Coupe de France: Monaco met fin au rêve de Rumilly Vallières et rejoint le PSG en finale    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les frustrations du billettiste
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 04 - 2021

Ecrire une chronique, un billet, un édito, une contribution ou tout autre article n'est pas aussi gratifiant que peut le penser le commun des lecteurs. Ce n'est pas tant parce que le lecteur se saisit du texte et lui assigne un sens indépendamment de l'auteur comme le théorisait Roland Barthes, mais plutôt à cause de l'inconnu dans lequel est enfoui ledit texte dont on ne sait pas s'il trouvera grâce aux yeux de la rédaction, échappera à la censure après avoir esquivé l'autocensure, verra le jour et sera véritablement adopté par le lecteur ou adapté à la quantité de sardines que le journal n'enrobe plus (mal) heureusement. L'éphémère satisfaction qui suit la publication du papier est inéluctablement suivie par un sentiment de frustration quant au devenir dudit écrit dans lequel l'auteur laisse toujours une partie de lui. Trouvera-t-il l'écho approprié ? Fera-t-il bouger les choses, sensibiliser qui de droit, attrister les cœurs, apporter de la joie et des solutions et titiller le sens commun ? Ecrire n'est véritablement pas une sinécure surtout quand il est fait dans une langue d'emprunt -un butin de guerre- que seul un lectorat se rétrécissant comme une peau de chagrin continue à utiliser, mais aussi parce que les journaux invendus dépassent de loin ceux vendus du fait de la prépondérance des nouvelles technologies, du prix des journaux, mais aussi de leur absence des étals dans la région la plus francophone du pays. La rubrique des lecteurs où se lisait jadis la réaction des lecteurs aura vécu et les réseaux sociaux quand ils existent ne renseignent point et ne renvoient nul signe, ni like, ni commentaire, ni partage. Les ponts entre auteurs et lecteurs sont quasiment inexistants faute de canal de communication, de forum où auteur et lecteur échangent et digressent. La première motivation que l'inspiration engendre butte sur la démotivation que génèrent l'indifférence, l'oubli immédiat et l'incompréhension. La solitude et les frustrations du chroniqueur sont multipliées et celui-ci en arrive à se demander comment vit le billettiste qui est subitement sevré de son billet après tant d'années de communion avec un lectorat qui est toute sa raison d'être.
Faut-il continuer à écrire pour dire avec des mots puisés dans le brouhaha du silence les maux qui continuent à ronger la société ou arrêter de se triturer les méninges, se fatiguer les yeux pour brider son ego et cette passion qui se muent en dictat ? Les frustrations du billettiste sont certes fort nombreuses, mais écrire, comme l'écrivait l'auteur britannique Roger Jon Ellory, «peut servir à exorciser la peur et la haine; ça peut être un moyen de surmonter les préjugés et la douleur... Si tu sais écrire, tu as une chance de t'exprimer..., tu peux offrir tes pensées au monde, et même si personne ne les lit ou ne les comprend, elles ne sont plus piégées au fond de toi».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.