UNPA: appel à la promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Tension sur le lait infantile    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    «Le consensus est une exigence historique»    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    La jeunesse algérienne consciente des questions décisives de l'heure    Situation au Burkina Faso: le Ministère des Affaires étrangères suit de près la situation des membres de la communauté algérienne dans ce pays    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    La Guinée se voit retirer l'organisation de la CAN 2025    Tébessa : ouverture du premier forum des jeunes d'Algérie    6e édition du REVADE: plus de 80 opérateurs attendus du 10 au 13 octobre    Le Président Tebboune préside dimanche une réunion du Conseil des ministres    Université: batterie de mesures pour améliorer l'enseignement et la recherche    Près de 186.000 agriculteurs ont bénéficié de contrats de concession à l'échelle nationale    Algérie-France: Consultations entre les deux pays    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Les chiffres de l'ANP    De la cocaïne à profusion    Le diagnostic doit être prématuré    Impératif soutien médiatique à la Palestine face à la propagande et à l'occupation sionistes    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comme une pilule de suicide !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 08 - 2022

La situation a atteint le seuil critique pour convoquer la conscience de tous, des plus hautes autorités du pays en premier lieu. Une moyenne de dix morts par jour sur nos routes, c'est plus qu'un bilan de guerre. D'aucuns ne vont pas par des chemins sinueux pour pointer du doigt la santé mentale des conducteurs algériens, au point où l'on parle carrément d'euthanasie sur notre macadam sanglant.
Malgré les solutions, toujours inefficaces, proposées par les pouvoirs publics, l'Algérie continue à occuper les premières places du podium avec un nombre effarant de cadavres sur nos routes. Une situation si dramatique que même le Conseil des ministres s'était penché sur le sujet, sans résultat probant sur le terrain cahoteux de la réalité. Comme une pilule de suicide, les Algériens veulent-ils «s'euthanasier » sur nos routes défoncées, puisque, selon les pouvoirs publics mais aussi les spécialistes de la question, la dimension psychologique, voire psychiatrique, est largement mise en cause chez le commun des conducteurs algériens. Avec une lourde ardoise de 120 milliards de dinars, annuellement, le Conseil des ministres est allé jusqu'à estimer que les accidents de la route sont devenus « un enjeu majeur », surtout que « toutes les mesures préventives et dissuasives prises jusqu'à présent pour mettre fin à ce phénomène ont montré leurs limites ». Même le fait de criminaliser tout comportement imprudent, ou carrément suicidaire, dans la conduite, notamment en ce qui concerne les moyens de transport collectif et scolaire, cela n'a pas dissuadé les chauffards, loin s'en faut.
Parce qu'il s'agit du facteur humain en premier lieu, responsable de la quasi-totalité des accidents mortels et des handicapés à vie, tous les acteurs de la société civile tentent désespérément de prêter main-forte aux pouvoirs publics, pour aider à la sensibilisation sur un problème de santé publique avant tout. L'on se souvient que lors d'un des Conseils des ministres consacré à ce dossier, menace a été brandie de « sanctionner les employeurs qui recrutent des conducteurs sans s'assurer, au préalable, de leur état de santé psychologique et psychiatrique et de leur parcours professionnel ». Mais tout ça reste malheureusement de la simple rhétorique dans un pays où, il est vrai, la santé mentale de l'Algérien est à l'origine de beaucoup de dérèglements dans notre vie sociétale, et pas seulement avec les terribles drames de la route...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.