Le système Haddad, ou comment imposer une dîme sur les grands projets    Le marché pétrolier enregistre "une tendance vers un rééquilibrage" (producteurs)    Manchester City officialise la signature de Mendy    Importations : L'objectif d'économies est quasi nul    Risque de pénurie de l'essence sans plomb    Foncier touristique : les attributions gelées    Boulangerie : une activité dans le pétrin    Crise du Golfe : Le président turc Recep Tayyip Erdogan en tournée dans la région    Terrorisme : liste de 173 kamikazes    Alger pour un recentrage de l'action arabe    Grève de 48 heures pour mercredi et jeudi    Le CICR s'attend à 600 000 cas en 2017    Repère : Tebboune et Bedoui, même combat ?    Deux nouvelles médailles d'or pour l'Algérie    Le NAHD et El Fayçali en tête du groupe A    Verts d'Europe : Belkaroui de retour au Portugal, Feghouli vers Galatasaray    Les Algériens s'inclinent et terminent à la 6e place    Ouled Mendil (DOuéra) : Arrestation du suspect impliqué dans le meurtre d'un quinquagénaire    1695 décès durant le 1er semestre 2017    Plaidoyer pour un plan national de gestion des incendies    Une usine de plastique ravagée par un incendie    Une tentative d'émigration clandestine mise en échec    40 émeutiers placés sous contrôle judiciaire    Un gardien de prison vit aussi dans une prison    Mondiaux-2017 : Sahnoune et Cherouati devant le conseil de discipline    Bouira / Alimentation en eau potable : Les robinets d'Ath Ibrahim à sec    MCA : Bendebka, 4e recrue du Doyen    Festival international de musique diwane : Mehdi Nassouli assure le show en clôture    Exercice militaires navals entre la chine et la Russie    Kiosque arabe    YEMI OSINBAJO :    ACTUCULT    Le 17 août au stade de Canastel : Hommage à Miloud Chorfi    Commerce extérieur: 5 milliards de dollars de déficit au 1er semestre 2017    Le temps presse pour lancer les travaux du troisième casier: Risque de saturation du centre d'enfouissement du groupement d'Oran    Sidati appelle l'UE à "une intervention urgente et ferme"    Artistiquement vôtre!    Mezghana Battle International    Un glacier momifie un couple pendant 75 ans    Réunion d'urgence du Conseil de sécurité    Identifions nos vulnérabilités    "Le FLN soutiendra toujours Bouteflika"    2 footballeurs suspendus pour avoir mordu des adversaires    Une terroriste de Daesh arrêtée par la PAF    Spider-Man Homecoming    La caravane artistique de l'Oncic arrive    Le CNDH salue l'initiative de la DGSN    Idir de retour à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arts plastiques
Palette saharienne
Publié dans Info Soir le 23 - 01 - 2011

Expression n La peinture de Zohra Hachid-Sellal se distingue par la superposition des techniques.
L'exposition de la collection de la plasticienne Zohra Hachid-Sellal qui comprend une cinquantaine d'œuvres récentes (peintures et gravures), se poursuit à la galerie Mohamed-Racim et ce, jusqu'à la fin du mois en cours. Cette nouvelle collection se veut une invitation à découvrir aussi bien la richesse que la beauté du patrimoine de l'Ahaggar et du Tassili.
Ainsi, l'art rupestre, plusieurs fois millénaire, est représenté tantôt dans un langage abstrait, tantôt dans une expression semi-figurative et ce, avec une palette, tantôt harmonieuse tantôt contrastée, constituée de beaucoup de noir et de plusieurs couleurs, souvent vives ; c'est une plongée dans l'immensité saharienne, une invitation à aller à la rencontre du beau et du mystère.
Le désert, présent dans toutes ses peintures, est source d'inspiration.
L'espace pictural dans lequel l'artiste évolue est une création. Elle le compose : ses tableaux Les éléphants du Tassili, Les chars des Garamantes, L'homme de Tin Tarlften et bien d'autres encore sont une destruction-reconstruction, le tout se cristallise autour d'une vision contemporaine.
L'imaginaire de Zohra Hachid-Sellal, une artiste à qui le Sud est source d'inspiration et auquel elle tient à rendre hommage en couleurs et en formes, tient à l'intersection des mondes végétal, animal et minéral ; une combinaison de ces trois univers, donc de ces trois sensibilités qui définissent l'art de Zohra Hachid-Sellal. En outre, ce sont des œuvres à réminiscence permanente et toujours renouvelée ; toutes sont évocatrices, elles sont pareilles à un songe ; des impressions au sens vaporeux et évanescent. L'univers ocre du Sud prend formes et reliefs, revêt des volumes dans des senteurs et couleurs qui, elles, traduisent des émotions récurrentes, celles-ci nous reviennent comme une réminiscence dans la multitude des tons et des tonalités pareilles à des notes de musique.
Peintre de la couleur, avec une étonnante force de la composition et du contraste chromatique, Zohra Hachid-Sellal donne à sa peinture les tons de notre pays, chez elle, le genre échappe à un classement formel. Sa peinture, fournie et inspirée, est inclassable. «C'est là une peinture de l'instinctif livrant un achevé dont on ne s'explique pas toujours l'élaboration profonde.» C'est aussi une peinture où l'on peut constater la superposition de plusieurs techniques : peinture à l'huile, acrylique, collage…
Zohra Hachid-Sellal a d'abord été formée à l'école des Beaux-Arts entre 1963 et 1964, puis elle a suivi les cours de M'hamed Issiakhem et de Ali Ali-Khodja ainsi que ceux de Choukri Mesli. Plus tard, elle part en France, en 1968 pour suivre à Grenoble une formation académique de 5 ans ; elle obtient alors un diplôme supérieur national des arts-déco. Elle est lauréate du Premier prix du Concours national de la meilleure affiche d'Air Algérie, organisé par Air Algérie en 1965 et du Grand prix de la peinture féminine, organisé par le gouvernorat d'Alger, en 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.