Une nouvelle génération des démocrates    «Le parti a atteint amplement ses objectifs»    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    La rupture?    Des blocages partout    «C'est criminel!»    Ramtane Lamamra : «Le séminaire a donné une vision claire de l'avenir»    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Les votes les plus curieux    Hazard de retour en Belgique?    Kjaer absent au moins 6 mois    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    L'Epic mis aux oubliettes    Le coup de maître de la Bmpj    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Hommage aux maîtres artisans disparus    Les mises en garde de Tebboune    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Benbouzid se prononce    7 décès et 185 nouveaux cas en 24 heures    Le Président palestinien aujourd'hui à Alger    Une qualification et des interrogations    L'alliance militaire entre le Maroc et Israël est "malsaine"    Une vision claire de l'avenir    «La bureaucratie est devenue un ennemi juré de la Nation»    Le CNDH appelle à la révision de la loi    L'ancien journaliste du Quotidien El-Moudjahid Rachid Semad n'est plus    Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Renouveau industriel, l'appétit grandissant de l'Algérie    Maroc : Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Plusieurs routes coupées dans certaines wilayas du pays    Du 24 au 31 mars 2022    Plaidoirie pour le tourisme saharien    Coupe arabe Fifa-2021 (Gr D/2e j): l'Algérie et l'Egypte passent en quarts    Coupe de la CAF (2e tour prélim./additionnel): JS Saoura-Heart Of Aok (Ghana) se jouera sans public    Tenue dimanche d'une réunion du Conseil des ministres    Huit délégués du médiateur de la République remerciés    Un autre procès attend Mira Moknache à Akbou    FLN-RND, la guerre de tranchées    Le Festival national de la poésie melhoun revient à Mostaganem    Cherfa exclut tout retour à ce système    Le quota de l'Algérie passera à 972 000 b/j    Les Canaris toujours en confinement à Zéralda    Une exposition sur Charles de Foucauld, avant sa prochaine canonisation à Rome    Dans une conjoncture particulière: Mahmoud Abbas demain à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un pied à terre et dos au mur
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 10 - 2021

L'Algérie s'apprête à fêter le 67èmeanniversaire de la glorieuse guerre de libération nationale, en cette année sur le point de rendre l'âme. Mais il faut dire que les Algériens auront passé une année bien éprouvante. Même si l'espoir est permis d'entamer le nouvel an du bon pied dans un pays antichoc, protégé par un peuple-bouclier, les contours généraux de l'Algérie nouvelle ne sont pas encore bien dessinés. Pour beaucoup d'entre nous, l'on continue, encore et toujours, à s'interroger s'il faut continuer à se nourrir pour vivre ou simplement vivre pour boustifailler en circuit fermé, la bouche béante, en attendant le dernier voyage de la vie éphémère vers le monde immortel du trépas.
Parce qu'à regarder de près l'avancée triomphante de l'almanach algéro-algérien, il y a au moins une bonne raison de penser à recréer le monde sans nous. Parce qu'objectivement, le pays ne peut reprendre des couleurs, tant qu'il reste trop à l'étroit dans le costume étroit de ses propres contradictions.
Mais au-delà du réveil bougrement beau mais surtout trop brutal du «gène» patriotique (longtemps mis en berne !) de plusieurs générations d'Algériens post-novembristes, faudrait-il, encore une fois, se résoudre à croire que seuls les jeunes de ce pays pourraient réussir, là où des fournées entières de politiciens ont fait un flop affligeant ? Parti des aurores novembristes, un pied à terre et le dos au mur, le pays de l'Emir Abdelkader s'imposa un arrêt d'urgence forcé, jusqu'à ce que des mains invisibles l'enfoncèrent dans le gigantesque atelier de tous les rafistolages.
Arriva le jour où le pays se fatigua et aménagea son emploi du temps à sa guise, faisant de son semi-week-end, de ses fêtes nationales, des jours fériés puis des jours sans, la sève (sur) vitale d'un calendrier sans temps ni âge. Et parce que justement il est connu et reconnu que l'âge opère des ravages là où le temps demeure indécis, l'Algérie s'est retrouvée à se reposer six mois par an, prendre congé en triple détente trois mois par an, faire la fête en petit, moyen et grand format quatre semaines par mois, et travailler une demi-journée tous les deux lustres, pour boucler la boucle avec un demi-congé national, dès l'arrivée du mois de toutes les agapes. Au point que sur la tombe de chaque Algérien fatigué de vivre, une main à sept doigts fera graver en lettres dorées : « Ici repose Larbi Ben Untel qui s'est reposé toute sa vie...».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.