«Rompre avec une représentation de fonctionnaires» dans la gouvernance    Vers le retour de compagnies privées dans le ciel algérien    La grande menace    Le mensonge et l'imposture dévoilés    USM Bel-Abbès : Très en deçà des attentes    USM Alger : Sur le bon tempo    USM Annaba : Une situation toujours préoccupante    Présidence : Le général Tartag et Benmeradi, nouveaux conseillers de Bouteflika    Sidi Bel-Abbès : Le RND «recrute»    Signature électronique : Un centre de personnalisation de la puce    Cirque-ulation    3000 ans d'attente pour accoucher d'un idiot    «Massinissa, au cœur de l'édification du premier Etat numide»    Le ministère de l'Intérieur prend les devants    Le président du Conseil de l'ordre des médecins : Risque de retour des maladies oubliées    Contrebande : Près de 10 tonnes de produits alimentaires saisies en 3 mois    Mouton de l'Aïd : La police pour contrer les pseudo-maquignons    Le CS Constantine impérial, l'USM Alger invincible    Mayweather calme Maidana et attend Pacquiao    Le président du Sénat en visite de cinq jours en Algérie    30 joueuses de 14 pays présentes à Tlemcen    La JSK, l'USMA et le MCA en force    Cameron déterminé à "des nouvelles mesures" contre l'EI    Eblouissants Syriens!    Le mimétisme ravageur d'un Occident pervers    Quand politique rime avec esthétique!    L'Etat islamique revendique la décapitation    Encore des points perdus    Le FLN stigmatise les islamistes    Les éclairages du général Ben Bicha    La coupe est pleine... de sang    Benghebrit remet les pendules à l'heure    Un réseau de prostitution démantelé    Sellal reçoit le directeur du département Moyen-Orient au FMI    Présidentielle au Brésil : Dilma Rousseff revient sur Marina Silva    Des parlementaires français à Moscou pour apporter leur soutien    Une union implosée ?    Les autorités d'occupation marocaines expulsent une délégation basque    Une base de données des compétences artistiques en élaboration    Rôle des services de sécurité dans la protection du cyberespace    Stimuler la demande intérieure et l'investissement    Pénétrante autoroutière Bejaia-El Adjiba : De sérieux retards    Bourses : Wall Street touchée par les interrogations sur la Fed    Conjurer et non conjuguer les périls    Eu égard à la spécificité de la Wilaya d'Alger : Louh annonce un redécoupage judiciaire de la Capitale    France : Le Conseil d'Etat confirme le gel des tarifs de l'électricité    Médéa : Un projet de parc urbain à l'étude    Immersion onirique avec l'Association « Nedjma » de Blida    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Docteur Benaïbouche : «Il faut réorienter les investissements»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 06 - 2010

Le docteur Farid Benaïbouche, président de la commission de discipline du Conseil de l'ordre des médecins et gynécologue de profession à Hydra, a abondé dans le même sens, se disant scandalisé de voir «des failles inacceptables» dans certains services médicaux. Il est inadmissible, selon ce médecin, de voir trois accouchées avec leurs bébés sur un seul lit d'hôpital.
A son avis, il faudrait réorienter les investissements destinés à améliorer les structures sanitaires. «Au lieu de réhabiliter les services de cardiologie et faire des conventions avec les étrangers, à titre d'exemple, il faudrait rénover ceux de la gynécologie, sachant que la protection maternelle et infantile est prioritaire», a-t-il développé.
Notre spécialiste en gynécologie a précisé qu'il n'y a eu aucun investissement à ce niveau. «Les maternités sont transformées en maisons d'accouchement et les structures de gynécologie publiques ne suffisent plus», a-t-il souligné, mettant l'accent sur le manque flagrant de prise en charge des prématurés dans les CHU.
Qu'en est-il de la grippe A ?
Le président du Conseil national de l'ordre des médecins a fait allusion à la propagation de la grippe A en Algérie qui a suscité toute une polémique et une panique «non justifiée» par manque d'information, qualifiant cette maladie de «grippette». «Si la tutelle avait fait l'effort de médiatiser les renseignements liés à cette maladie, de par sa propagation, sa prévention, son degré de gravité et si elle avait donné plus de détails quant à l'arrivage des vaccins, le contrôle de ceux-ci et leur distribution, les citoyens auraient été beaucoup moins stressés et plus confiants face à la maladie.
D'autant qu'il n'y a pas lieu de s'alarmer outre mesure», a expliqué notre président, ajoutant qu'une séance télévisée de quelques heures animée par le ministre de la Santé, à titre d'exemple, aurait apaisé les esprits et aurait évité, surtout, la panique et le doute. Une façon d'ajouter comme une autre faille le manque de sensibilisation et de communication dans le domaine de la santé en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.