Un choc d'ignorances    Orior : Le groupe rachète le belge Culinor    CNAN : Un nouveau navire de transport de marchandise réceptionné    USA : Les banquiers centraux au chevet de la faible croissance    Afrique du Sud : Un maire de l'opposition élu à Johannesburg    Guinée : Des investissements nécessaires pour réhabiliter le réseau routier    Camps de réfugiés sahraouis : Les agences humanitaires de l'ONU appellent à une réponse urgente    Scandale des JO : Berraf dément toutes les accusations contre le COA    Ligue 1 Mobilis : Match perdu et défalcation de trois points pour les Relizanais    Souk Ahras : La figue de barbarie inonde les espaces commerciaux    Barrage d'Ain Dalia : 5.000 m3 supplémentaires pour renforcer l'AEP    Annaba : Importance d'encourager les recherches sur les traces du roi Jugurtha    Souk Ahras : Le premier roman de Samir Bouzidi apparaît    La gestion de l'élite décriée par les spécialistes    «Les mesures qui s'imposent seront prises»    On vous le dit    Ooredoo : Joseph Ged quitte l'Algérie    Nouvelles d'Oran    Jeunesse et Sports : renforcer le dispositif d'échange    Commerce extérieur : Les recettes des hydrocarbures chutent de 32%    Ligue 1 : Les derbies algérois au 5 Juillet    Ce qu'on peut voir au musée    Une bâtisse historique peu connue !    Une édition pour tous les Amazighs en vue    Rio ou la soif de l'or    Addis-Abeba promet qu'il ne sera pas inquiété    Un rapport d'enquêteurs de l'ONU attendu    Combats douteux    "Elle sera explosive"    40.000 hadjis l'année prochaine    4 conteneurs de viande avariée saisis à Boumerdès    Bouira attend son institut médical    La lutte contre la cybercriminalité de plus en plus complexe    L'homme d'une "success story"    L'Union des familles laïques de France s'en mêle    Le huis clos reprend de plus belle    Rachid Ghezzal dit non à Everton    Le court métrage "Koceila" au programme    Un premier recueil de nouvelles de Karima Aitouche    Grande affluence à la représentation    Les agences humanitaires de l'ONU appellent à une réponse urgente    « Réformer, c'est faire du secteur éducatif un vecteur du savoir »    Le nouveau tarif douanier à 10 chiffres entrera en vigueur le 18 septembre    Les hadjis algériens affluent vers Médine    "On s'en tient à la lettre du Président"    Lamamra : "Cela ne reflète pas la réalité de l'Algérie"    2 060 fusils seront restitués début septembre    «La place du MSP n'est pas dans l'opposition»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Docteur Benaïbouche : «Il faut réorienter les investissements»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 06 - 2010

Le docteur Farid Benaïbouche, président de la commission de discipline du Conseil de l'ordre des médecins et gynécologue de profession à Hydra, a abondé dans le même sens, se disant scandalisé de voir «des failles inacceptables» dans certains services médicaux. Il est inadmissible, selon ce médecin, de voir trois accouchées avec leurs bébés sur un seul lit d'hôpital.
A son avis, il faudrait réorienter les investissements destinés à améliorer les structures sanitaires. «Au lieu de réhabiliter les services de cardiologie et faire des conventions avec les étrangers, à titre d'exemple, il faudrait rénover ceux de la gynécologie, sachant que la protection maternelle et infantile est prioritaire», a-t-il développé.
Notre spécialiste en gynécologie a précisé qu'il n'y a eu aucun investissement à ce niveau. «Les maternités sont transformées en maisons d'accouchement et les structures de gynécologie publiques ne suffisent plus», a-t-il souligné, mettant l'accent sur le manque flagrant de prise en charge des prématurés dans les CHU.
Qu'en est-il de la grippe A ?
Le président du Conseil national de l'ordre des médecins a fait allusion à la propagation de la grippe A en Algérie qui a suscité toute une polémique et une panique «non justifiée» par manque d'information, qualifiant cette maladie de «grippette». «Si la tutelle avait fait l'effort de médiatiser les renseignements liés à cette maladie, de par sa propagation, sa prévention, son degré de gravité et si elle avait donné plus de détails quant à l'arrivage des vaccins, le contrôle de ceux-ci et leur distribution, les citoyens auraient été beaucoup moins stressés et plus confiants face à la maladie.
D'autant qu'il n'y a pas lieu de s'alarmer outre mesure», a expliqué notre président, ajoutant qu'une séance télévisée de quelques heures animée par le ministre de la Santé, à titre d'exemple, aurait apaisé les esprits et aurait évité, surtout, la panique et le doute. Une façon d'ajouter comme une autre faille le manque de sensibilisation et de communication dans le domaine de la santé en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.