Liverpool : Klopp suggère un départ en janvier pour Coutinho    Un taux d'inflation annuel de 5,9% en septembre 2017    FORUM MONDIAL DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME (GCTF) : Le trafic de drogue et le blanchiment d'argent, source de financement    L'armée irakienne avance vers Kirkouk    L'Envoyé de l'ONU pour le Sahara occidental reçu à la présidence    ARMEE NATIONALE POPULAIRE : Arrestation d'une terroriste et mère de deux terroristes    DROGUE : 38 tonnes de kif traité saisies en Algérie en 2017    PLF 2018: amélioration de certaines données de l'économie nationale    USM Alger- USM El Harrach: les "Rouge et Noir" pour oublier la désillusion africaine    42e EUCOCO: large élan de solidarité en faveur de la cause sahraouie    Le prix du Président de la République du journaliste: Khaled Taâzibt de l'APS primé    Bayern : La durée d'absence de Müller connue !    Crise du Golfe : Les parties toujours pas prêtes au dialogue    Des remplaçants des Super Eagles pour affronter les Fennecs : La notoriété des Verts écorchée    Péage de l'autoroute Est-Ouest : Quels tarifs ?    Après la Catalogne, c'est au tour de la Lombardie et de la Vénétie en Italie / Europe : à l'ère des « petites patries »    Musique/Retour d'Idir sur la scène algérienne : «L'officialisation de tamazight a été déterminante»    Poésie amazighe : Poésie amazighe : Promouvoir l'apprentissage du tifinagh    Les premiers essais dynamiques sont en cours    Pourquoi Abdelkader Messahel a éructé le dépit terminal de l'économie 1.0    AS Radieuse : Finale du Tournoi de l'amitié    On vous le dit    Oran en bref :    Le ministère compte revoir le discours religieux en profondeur    Des classes de 60 élèves !    Ouattara à la botte du roi Mohammed VI    «Toutes nos interrogations persistent sur les exclusions de listes électorales»    Youcef Yousfi assène ses vérités et tente la conciliation avec le privé    Participation de 52 pays et l'Afrique du Sud invitée d'honneur    Verts d’Europe    Bouchées croustillantes au thon    Championnat arabe des clubs (messieurs)    Mali    Ce que prévoit la réglementation en vigueur pour les maîtres d’œuvre nationaux    PROJET DE LOI SUR LA PUBLICITÉ    Idir, le come-back :    Tlemcen: Des locaux pour la presse    Bagarres rangées à la cité Ruisseau d'or    Le wali de Constantine rend visite au bureau de L'Expression    La sinistrose gagne les partis    Le journalisme et "l'auberge espagnole"    988 millions de dinars de créances    Bientôt une Air Afrique algérienne?    50 kg de kif et 21 kg de corail saisis à El Tarf    "Les ombres de la vérité" de Salah Boufellah    Quelle place pour le feuilleton arabe dans le Festival des séries en 2018?    "L'Algérie qui m'a marqué"    Victoire de Yacine Hamza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«El Gusto est une déformation de l'histoire du chaâbi»
Nacereddine Baghdadi. Musicologue
Publié dans El Watan le 07 - 08 - 2012

-Le débat sur l'histoire du chaâbi revient au-devant de la scène. Une musique née à la Casbah d'Alger…
La Casbah d'Alger avait regroupé des familles andalouses avant le colonialisme français. Après l'occupation française, ces familles étaient parties à Fes, Tétouan, au Maroc, et vers le pays du Cham, Syrie, Palestine et Liban. A l'époque, il y avait la croyance qu'un pays commandé par les mécréants devait être quitté. Ces familles exerçaient entre autres les métiers de dinanderie, de bijouterie, de bourrellerie… Des produits manufacturiers français avaient remplacé ces produits d'artisanat. Au facteur religieux s'étaient ajoutées les difficultés commerciales motivant le départ à l'étranger. La plupart de ces familles sont restées là-bas, notamment à Damas où elles avaient été rejointes par la famille de l'Emir Abdelakder. Dépossédée de ses terres par le colonialisme, la population de la Kabylie était venue s'installer à La Casbah. La musique andalouse n'était plus en adéquation avec le nouvel environnement social. Il fallait donc une autre musique. El Hadj M'hamed El Anka avait compris ce besoin avec une musique liée à une certaine urbanité. Il avait donc composé une musique plus légère accompagnée de textes moins fouillés proches de la langue usuelle. Le chaâbi s'était donc installé. Des maîtres avaient apporté leur contribution, tels que Cheikh Nador et Cheik El Meddah.
-La consécration d'El Anka s'était faite par étapes…
Oui. L'apprentissage avec le maître, l'imitation… La musique chaâbie est récente. Elle remonte aux années 1940 avec la création d'orchestres, l'adoption d'un jeu particulier du mandole et du banjo. Le banjo a été accordé à la musique chaâbie. Il en est devenu essentiel dans l'orchestration. El Anka était précurseur, mais il y avait des musiciens autour comme Kaddour Cherchalli. Mustapha Skandrani avait ajouté sa touche au jeu du piano. Tout cela s'est fait par étape. Des orchestres avaient été créés à la Radio. Les musiciens s'étaient professionnalisés. On avait commencé à répéter, à jouer deux à trois fois par semaine. A Alger, on savait un mois à l'avance le programme qui allait être présenté par un artiste, l'heure et le lieu du concert. C'était dans les années 1940 !
Ce professionalisme avait permis l'émergence d'excellents instrumentistes tels que
Abdelghani Belkaïd au violon et El Anka au mandole et au chant ainsi que d'autres chanteurs comme M'rizek, Menouar… El Anka a eu l'ingénieuse idée d'agrandir le manche du mandole pour avoir plus de possibilités. Cela lui avait permis de se stabiliser sur le ré pour chanter. Il était plus à l'aise reproduisant graves et aigus. El Anka avait donc donné un certain timbre au chaâbi. Il avait donné de l'importance à la derbouka, devenue un instrument d'accompagnement, pas un simple instrument rythmique… Tout cela était le fruit d'un travail. Le métier était là. Le chaâbi était accepté par la population, laquelle considérait l'andalou comme une musique plus savante. Boudali Safir avait donné cette dénomination de «d'orchestre chaâbi» pour le différencier d'un orchestre andalou, d'un orchestre moderne ou d'un orchestre kabyle. Donc, chaâbi en tant que concept est à prendre dans ce sens musical, pas le sens premier, étant entendu que beaucoup de choses sont populaires (…). Le chaâbi a évolué. On parlait à l'époque de chaâbi M'çanaâ qui utilisait quelques rythmes de la nouba, plus langoureux jusqu'aux années 1950.
-Les choses ont évolué autrement après l'indépendance de l'Algérie en 1962...
Après 1962, le chaâbi avait pris plus de liberté avec l'avènement des chansonnettes initiées par Mahboub Bati, avec l'apparition d'orchestres modernes, l'influence extérieure. Les choses se sont développées en bien ou en mal. Dans les années 1990, le chaâbi a connu une certaine stagnation. Le Festival culturel national de la chanson chaâbie va contribuer à renouveler cette musique. Le fruit sera récolté dans dix ou quinze ans. Il y a un certain intérêt pour cette musique grâce à ce festival. Des Master class et des conférences sont organisées, des textes ont été corrigés… Il y a une certaine reprise en charge…
-Avez-vous vu le documentaire irlandais El Gusto sur le chaâbi (réalisé par Safinez Bousbia), et l'album qui l'accompagne ?
J'ai vu l'orchestre El Gusto à Paris. Il s'agit d'un pot pourri, un mélange de musique. Ce n'est pas du tout du chaâbi. L'élaboration de l'orchestre El Gusto vise certains desseins. Cet orchestre ne fait pas dans le chaâbi pur. Il fait dans la chansonnette. On entend des chants français. Donc, derrière cette forme nostalgique se cache quelque chose d'inapproprié. C'est une déformation de l'Histoire du chaâbi. A mon avis, il faut entreprendre des actions pour contrecarrer cela…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.