Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    A l'instar des précédents ramadhans: Tension sur le lait en sachet    Fin de mission ou redéploiement ?    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Fruits et légumes: Les prix de la pomme de terre et la tomate continuent leur flambée    Adrar: 90 étudiants victimes d'une intoxication alimentaire    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    Quand la vie se résume à un poème    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le chiffre «insolite» de la vaccination    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Témoignage inédit et émouvant sur Matoub Lounès    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Le gouvernement allège la procédure    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    La libération des détenus d'opinion réclamée    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Formation des magistrats: Le réquisitoire du ministre de la Justice
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 12 - 2020

La formation des magistrats a été au centre de l'intervention, hier, du ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Belkacem Zeghmati, à l'occasion de la cérémonie d'inauguration du nouveau siège de l'Ecole supérieure de magistrature à Koléa, dans la wilaya de Tipaza.
Pourtant, a estimé le ministre, le secteur de la Justice a franchi de grandes étapes en termes de modernisation. Les magistrats disposent aujourd'hui d'un système législatif adapté leur permettant de traiter des dossiers compliqués et rendre justice en toute équité.
Néanmoins et tout en soulignant les réformes successives ayant touché le système de formation des magistrats, notamment celles relatives aux conditions d'accès à l'école de la magistrature ou encore celles fixant les durées de formation, M. Zeghmati n'a pas manqué de relever un certain nombre d'insuffisances dans « le produit » de cette formation, notamment au cours de la première période où le magistrat est fraîchement installé à son poste.
Des insuffisances qui, a-t-il regretté, peuvent, dans certains cas, se faire ressentir pendant plusieurs années encore. Devant ce constat, a estimé le ministre de la Justice, il est grand temps de prendre des dispositions radicales à même de mettre fin à cette situation avant qu'elle ne dégénère davantage. Tout en reconnaissant la difficulté d'une telle tâche, le ministre estime qu'elle est toutefois inévitable et doit nécessairement passer par une révision de l'ensemble du système de formation, aussi bien sur le plan des contenus et programmes enseignés que sur celui de l'encadrement pédagogique et administratif lequel doit nécessairement être renforcé. Ce dernier aspect, a-t-il souligné, passe inéluctablement par l'adoption d'un système de motivation visant à capter les meilleures compétences parmi les formateurs. Afin d'illustrer son propos, le garde des Sceaux a rappelé que le nombre de candidats ayant reçu des notes supérieures à 10 à l'issue du concours organisé, l'année dernière, par l'Ecole nationale de magistrature n'a pas dépassé les 136, et ce en dépit du fait que les questions posées à l'examen portaient toutes sur des sujets issus du programme.
M. Zeghmati n'a pas manqué dans ce même ordre d'idées d'insister encore une fois sur l'importance primordiale de la qualité de la formation des magistrats en tant que ressource humaine de laquelle dépendra, a-t-il souligné, la qualité d'une justice qui doit susciter le respect du citoyen. S'adressant aux futurs magistrats, le ministre de la Justice a affirmé que « celui qui a choisi la magistrature pour devenir riche se trompe de route. Néanmoins, la société, a-t-il dit, a donné une place honorable et respectable au juge qui doit être un modèle et une référence professionnelle et morale ».
Parlant toujours de formation, le ministre a insisté sur la spécialisation, l'étude des langues vivantes, la numérisation pour permettre aux futurs magistrats d'être à la hauteur des missions de la justice de demain qui ne sont plus celles de la Justice d'hier.
Dans le même sillage, Belkacem Zeghmati a mis l'accent sur l'importance de la formation continue, estimant que «la durée de la formation continue ne peut en aucune manière être inférieure à trois mois minimum». Plus encore, a-t-il ajouté, « on peut aller jusqu'à une ou deux années dans le cadre de la spécialisation qui est devenue aujourd'hui une nécessité absolue ».
Il est à noter, enfin, que le nouveau siège de l'Ecole supérieure de magistrature inauguré ce mardi à Koléa par Belkacem Zeghmati peut accueillir jusqu'à 1000 magistrats et devrait dispenser une formation moderne avec comme objectif principal d'intégrer le réseau international de formation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.