APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins
Publié dans Réflexion le 20 - 09 - 2019


Selon les résidents de cet important village touristique et balnéaire de Canastel relevant de la municipalité d'Oran « Une analyse microbiologique révèle que les valeurs dépassent les limites maximales des rejets et d'effluents de déversement et présente un large risque de toxicité et nuisance dans le domaine public hydraulique», selon le rapport de ce Laboratoire privé. Le rejet sauvage de Canastel est une menace sérieuse pour l'environnement, et notamment les fonds marins. C'est le résultat des analyses menées par un Laboratoire local qui a effectué des prélèvements début septembre dans ce rejet. Le taux de coliformes fécaux dépasse de 10% les limites tolérées par la réglementation en vigueur, alors que celui des streptocoques fécaux surpasse le seuil toléré de 15%. Les eaux usées qui se déversent depuis 2 ans à flots en mer, à Canastel sont une source de pollution pour le littoral. Une bonne partie du littoral a été désertée par les pêcheurs. Se baigner dans cette zone du littoral est une menace réelle pour la santé des jeunes et des enfants qui s'aventurent dans les criques rocheuses. Les effets sur la santé de l'exposition aux coliformes fécaux varient d'une personne à une autre. D'autres agents pathogènes peuvent infecter les poumons, la peau, les yeux, le système nerveux central ou le foie ». Les riverains de ce rejet ont alerté, à plusieurs reprises, depuis 2017 les autorités locales, mais rien n'a été fait de concret pour éradiquer cette source de pollution. Les eaux usées proviennent, apparemment, de cités sociales attribuées à des familles sinistrées qui résidaient dans des immeubles en ruine dans les anciens quartiers de la ville. Les entrepreneurs chargés des travaux de voies et réseaux divers, pressés par les autorités locales pour attribuer les logements sociaux dans les plus brefs délais, auraient raccordé les canalisations des eaux usées au réseau de drainage des eaux pluviales.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.