Le président des EAU félicite le président élu Abdelmadjid Tebboune    Le président tunisien félicite le président de la République élu M. Abdelmadjid Tebboune    Barcelone : le prix de Jean-Clair Todibo est fixé    PRESIDENTIELLE A MOSTAGANEM : Un taux de participation de 47,75 %    MOSTAGANEM : Démantèlement d'un dangereux gang de dealers    ALGERIENS MORTS A L'ETRANGER : Un fonds pour le rapatriement gratuit des dépouilles    Une nouvelle Constitution pour une "nouvelle République" (Président élu )    Bengrina démissionne de son parti !    PRESIDENTIELLE : L'ANIE se félicite la réussite de l'opération du vote    CANADA : Un Algérien tue sa femme et ses deux enfants    L'ONU réaffirme ses responsabilités envers le peuple sahraoui et son droit inaliénable à l'autodétermination    ORAN : Campagne de sensibilisation sur la préservation de l'eau    VENTE D'APPAREILS DE CHAUFFAGE CONTREFAITS SANS CERTIFICAT DE GARANTIE : Plus de 11 commerçants verbalisés à Oran    Lutte contre la contrebande : 5 individus arrêtés au sud du pays    Mers Eddadjadj à Zemmouri Marine: un site archéologique à revaloriser    Hydrocarbures: publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation (JO)    Bounedjah : "Terminer la saison 2019 en beauté"    Salhi vers l'Arabie Saoudite    Jürgen Klopp et Liverpool prolongent leur idylle    Plus de mille dossiers Cnac et Ansej traités en 2019    La Chine annonce un accord préliminaire avec les Etats-Unis    Houda Ferraoune n'a pas voté    L'Algérien Oukidja, remis de sa commotion cérébrale, opérationnel face à Marseille    Bureaux de vote saccagés à Bordj Bou-Arréridj    Les travaux de réfection de la pelouse avancent bien, selon la FAF    Le documentaire Nice Very Nice en compétition au Sénégal    …sortir ...sortir ...sortir ...    Le président américain dans la tourmente : Dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès    CNR de Bordj Bou Arréridj : Les effets de la retraite proportionnelle    MCA : Betrouni «Sakhri doit assumer ses responsabilités»    Tizi Ouzou, Bouira et Bejaia: Bureaux de vote fermés, manifestations et émeutes    MC Oran: Le président du CSA sort de son silence    Tébessa: Un lot supplémentaire de 1.400 logements    Mascara: Saisie de boissons alcoolisées, deux mandats de dépôt    Jugeant disproportionnée sa part des produits fiscaux perçus: La commune d'Oran veut tirer plus de profit de la fiscalité locale    Avec 58,15% des voix: Tebboune élu président    Tebboune remercie les Algériens pour la confiance placée en sa personne    Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Histoire : Le parcours de Abdelhafid Boussouf, marqué de sacrifices et bravoure    Yennar dans les Aurès, une tradition millénaire toujours intacte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fonds détournés vers l'étranger: «Les autorités ont mis beaucoup de temps à agir»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 11 - 2019

  Peut-on encore espérer récupérer les sommes faramineuses détournées au cours des dernières années par ceux que la rue a nommé «El Issaba» ou la bande ? Si les 5 candidats à la magistrature suprême ont été unanimes à faire de cette exigence populaire un de leurs engagements de campagne pour des raisons électoralistes évidentes, pour l'expert en économie Abdelhak Lamiri, en revanche, cette tâche est loin d'être facile vu le grand retard déjà accusé par les autorités pour agir.
Evalués globalement à quelque 500 milliards de dollars, les fonds détournés au cours des dix dernières années pourraient être en effet perdus à jamais et il ne pourra être possible d'en récupérer qu'une infime partie, en raison des grands retards déjà accusés pour agir, affirme Abdelhak Lamiri sur les ondes de la Radio algérienne dont il était, hier, l'invité de la rédaction de la chaîne 3. Pour étayer son propos préconisant d'agir très vite dans de tels cas, le docteur en économie cite deux exemples récents d'Etats ayant été confrontés à des situations similaires, à savoir l'Egypte et la Tunisie, et qui ont tous les deux réussi leur pari grâce à la réactivité de leurs autorités. En Egypte, a-t-il affirmé, des notes ont été adressées aux banques étrangères immédiatement après la chute du président Moubarak, pour procéder au blocage des comptes du président déchu et ceux de son entourage politique et familial, permettant ainsi de récupérer «plus de 90% des ressources détournées». Idem pour la Tunisie, a-t-il ajouté, où les autorités ont réagi très rapidement et ont ainsi réussi à mettre la main sur «l'argent de la corruption» déposé à l'étranger. Contrairement à ces deux pays, en Algérie, «il n'y a pas eu d'actions dans cette direction», a-t-il regretté avant de prévenir : «Plus on attend, plus les sommes détournées vont être dirigées vers des paradis fiscaux, d'où il sera extrêmement difficile de les récupérer (...)».
Nous avons, constate-t-il, «perdu beaucoup de temps que nous risquons de payer cher». Le Dr Abdelhak Lamiri préconise cependant de solliciter la coopération de l'organisme multi-gouvernemental dédié à ce type de situation au sein de l'ONU, qui aide les pays confrontés aux mêmes abus de récupérer leurs dûs, d'une part, et les canaux diplomatiques au niveau bilatéral, d'autre part. M. Abdelhak Lamiri ne peut enfin s'empêcher de s'interroger sur la pertinence d'une telle entreprise visant à recouvrer ces ressources financières, «si l'on continue d'avoir à faire au même système économique». Pour lui, «les ressources risqueraient alors d'être de nouveau dilapidées faute, relève-t-il, d'avoir des institutions capables de créer de la richesse», à la place des appareils administratif et économique actuels, «qui détruisent la richesse».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.