Sur fond de poursuites judiciaires: Nouvelle mise en demeure aux TV privées    Droits de l'Homme: Des évolutions mais la CNCPPDH pour une «approche novatrice»    Une joint-venture algéro-turque et un investissement de 60 milliards DA: Un port minéralier et un convoyeur de 9 km pour approvisionner le complexe Tosyali    Aïn-Temouchent: Un «radar» contre les branchements illicites au réseau d'eau    Sommet européen - Après le Brexit : que faire ?    Ils sont trois fois moins nombreux qu'en 2012: 831 Algériens expulsés de France, en 2015    Euro-2016 - Vivement les quarts !    CS Constantine: Le casse-tête du recrutement    Constantine - Disparition de la copie d'examen d'une candidate au bac: L'affaire entre les mains de la justice    Tizi Ouzou: Les assassins présumés d'un gardien de parking sous les verrous    Constantine - Six établissements de santé dédiés aux circoncisions    Cri des hommes libres pour défendre l'Algérie des libertés    Le général Benhadid "attend que la justice fasse son travail"    JSK : Sebie Touhami, 8e recrue !    Difficile mission pour les Crabes    "L'Algérie est pour moi l'adversaire le plus redoutable"    Onazi : "Nous avons les moyens d'aller en Russie"    La reculade du ministre de la Com    Erdogan plie devant Moscou et Tel-Aviv    Risque de contagion sécuritaire au Sénégal    BRÈVES de l'Ouest    Le secrétaire général de l'ONU en visite à Ghaza    La situation s'aggrave au Yémen    Du choc vers le dialogue    Du thon et de la sardine sur le marché    3000 milliards de DA retirés d'Algérie poste durant le Ramadhan!    La plaisance maritime ouverte au privé    Quel programme ?    Une commune sous l'emprise des faux mentors    Un mandat électoral gaspillé    Les Verts dos au mur face à la Libye    Le relais algérien du 4x400m (messieurs) termine 4e    Amar Djilani défend le caractère «urgent» de certains projets de loi    Obligation de réserve des militaires    La facture d'importation a connu une baisse de 14,24%    Le navire-école "Soummam" inspecté    Des étrangers derrière les émeutes de samedi    25 personnes arrêtées suite à des émeutes    Six opérations effectuées au CHU de Batna    Un kg de cocaïne "pure" saisi à Alger    24 ans après l'assassinat de Mohamed Boudiaf : Qui dira la vérité au peuple ?    Zitouni et l'identité algérienne    "Un acte incompréhensible"    L'Algérie est-elle vraiment une terre de tourisme?    Les projections en plein air reviennent    Doyenne de la chanson kabyle    10 monuments et sites historiques classés biens culturels    Rencontres culturelles nocturnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Docteur Benaïbouche : «Il faut réorienter les investissements»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 06 - 2010

Le docteur Farid Benaïbouche, président de la commission de discipline du Conseil de l'ordre des médecins et gynécologue de profession à Hydra, a abondé dans le même sens, se disant scandalisé de voir «des failles inacceptables» dans certains services médicaux. Il est inadmissible, selon ce médecin, de voir trois accouchées avec leurs bébés sur un seul lit d'hôpital.
A son avis, il faudrait réorienter les investissements destinés à améliorer les structures sanitaires. «Au lieu de réhabiliter les services de cardiologie et faire des conventions avec les étrangers, à titre d'exemple, il faudrait rénover ceux de la gynécologie, sachant que la protection maternelle et infantile est prioritaire», a-t-il développé.
Notre spécialiste en gynécologie a précisé qu'il n'y a eu aucun investissement à ce niveau. «Les maternités sont transformées en maisons d'accouchement et les structures de gynécologie publiques ne suffisent plus», a-t-il souligné, mettant l'accent sur le manque flagrant de prise en charge des prématurés dans les CHU.
Qu'en est-il de la grippe A ?
Le président du Conseil national de l'ordre des médecins a fait allusion à la propagation de la grippe A en Algérie qui a suscité toute une polémique et une panique «non justifiée» par manque d'information, qualifiant cette maladie de «grippette». «Si la tutelle avait fait l'effort de médiatiser les renseignements liés à cette maladie, de par sa propagation, sa prévention, son degré de gravité et si elle avait donné plus de détails quant à l'arrivage des vaccins, le contrôle de ceux-ci et leur distribution, les citoyens auraient été beaucoup moins stressés et plus confiants face à la maladie.
D'autant qu'il n'y a pas lieu de s'alarmer outre mesure», a expliqué notre président, ajoutant qu'une séance télévisée de quelques heures animée par le ministre de la Santé, à titre d'exemple, aurait apaisé les esprits et aurait évité, surtout, la panique et le doute. Une façon d'ajouter comme une autre faille le manque de sensibilisation et de communication dans le domaine de la santé en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.