La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes    Baisse drastique des réserves de change et dérapage accéléré de la cotation du dinar    Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Plus de 100 kg de drogue saisis à Alger et 11 suspects arrêtés    L'Etat œuvre à redonner aux zones rurales un rôle pionnier économiquement    Les meilleures œuvres primées    L'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    Le portier algérien Oukidja suspendu pour cinq matches    «Soulagé d'être réhabilité»    Ligue des Champions: le MCA s'impose au Sénégal face au Teungueth FC    Procès en appel de l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Tounsi : Le colonel Chouaib Oultache condamné à la prison à vie    INESG: ouverture des travaux d'une journée d'étude portant sur la guerre del'information    Une responsable sahraouie appelle les organisations féminines à travers le monde à protéger les sahraouies des exactions marocaines    Le FFS éloigne la perspective de sa participation aux prochaines élections    Arsenal : Le successeur de Lacazette déjà trouvé ?    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Qui s'y frotte s'y pique    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Les matchs amicaux face à la Côte d'Ivoire et la Zambie officialisés    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Les attaques de l'armée sahraouie contre les forces armées marocaines s'intensifient    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Imposante mobilisation à Alger    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Crimes commis à l'étranger: Un projet de loi pour la déchéance de la nationalité    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Les rentiers cachés de la République    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Se mordre la queue !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 01 - 2021

Difficile d'évacuer de ses tourments l'Entreprise nationale des industries électroménagères (Eniem) dans cette atmosphère délétère, où la crise financière qui l'étrangle depuis de longues années se greffe à un autre malaise socioprofessionnel qui entremêle les fils à suivre pour sortir la tête de l'eau. Alors que cet ancien fleuron de l'industrie est à l'agonie, avec à son chevet ministère, experts et banquiers pour actionner un plan qui pourrait le sauver de la faillite, les travailleurs appelés à une reprise d'activité dimanche 3 janvier, après un mois de chômage technique, ont refusé de répondre favorablement à cet appel sans la satisfaction de leurs exigences, «la non comptabilisation du congé technique dans les salaires» et «le départ du P-DG de l'ENIEM». Est-ce vraiment le moment opportun de mettre sur la table des revendications socioprofessionnelles ? Certes, ces deux revendications ont été soumises depuis l'arrêt technique de l'activité de l'Eniem pour une durée d'un mois (du 01 au 31 décembre 2020) décidé par la direction de l'entreprise pour cause de «contraintes financières» et «rupture des stocks des matières premières», mais la reprise de travail ne devait-elle pas primer sur le plan des priorités ? Car, en l'état, l'avenir de l'Eniem tout entier, soit le gagne-pain des travailleurs, reste très flou malgré les assurances du ministre de l'Industrie, Ferhat Aït Ali Braham, qui avait déclaré le 8 décembre dernier que des mesures adéquates seront prises «dans les plus brefs délais» en vue de résoudre les problèmes de l'Eniem et de relancer ce groupe.
On l'a déjà vécu par le passé avec tout l'argent injecté dans ses caisses sans résoudre ni le marasme socioprofessionnel ni permettre à l'entreprise de voler de ses propres ailes sans recourir aux prêts bancaires. Comment une entreprise économique de la taille et de la notoriété de l'Eniem en est-elle arrivée à cette déplorable situation ? Elle a subi le même triste sort que d'autres entreprises du secteur industriel mises sur rails dans le sillage de la politique d'industrialisation entamée dans les années 70, à la seule différence qu'on lui a réservé un traitement différent, la soutenant à bout de bras du « social » pour ne pas la laisser couler comme d'autres. L'Etat avait toujours dans le souci de sauvegarder les emplois (1700 postes de travail) dans une région (Tizi Ouzou) où peu d'opportunités de travail sont offertes aux riverains. Mais, le « social » a atteint ses limites, et le souci de sauvegarder les emplois passent par la compétitivité et la rentabilité. Autant dire une profonde mue des règles de gestion, des habitudes et de la relation de travail, elle-même. Et, les causes qui n'ont pas permis à cette entreprise de se relever sur ses pieds, qui ont par le passé plaidé en sa faveur, dont la concurrence déloyale qui a entraîné une mévente de ses produits sur le marché national, ainsi que la mauvaise gestion et la démotivation des travailleurs, ne seront plus valables dans l'avenir à l'ombre des mesures de soutien à la production nationale. Si on prend à leur juste mesure tous les enjeux économiques présents et à venir, cette entreprise pourrait faire la richesse de toute la région. Avec un élément humain qui reste au cœur de ce défi. Est-il, ainsi, possible de relever le challenge quand des travailleurs refusent de rejoindre leur poste en exigeant au préalable le départ du P-dg, alors même que l'entreprise est menacée de disparition ? Dans cet état, on risque de se retrouver à se mordre la queue ou l'éternel recommencement de l'erreur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.