous éprouvons actuellement, a-t-il souligné, « de grandes difficultés pour l'importation du livre, avec la contrainte des visas d'importation et de celles des 20 % du coût bloqués au niveau des banques qu'on nous rembourse qu'une fois que le fournisseur est payé.» Pour le livre scolaire aussi, « on a des difficultés à satisfaire la demande des écoles privées», a-t-il ajouté, à cause «de la contrainte d'homologation de ces manuels que nous impose le ministère de l'Education nationale». «On ne peut pas homologuer un livre lorsqu'on n'est pas propriétaire du Copyright », a-t-il estimé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.