Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Le décret publié au "Journal officiel"    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    La démonstration de force d'Ennahdha    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 01 - 2021

  Les ingénieurs-enseignants de la formation professionnelle, affiliés au Syndicat national des professeurs spécialisés du secteur de la Formation et l'Enseignement professionnels (SNAPEF), qui a reçu son agrément en 2019, ont paralysé, hier, les instituts spécialisés à travers le territoire national en déclenchant « une grève d'une journée reconductible », en signe de protestation contre les dures conditions socioprofessionnelles, notamment l'absence totale d'une gestion de carrière digne de ce nom. « Nous sommes des ingénieurs-enseignants, nous formons des cadres de niveau 5, soit des techniciens supérieurs, mais nous sommes classés au bas de l'échelle, à la 13, sans aucune possibilité d'évolution jusqu'à la fin de carrière », s'insurge le coordinateur national du SNAPEF, Guerfi Safouane.
Ce dernier, joint par nos soins au téléphone, précisera qu'un enseignant du cycle primaire a plus de considération que les ingénieurs-enseignants du secteur de la Formation professionnelle, tant sur le plan salarial que les possibilités offertes par voie d'avancement dans le grade. «Grave injustice qui touche cette catégorie de personnel qui part en retraite avec le même grade de recrutement !» lâchera-t-il.
Nos revendications principales concernent des points liés à la consolidation des grades de classement et la révision du statut particulier des enseignants spécialisés détenteurs de diplômes universitaires, indique encore notre interlocuteur. Non sans souligner que le Conseil national du syndicat a préféré alerter les autorités avant d'en arriver à l'ultime recours, la grève, à travers l'organisation de sit-in quotidiens de 2h sur les lieux de travail, du 6 au 14 janvier, hélas sans aucun écho positif. Des rencontres ont bien eu lieu entre les syndicalistes et les responsables du ministère de tutelle, mais sans arriver à désamorcer le conflit. Non seulement ces rencontres n'ont abouti à rien, mais leur issue a plus encore démoralisé et désespéré les travailleurs et leurs représentants. Le coordinateur national rappelle dans ce sillage que « de précédentes actions de protestation ont été initiées depuis 2010, sans aucun résultat positif, mais nous avons toujours espoir que notre voix soit entendue par les plus hautes autorités ».
Tant le cas des ingénieurs-enseignants est unique dans le corps de la formation professionnelle, et qu'il est grand temps de mettre fin à cette injustice qui ne peut que décourager, démobiliser et porter atteinte à la mission noble de la formation professionnelle, clamera-t-il. Malgré l'indifférence qui accentue leur désarroi, les grévistes sont déterminés à aller jusqu'au bout pour satisfaire leur revendication, tout en gardant les portes ouvertes au dialogue et à la concertation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.