Ces polémiques réchauffées    PAROLES DE PARTIS    Louisa Hanoune décoche ses flèches à Annaba    Baba Ammi tacle le FMI    Le bâtiment moteur de l'économie nationale    Le langage des bourreaux    Le Conseil de sécurité doit agir avec "détermination"    Les surprises de dernière minute    "LA LA LAND"à Alger    Dixième titre record pour Nadal    Hannachi promet une prime de 30 millions    Maurizio Sarri continue d'ignorer Ghoulam    Une clôture en apothéose    Djazaïr Big Band, hommage à Duke Ellington    Elargissant ses horizons : Condor s'installe en Tunisie    Après El Oued et Oran : Batna reçoit aujourd'hui Abdelmalek Sellal    General Electric : Le bénéfice et le chiffre d'affaires du groupe supérieurs aux attentes    Equipe nationale / Francois Miguel : " Avec Alcaraz il y aura de la sueur et des larmes "    Médéa : El-Aissaouia prête à relever le défi pour son développement    Commerce : Plusieurs infractions enregistrées en 2017    Nigeria : L'armée en guerre contre les raffineries illégales    Mauritanie : La ZFN a œuvré pour l'amélioration de certains services publics    Louisa Hanoune les accuse de la crise qui frappe le pays    Reddition d'un terroriste à Bordj-Badji-Mokhtar    Human Rights Watch épingle l'Algérie    Les Verts s'envolent aujourd'hui pour la Slovénie    Nouvelle attaque terroristes sur Damas    Au moins 140 morts dans l'attaque d'une base de l'armée    Les aéroports de Timimoun et d'Adrar fermés    Un adolescent arrivé en Grèce dans la roue d'un camion    Brahim Saou et Aymen Kheireddine condamnés à 3 ans de prison    20 universités américaines pour séduire les étudiants algériens    Derbal pointe un "vide juridique"    Festival des architectures de Terre    "Sur les traces de Cervantès"    Plus de 4 000 morts dont 3 000 enfants en 2016    Migrants : un procureur italien dit avoir "des preuves"    Nouveau round diplomatique    23e partie    59e partie    La grève de la faim illimitée prend de l'ampleur    Adila Talbi : "Cet établissement a aussi un rôle éducatif"    L'Institut français d'Annaba rouvrira ses portes l'automne prochain    Véhicules de tourisme: Baisse de plus de 7% de la facture d'importation au 1er trimestre 2017    Simulation du modèle de l'ONU: l'Algérienne Nawel Belbey distinguée à la conférence de Moscou    Plus de 43 000 victimes en 2016 en Algérie    Lors d'un meeting du RCD à Tizi Ouzou: Belabbas s'en prend à Aït Hamouda    Son passé révolutionnaire suscite le débat: Ould Abbès au cœur de la polémique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arts plastiques
Palette saharienne
Publié dans Info Soir le 23 - 01 - 2011

Expression n La peinture de Zohra Hachid-Sellal se distingue par la superposition des techniques.
L'exposition de la collection de la plasticienne Zohra Hachid-Sellal qui comprend une cinquantaine d'œuvres récentes (peintures et gravures), se poursuit à la galerie Mohamed-Racim et ce, jusqu'à la fin du mois en cours. Cette nouvelle collection se veut une invitation à découvrir aussi bien la richesse que la beauté du patrimoine de l'Ahaggar et du Tassili.
Ainsi, l'art rupestre, plusieurs fois millénaire, est représenté tantôt dans un langage abstrait, tantôt dans une expression semi-figurative et ce, avec une palette, tantôt harmonieuse tantôt contrastée, constituée de beaucoup de noir et de plusieurs couleurs, souvent vives ; c'est une plongée dans l'immensité saharienne, une invitation à aller à la rencontre du beau et du mystère.
Le désert, présent dans toutes ses peintures, est source d'inspiration.
L'espace pictural dans lequel l'artiste évolue est une création. Elle le compose : ses tableaux Les éléphants du Tassili, Les chars des Garamantes, L'homme de Tin Tarlften et bien d'autres encore sont une destruction-reconstruction, le tout se cristallise autour d'une vision contemporaine.
L'imaginaire de Zohra Hachid-Sellal, une artiste à qui le Sud est source d'inspiration et auquel elle tient à rendre hommage en couleurs et en formes, tient à l'intersection des mondes végétal, animal et minéral ; une combinaison de ces trois univers, donc de ces trois sensibilités qui définissent l'art de Zohra Hachid-Sellal. En outre, ce sont des œuvres à réminiscence permanente et toujours renouvelée ; toutes sont évocatrices, elles sont pareilles à un songe ; des impressions au sens vaporeux et évanescent. L'univers ocre du Sud prend formes et reliefs, revêt des volumes dans des senteurs et couleurs qui, elles, traduisent des émotions récurrentes, celles-ci nous reviennent comme une réminiscence dans la multitude des tons et des tonalités pareilles à des notes de musique.
Peintre de la couleur, avec une étonnante force de la composition et du contraste chromatique, Zohra Hachid-Sellal donne à sa peinture les tons de notre pays, chez elle, le genre échappe à un classement formel. Sa peinture, fournie et inspirée, est inclassable. «C'est là une peinture de l'instinctif livrant un achevé dont on ne s'explique pas toujours l'élaboration profonde.» C'est aussi une peinture où l'on peut constater la superposition de plusieurs techniques : peinture à l'huile, acrylique, collage…
Zohra Hachid-Sellal a d'abord été formée à l'école des Beaux-Arts entre 1963 et 1964, puis elle a suivi les cours de M'hamed Issiakhem et de Ali Ali-Khodja ainsi que ceux de Choukri Mesli. Plus tard, elle part en France, en 1968 pour suivre à Grenoble une formation académique de 5 ans ; elle obtient alors un diplôme supérieur national des arts-déco. Elle est lauréate du Premier prix du Concours national de la meilleure affiche d'Air Algérie, organisé par Air Algérie en 1965 et du Grand prix de la peinture féminine, organisé par le gouvernorat d'Alger, en 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.