L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Des dossiers lourds en voie de finalisation    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Boukadoum en visite de travail en Libye    Le Barça s'offre son 31e sacre    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Les Canaris en mode nocturne    Manchester City maintient le suspense pour De Bruyne    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    3 décès et 156 nouveaux cas    La Juventus récolte déjà les fruits du projet de Super Ligue    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Les exigences de la CNCC    6 ans de prison pour deux anciens DG    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Arbitrage : nettoyez les écuries d'Augias !    Coupe de la ligue professionnelle : Les matchs avancés d'une demi-heure    Bouira : Envolée des prix des fruits et légumes    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    El-Bayadh: Le barrage de Brezina atteint son plus bas niveau    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Profession: Auto-serveur    Mascara: «Saliha», hommage au médecin maquisarde    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Des cités sans eau    Le sempiternel casse-tête du transport    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MC Oran: Un statut à fructifier
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 03 - 2021

On se souvient qu'au terme des dix premières journées, le président Tayeb Mehiaoui n'avait pas hésité à dire que le « MCO ne jouera pas les premiers rôles ».
Aujourd'hui, alors que son équipe se trouve aux côtés du leader sétifien, on se demande s'il s'agissait d'une intime conviction ou d'un stratagème visant à « endormir » les postulants déclarés. Certes, l'ESS, la JSS, la JSK, le CRB et le MCA ont des matches en retard, mais il n'empêche que, depuis la lourde défaite subie à Sétif, le MCO carbure à plein régime, alignant quatre victoires d'affilée, treize buts inscrits pour deux concédés seulement. Tour à tour, l'USB, le CSC, le PAC et la JSMS ont subi la loi des Hamraouas, actuellement euphoriques malgré les problèmes au niveau de l'administration. En outre, les trois prochaines journées s'annoncent plutôt favorables avec la réception du CABBA et de l'ASAM pour une sortie à Magra. Pour la reprise de la phase retour, les Mouloudéens accueilleront le NAHD. Ceci dit, cela ne nous empêche pas de signaler la prestation moyenne des coéquipiers de Litim, samedi à Skikda. Comment expliquer les difficultés éprouvées face à l'avant-dernier du tableau ? Pourtant, entre ces deux équipes, il n'y a pas photo sur tous les plans. Alors, on est obligé d'émettre des hypothèses. Les Mouloudéens, consciemment ou non, ont pensé que l'équipe skikdie n'a pas le niveau de la Ligue 1 et qu'ils allaient s'imposer facilement. La prestation fournie par la JSMS atteste que le classement ne reflète pas fidèlement le véritable niveau de l'équipe reprise en mains par Fouad Bouali.
Comme à l'accoutumée, nous avons pris rigoureusement note des occasions, des corners et des phases de jeu les plus significatives des deux formations. Un certain équilibre s'est dégagé, même si l'expérience était du côté des Oranais, qui ont su bien gérer les moments où les Skikdis ont poussé.
Sur le plan du jeu, quelqu'un qui ignorerait le classement de la JSMS serait étonné d'apprendre que cette équipe pointe à l'avant-dernière place. Le football produit est de bonne facture, mais l'efficacité fait cruellement défaut aux « V Noirs » qui n'ont inscrit que sept buts en quinze rencontres, n'ayant dans leurs rangs qu'un seul buteur, Merzougui. Après coup, on se remémore les déclarations d'avant-match du coach Belatoui et du latéral Ezemani, qui avaient lancé un avertissement, c'est-à-dire qu'il fallait se méfier de la JSMS à qui seul le réalisme fait défaut pour figurer plus haut dans le tableau. Nous estimons que si les Skikdis ont pu exprimer leur jeu, c'est parce que le MCO est une équipe « joueuse », que ce soit à domicile où à l'extérieur. Il semble que les leçons des revers subis face à l'USMA et à l'ESS ont été retenues. La preuve, après la réalisation de Motrani, les Mouloudéens se sont regroupés dans leur camp, laissant l'initiative aux hommes de Fouad Bouali qui ont alors causé des soucis à la défense oranaise, le ballon ayant même percuté la transversale de Litim. Ce qu'on reprochera aux défenseurs et aux milieux du Mouloudia, c'est qu'ils ont cédé à l'attrait des longues balles vers la profondeur, balles destinées en principe à leurs coéquipiers de l'attaque. Alors qu'en vertu de leur supériorité technique et manœuvrière, ils avaient des choix plus positifs à faire. On ose espérer donc qu'il s'agit d'une situation conjoncturelle et que les deux entraîneurs, Madoui et Belatoui, rectifieront cette lacune incompréhensible face à un adversaire à leur portée. Face à un autre rival plus efficace que la JSMS, ils ne seront pas à l'abri d'une défaillance. Car, désormais, les Mouloudéens ont un statut à justifier et à fructifier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.