Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Football - Ligue 2: L'éthique sportive en question
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 05 - 2022

A une journée de la fin du championnat de Ligue 2, les dés sont presque jetés pour les deux billets donnant accès à l'élite. En effet, de nombreux résultats laissent planer le doute pour ne pas dire autre chose. Certaines équipes, pour une saison ou une autre, ont carrément faussé le championnat. C'est le cas du SC Aïn Defla, de l'USM Bel Abbès, de l'IB Lakhdaria et du CA Bordj Bou Arreridj. D'autres formations ayant assuré leur maintien, leur ont emboîté le pas. Aussi, des équipes, considérées comme des prétendants au titre, se fassent battre inexplicablement par des formations qui luttent pour leur survie. D'autres formations n'ont pas respecté l'éthique sportive misant sur des joueurs espoirs, se présentant même sans entraineurs, ce qui a donné lieu à diverses interprétations. Au fait, où est passé l'amendement des règlements de la FAF obligeant les clubs à aligner un certain nombre de titulaires lors des derniers matches de championnat ?
Nous n'accusons personne sauf que nous nous sommes référés à la réalité du terrain et à la logique du football. La situation risque de s'aggraver davantage puisque tout le monde sait ce qui se trame dans le football algérien «avec la complicité de certains dirigeants des clubs et managers de joueurs», nous a-t-on dit. Pire encore, c'est que ces dernières saisons, au vu et au su de tout le monde, l'éthique sportive a été totalement bafouée. En face, c'est le silence absolu des structures censées combattre ce genre de fléaux et mettre fin à certaines affaires scabreuses. Le silence est perçu comme étant une «complicité indirecte» par de nombreux observateurs. Sinon, comment expliquer ces décisions d'aligner des juniors et des remplaçants au cours des matches décisifs ? D'ailleurs, comment expliquer ces accusations entre certains présidents de clubs à l'approche de la clôture du championnat ?
La faute incombe à ceux qui ont pris la décision de changer le système de compétition sans aucune réflexion au préalable. Les mêmes membres du BF qui ont approuvé l'ancien système de championnat ont opté pour son changement lors de l'AG extraordinaire du 21 novembre 2021. Bizarre, n'est-ce pas ? Une preuve tangible que le football algérien est malade de ses dirigeants. Ce qui signifie que les décisions prises sont dictées par des intérêts personnels et non par une politique de développement de notre sport-roi. Aujourd'hui, on se demande quel est le rôle de la commission d'intégrité pour mettre fin à cette mascarade ? Va-t-on rester les bras croisés face à cette grave crise de gestion ? Des solutions urgentes et des décisions courageuses devront être prises pour mettre fin à ce que l'on peut qualifier de «massacre» du football national. L'Etat doit réagir devant les graves dysfonctionnements et les dérives qui affectent notre sport-roi, car il y va de l'intérêt du football algérien. En somme, seule une thérapie de choc pourrait contribuer à sauver le football national qui a inéluctablement besoin d'une profonde réforme, plus que jamais indispensable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.