"Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    Le débit Internet 2 Mbs passe à 4 Mbs    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    Sanhadji soutient le maintien des frontières fermées    Le M.A.R.W. appelle à accomplir Salat El Istisqa samedi prochain    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Production du Sputnik V en Algérie: le projet est à sa phase finale    Beldjoud préside l'installation du wali de Timimoune    Oualid: Algeria Venture sera "la vitrine" des projets innovants algériens à international    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le Président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contrerévolution    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Fermeture de la route menant au siège de la Wilaya    Mahious passera sur le billard    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    6000 milliards de dinars dans la nature    Le principal opposant retire sa candidature    Le confinement partiel prorogé dans 19 wilayas    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Trois brèches à colmater    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Aïn Témouchent : Concours de photo : le niveau s'améliore    Exposition de peinture de l'artiste Hakim Tounsi à la villa Abdellatif à Alger : De la magie et de l'émotion à profusion    32e anniversaire de la disparition de Dda Lmulud : L'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    Du verbiage et des actes    Tiaret: Le théâtre s'éveille    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Principes et autres considérations
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 01 - 2021


L'islam de France est-il sorti de l'impasse dans laquelle il se trouve depuis plus d'une décennie avec cet accord des dirigeants du Conseil français du culte musulman (CFCM) sur une «charte des principes» qui réaffirme la compatibilité de la foi musulmane avec la République ? Les réactions restent partagées, autant au sein de la mouvance islamiste que les acteurs politiques français, entre ceux qui considèrent que ce pas est important et qu'il est à encourager et ceux qui font la moue ou ne croient pas à un islam conciliable avec les valeurs de la République française. On sait que le projet de cette « charte des principes de l'islam de France », a créé une crise au sein du CFCM, conduisant Chems-Eddine Hafiz, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, à claquer la porte le 30 décembre dernier, décidant de geler tous les contacts avec l'ensemble de la composante islamiste du CFCM. D'autres membres non moins influents, à l'image de l'imam à Villeurbanne et porte-parole du Conseil théologique des imams du Rhône, Azzedine Gaci, parlaient carrément d'un projet mort-né. Mais, au bout du compte, il y a eu un accord sur la charte en question, qui a été soumise au ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, lequel a salué une «avancée très significative», en attendant qu'elle soit présentée au président Emmanuel Macron après son approbation par toutes les fédérations qui composent le CFCM. Une approbation qui conduirait dans une deuxième phase à la création d'un Conseil national des imams (CNI). Et c'est à ce niveau que la situation se complique davantage, en raison des courants d'influence de pays étrangers notamment, qui perdraient leur autorité sur les fidèles si jamais un tel projet se concrétise. Car, le Conseil national des imams sera chargé de la formation et de la délivrance d'agréments aux imams au vu de leurs connaissances et de leur engagement à respecter un code de déontologie. Donc, plus d'imam autoproclamé ou missionné par tel ou tel pays à prêcher dans les mosquées en France, comme le veut l'esprit et la lettre de ce projet de création du CNI, initié par l'Elysée dans le cadre de son projet de loi contre l'islam radical et les « séparatismes ». Même si elle cherche encore une adhésion de toutes les fédérations du CFCM, la France officielle semble séduite par l'accord sur la charte des principes de l'islam de France, qui prévoit notamment de « consacrer l'égalité homme-femme, le rejet de l'instrumentalisation de l'islam à des fins politiques, la non-ingérence des Etats dans l'exercice du culte musulman en France et le rejet de certaines pratiques coutumières prétendument musulmanes ». Soit les sacro-saints principes de la laïcité. Fini le financement des lieux de culte et l'envoi des imams par les pays musulmans ? Toute cette organisation qui se met en place devrait réduire au maximum, voire défaire, toute ingérence étrangère dans l'exercice du culte musulman en France, mais pourra-t-elle éviter de toucher à la liberté des musulmans elle-même ? Sans parler de cet islam radical qui a été nourri par la mal-vie des banlieusards et le sentiment d'exclusion en général, loin de toute influence étrangère, donc, qui échappe pratiquement à tout contrôle et auquel il faudrait trouver des réponses internes. Macron réussira-t-il là où tous ses prédécesseurs ont échoué ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.