Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise de l'eau
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 06 - 2021

L'Algérie est-elle rattrapée par la crise de l'eau en ce début d'été 2021 ? Pour le moment c'est la Capitale qui se retrouve dans une zone d'ombre, très inquiétante du fait de sa position de centre névralgique du pays. Faisant face à des perturbations récurrentes de l'alimentation en eau potable depuis quelques mois, avec une accentuation de la crise au mois d'avril dernier, les algérois n'en reviennent pas qu'ils soient carrément privés du précieux liquide pour de longues durées.
Du coup, les frustrations réapparaissent, des scènes qu'on croyait à jamais révolues ressurgissent du passé, du temps où l'eau était une denrée rare, qui faisait souffrir les populations dans les quatre coins du pays et leur faisait investir les rues. Il y a la nature, bien sûr, qui participe à l'aggravation de la perturbation de la distribution de l'eau potable, notamment en période de stress hydrique, mais il y a également la mauvaise gestion et l'impardonnable dilapidation de sommes d'argent colossales qui devaient régler ce problème d'une manière radicale. Les robinets à sec figurent parmi les premières causes, avec le logement, à l'origine de la colère des populations, et l'Etat en a, dans ce sens, fait une priorité, investissant des budgets énormes et faisant appel à des sociétés étrangères pour prendre en charge tous les problèmes liés à l'alimentation en eau potable (renouvellement des réseaux, détection et réparation des fuites d'eau), ainsi que la réalisation de nombreux barrages d'eau, qui ont effectivement contribué à l'amélioration de la distribution d'eau potable dans les grandes villes. Dès le début des années 2010, en effet, on a commencé à ressentir ce léger mieux en matière de distribution d'eau potable. Mais, voilà que l'eau se raréfie d'une manière angoissante au début de cet été 2021. Mais, si on parle aujourd'hui de stress hydrique, qui serait à l'origine de la perturbation de l'alimentation en eau potable, on reconnaîtrait que l'amélioration de ces dernières années était factice, principalement due à une pluviométrie généreuse. Les responsables qui se sont succédés à la tête du département des ressources en eau ont-il tiré profit d'une pluviométrie favorable pour nous faire croire que les constructions d'infrastructures et d'équipements, dont pas moins de 69 barrages et une bonne quinzaine d'usines de dessalement, ont permis au pays de mettre derrière lui la crise de l'eau ? Le stress hydrique enregistré cette année a mis à nu l'incapacité des services du secteur de l'eau à assurer le minimum vital pour les foyers de la Capitale. Pour le moment, on n'a pas trouvé mieux que de limoger des responsables et suspendre l'activité de lavage des véhicules pour atténuer les effets de la crise. Mais, il en faut certainement plus, que l'eau coule dans les robinets, pour satisfaire les besoins de la population.
La wilaya d'Alger assure que toutes les mesures ont été prises pour permettre l'approvisionnement en eau potable de tous les habitants de la Capitale, et dans ce cas, on serait certain qu'il ne s'agissait que d'une mauvaise gestion du précieux liquide, qu'on pourrait corriger, et non pas d'un stress hydrique, insurmontable sans le recours aux coupures ou au dessalement d'eau de mer. L'été ne fait que commencer et le prochain ministre du secteur aura fort à faire pour étancher la soif des populations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.