Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 06 - 2019

Des administrés de la municipalité d'Aïn El Turck se sont rapprochés du ‘Quotidien d'Oran' pour exprimer leur vif désappointement au sujet de la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet, sise dans la localité de St Germain, suite à l'abandon des travaux de son aménagement urbain, cinq années auparavant. En effet, ce projet, qui a été lancé par l'ex-wali d'Oran de l'époque, en l'occurrence Boudiaf Abdelmalak, au cours de la 1re semaine du mois de février 2014, pour un délai de réalisation de 18 mois, avec un apport financier d'un montant de 3 milliards de centimes, puis un avenant de 1 milliard de centimes, dégagé par la wilaya, a été subitement suspendu moins d'une année après le lancement des travaux. Il s'agit, rappelons-le, d'un projet d'utilité publique, qui devait s'étendre sur 1.000 m², relatif à la réalisation d'un espace de détente, d'une aire de jeux pour enfants ainsi que des balcons sur 3 niveaux surplombant la mer. L'installation d'un mobilier urbain adéquat et d'un éclairage d'ambiance faisaient également partie de ce projet au même titre que la réalisation d'un espace vert. Fort malheureusement et au grand dam de la population, l'entreprise désignée pour la réalisation de ce projet a subitement plié bagages, une année après le lancement des travaux. (information rapportée par ‘Le Quotidien d'Oran'). L'enveloppe globale de 4 milliards de centimes dégagée par la wilaya d'Oran n'aurait finalement servie qu'à la seule réalisation… d'une dizaine d'escaliers. Depuis, cette esplanade s'est malheureusement transformée en un véritable lieu de rencontres et de beuveries pour les marginaux et ce, au détriment des habitants demeurant dans ses alentours et des parents d'élèves ainsi que la direction du collège situé juste en face.
Ces derniers ont dénoncé, à maintes reprises, ce navrant état de fait, mais sans pour autant suscité une quelconque réaction auprès des autorités locales. Notons aussi que, la stèle inaugurale de ce projet, après avoir longtemps servie d'urinoir pour les marginaux, a été finalement enlevée par les responsables locaux et ce, pour vraisemblablement cautionné le renvoi aux calendes grecques de cet aménagement, qualifié par nos interlocuteurs de «chimère». Et comme le ridicule ne tue point, cette esplanade abrite désormais chaque été, depuis l'arrêt de ses travaux d'aménagement, une foire et ce, avec tous les désagréments et autres contraintes causés d'une part aux riverains et d'autre part à l'environnement. «Il est fort décevant de constater que le hideux chapiteau, qui est dressé durant les saisons estivales pour le besoin de l'installation de cette foire, ajoute une touche lugubre supplémentaire au triste tableau de cette esplanade. Nos responsables auraient dû ne pas démolir les kiosques, qui constituaient naguère le point de rencontre des familles durant l'été, et où régnait une ambiance conviviale», ont fait remarquer nos interlocuteurs avant de renchérir encore «des établissements qui attirent des individus au louche acabit, ont poussé comme des champignons, autour de cette esplanade, depuis l'arrêt de ses travaux d'aménagement.
Ils ont ajouté leur grain de sel au sordide prévalant désormais dans notre lieu de résidence». Toujours est-il que les habitants de la localité de St Germain interpellent le wali d'Oran pour mettre un terme à cette situation de déliquescence, qui va crescendo vers le morbide.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.