CEAS-Sahara réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    Coronavirus: le numéro vert 3030 mis à la disposition des citoyens    Report pour la seconde fois du procès en appel au 1er mars    60.000 étudiants étrangers sont passés par l'Université algérienne    COA : Mustapha Berraf confirme sa démission    Le Président Tebboune entame une visite d'Etat en Arabie saoudite    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une médaille pour le hirak à Montréal    Dans le désordre    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    Le Targui    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA WILAYA ENREGISTRE DES RETARDS DANS LES RACCORDEMENTS : Le gaz de ville, une priorité absolue à Oran
Publié dans Réflexion le 28 - 01 - 2020


Les autorités locales d'Oran mettent les bouchées doubles pour rattraper le retard qu'accuse la région, en matière de raccordement au réseau de gaz naturel. De sources proches des services de la wilaya d'Oran, l'on nous informe que des séances de travail sont organisées régulièrement, au sein de la wilaya. Réunissant toutes les parties intervenantes sur les chantiers du gaz, le chef de l'exécutif, Djelaoui Abdelkader , insistait à chaque fois sur la nécessité de relancer les projets en souffrance et de respecter les délais impartis des entreprises chargées de réaliser les projets de raccordement au réseau du gaz naturel dans les communes et villages des 09 neuf daïras, qui demeurent à l'heure actuelle sans gaz de ville notamment, les villages Sidi Ghalem, Mers El-Kébir, Kerma Dadayoum, Bouisville Chatt, Bousfer village etc… pour ne pas les citer tous. En ce sens, l'on nous informe que «Cette rencontre tenue en présence également des chefs des daïras concernées par ces projets et des directeurs de l'exécutif a permis de régler les problèmes soulevés par les chefs d'entreprise.» Pour rappel, dans le passé, de nombreux entrepreneurs sont pénalisés par le non-paiement de leurs factures, d'où l'arrêt des travaux dans plusieurs chantiers. Cette situation a non seulement engendré un retard dans l'achèvement des travaux mais a aussi pénalisé les populations qui attendent le gaz depuis des lustres. En outre, lors d'une réunion, des chefs d'entreprise d'électricité et de gaz d'Oran avaient brossé un tableau noir sur la situation inquiétante des entreprises en charge de la réalisation des projets de raccordement et de transport du gaz et de l'électricité. «Des entreprises ont déjà disparu, alors que d'autres ne tarderont pas. Certains entrepreneurs vont jusqu'à vendre leur matériel et s'endetter auprès des proches pour payer les salaires de leurs employés. Nous sommes devant une situation très grave», s'est indigné l'un d'eux. Les entreprises en charge de projets d'alimentation des foyers en gaz naturel se plaignent, entre autres, du retard flagrant enregistré dans le payement des factures, de l'application par le maître d'ouvrages des pénalités de retard à leur encontre et du non- remboursement de la caution aux entrepreneurs, afin de leur permettre de respirer un tant soit peu, en attendant qu'une solution soit trouvée à leur situation financière. Résultat : les entrepreneurs n'ont pas les moyens pour s'approvisionner en matériaux et assurer les salaires de leurs employés, d'où l'arrêt des chantiers. Par ailleurs, on a appris que la wilaya a décidé de prendre le taureau par les cornes et d'aplanir toutes les situations, ce qui va relancer les projets à l'arrêt. «Les retards ne sont pas causés par le manque de financement et les entreprises ayant souscrit au cahier des charges doivent le respecter», a-t-on appris. Toujours selon nos informations, le wali d'Oran effectuera dans les jours à venir plus de visites d'inspection sur les chantiers pour s'enquérir de l'avancement des travaux. «Je ne peux laisser nos citoyens souffrir encore. En cas de défaillance, les sociétés responsables de retard devront payer des frais», a-t-il mis en garde.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.